Où voir des crocodiles autour de Darwin ?

Située tout au nord de l’Australie, Darwin est connue pour son climat tropical mais aussi pour ses crocodiles. En effet, c’est dans le Northern Territory que l’on trouve la plus grande concentration de crocodiles au monde ! On estime le nombre de crocodiles sauvages à environ 100 000 et autour de Darwin, il existe de nombreuses options pour en voir, dans des parcs ou dans la nature.

Les crocodiles et Darwin, une longue histoire

Dans le Northern Territory, on trouve aujourd’hui deux espèces de crocodiles, qui sont toutes les deux endémiques à cette région de l’Australie :

  • Le crocodile marin (en anglais : saltwater crocodiles) est l’espèce la plus répandue, et malheureusement aussi la plus dangereuse. Les crocodiles marins se trouvent le long de la côte et peuvent mesurer jusqu’à six mètres de long. Ils se nourrissent principalement de poisson mais si un oiseau, une vache, un buffle ou encore un être humain s’approche trop près, ils n’hésiteront pas à la dévorer. Les crocodiles marins sont agressifs, il ne vaut mieux pas en rencontrer un en-dehors d’une réserve…
4blueeyes crocodile darwin adelaide river
Crocodile marin – Photo : Claire Feuardant
  • Le crocodile de Johnston (en anglais : freshwater crocodiles) est plus petit que le crocodile marin (il mesure jusqu’à trois mètres) mais aussi moins agressif. Il se nourrit de poissons et d’oiseaux et attaque rarement un être humain, sauf si celui-ci le provoque et lui donne une raison de se sentir menacé.

Les crocodiles furent les premiers à s’établir dans le Northern Territory, bien avant l’arrivée des Aborigènes d’Australie.

Ils ont d’ailleurs toujours fait partie de la culture, du folklore et de l’art du peuple aborigène. L’une des histoires du Temps du Rêve (ou mythe aborigène) raconte qu’il y a longtemps, dans la région de la Daly River, un pêcheur prospère attirait la jalousie des autres hommes car il faisait l’admiration de toutes les femmes de la région. Un beau jour, il fut assassiné avant d’être enroulé dans un filet de pêche et pendu au-dessus de la rivière. Depuis, il rôde sur les rives des cours d’eau dans le but de se venger : il s’agit du crocodile et ses écailles sont les marques laissées par le filet de pêche sur sa peau. De nombreuses autres légendes aborigènes parlent du crocodile, celle-ci n’est que l’une d’entre elles !

Encore aujourd’hui, chaque Aborigène possède un animal totem et le crocodile en fait partie : il symbolise la force et l’habileté.

4blueeyes crocodile darwin adelaide river
Photo : Claire Feuardant

L’histoire du crocodile a connu un sombre tournant à la fin de la Seconde Guerre Mondiale : durant plusieurs décennies, ces animaux furent chassés par les hommes pour leur peau et faillirent presque s’éteindre. Heureusement, ça n’a pas été le cas ! Aujourd’hui, les crocodiles sont protégés par la loi australienne et leur population a de nouveau augmenté.

Où peut-on voir des crocodiles dans la région de Darwin ?

Le plus familial : Crocosaurus Cove en plein centre de Darwin

Parfait pour une virée avec des enfants, le parc intérieur Crocosaurus Cove se situe en plein centre-ville. Sur trois étages, plusieurs enclos vous permettent de découvrir des crocodiles marins, dont le célèbre Burt qui a « joué » dans le film Crocodile Dundee. Vous pouvez également assister aux repas des crocodiles ou bien, pour les plus courageux, descendre dans l’un des enclos à l’intérieur d’une cage en verre, d’où vous pourrez observer les plus grands crocodiles marins d’Australie de très près, durant quinze minutes.

4blueeyes crocodile darwin adelaide river
Photo : Claire Feuardant

Le plus complet : le parc animalier Crocodylus Park

Fondé en 1994 par le zoologiste Grahame Webb, le Crocodylus Park se situe à une quinzaine de minutes du centre de Darwin. Au départ, cet endroit devait être entièrement consacré au crocodile mais aujourd’hui, il abrite également d’autres espèces animales, comme des fauves, kangourous, singes et oiseaux, dont certains sont endémiques à l’Australie. Plus d’un millier de crocodiles cohabitent à l’intérieur de ce parc animalier ! C’est l’endroit idéal pour vivre une expérience complète autour du crocodile : assister aux repas des crocodiles, prendre un bébé crocodile dans vos bras,  ou encore embarquer à bord de la croisière Croc and Eco, où vous verrez des crocodiles dans leur habitat naturel.

4blueeyes crocodile darwin adelaide river
Photo : Claire Feuardant

Le plus impressionnant : une croisière sur l’Adelaide River

C’est l’option que nous avons choisie. Plusieurs sociétés proposent des croisières sur l’Adelaide River durant lesquelles on peut voir des crocodiles de près dans leur habitat naturel. Nous sommes passées par la société Adelaide River Cruises dont on nous avait parlé à l’office de tourisme. Il s’agit d’une petite entreprise familiale et c’est lors de l’une de leurs croisières que le crocodile géant Brutus (d’une taille record de 5,5 mètres) a été photographié en train de dévorer un requin-bouledogue. La photographie, prise en 2011, a depuis fait le tour du monde et les touristes se pressent pour le voir.

4blueeyes jumping crocodile darwin adelaide river
Jumping crocodile sur la Adelaide River – Photo : Claire Feuardant

Le guide vous emmènera à bord d’un bateau sur l’Adelaide River. Vous verrez, la rivière est littéralement infestée de crocodiles et il est formellement interdit de se pencher par-dessus les bords du bateau. Le guide va ensuite attirer l’attention des crocodiles en balançant des morceaux de viande au-dessus de leur tête, les incitant à « sauter » au-dessus de la surface de l’eau. C’est un peu artificiel mais cela permet d’observer les crocodiles dans leur habitat naturel et d’avoir quelques sensations fortes ! Et nous avons trouvé les explications du guide très intéressantes. Aussi, cette croisière sur l’Adelaide River est l’occasion d’observer les nombreux oiseaux qui peuplent cet écosystème.

Sea Eagle survolant la Adelaide River – Photo : Claire Feuardant

Le plus iconique : le Kakadu National Park

L’incontournable Kakadu National Park est un « must-see » dans le Northern Territory ! Plus de 10 000 crocodiles habitent à l’intérieur de ce parc et si vous êtes chanceux (ou pas, selon le point de vue), vous pourrez peut-être en apercevoir un à l’état sauvage. Mais le meilleur moyen de voir un crocodile au Kakadu National Park reste la croisière, une fois de plus. Vous pouvez réserver une croisière sur la Mary River ou bien sur le Yellow Water Billabong, l’un des endroits les plus beaux et les plus réputés du parc. Pour voir des oiseaux et profiter d’une lumière magnifique, nous vous recommandons les croisières qui ont lieu au lever ou au coucher du soleil.

4blueeyes crocodile darwin adelaide river
Photo : Claire Feuardant

Le plus immersif : le Territory Wildlife Park à Berry Springs

Juste à côté du Berry Springs Nature Park, à seulement quarante minutes de Darwin en voiture, le Territory Wildlife Park vous offre l’opportunité de vous immerger complètement dans la découverte de la faune et de la flore du Top End. Dans ce parc, il y a de nombreuses attractions dont un aquarium renfermant un crocodile marin de quatre mètres de long : un tunnel en verre permet de passer en-dessous de l’aquarium pour voir l’animal de très près. Vous pouvez également faire la randonnée Monsoon Forest Walk, qui traverse des paysages typiques de la région de Darwin et contourne Berry Creek, un endroit sacré dans la culture aborigène.

4blueeyes crocodile darwin adelaide river
Photo : Claire Feuardant

Le plus instructif : le musée et galerie d’art du Northern Territory

Le Museum and Art Gallery of the Northern Territory (MAGNT) explique tout ce qu’il faut savoir sur l’histoire des crocodiles à Darwin et dans le Northern Territory, ainsi que sur leurs relations complexes avec l’espèce humaine. Vous pourrez notamment y voir le corps empaillé de Sweetheart, l’un des crocodiles les plus tristement célèbre à Darwin puisqu’il fut responsable, entre 1974 et 1979, de plusieurs attaques dans la région. Il mesure une taille impressionnante de 5,1 mètres et grâce à toutes les précautions que l’on a prises pour ne pas abîmer le corps lors de son empaillement, il fait plus vrai que nature !

En quittant Darwin pour aller vers le sud, nous vous recommandons de faire un tour au Litchfield National Park, parfait si vous voulez une autre dose de nature spectaculaire.

Western Australia : 3 randonnées autour de Margaret River

Lorsque nous étions à Cowaramup, WA, pendant la première vague de COVID, la famille qui nous accueillait nous a montré une application mobile très pratique : « Margaret River and Surrounds Find the Fun ». Cette application regroupe des idées d’activités et de sorties à faire autour de Margaret River. Grâce à cette application mais aussi aux conseils de la famille qui nous hébergeait, qui connait très bien la région, nous avons pu faire de très belles promenades et randonnées dans la région pendant notre séjour. Voici une petite sélection de nos préférées.

1.    Boodjidup Creek Loop, Margaret River

Cette randonnée de 6,3 km forme une boucle autour du Boodjidup Creek et traverse le Leeuwin-Naturaliste National Park. Le parking se situe au bout de Gas Bay Road (Gas Bay Road Car Park).

Depuis le parking, le chemin commence à suivre la plage jusqu’à une intersection. Nous vous conseillons de commencer par monter la dune de sable (à gauche) : nous avons pris l’autre sens et nous avons dû beaucoup monter dans la suite de la randonnée !

Western Australia Margaret River Boodjidup creek walk
Le début de la randonnée du Boodjidup Creek

Après avoir monté la dune, vous vous retrouverez sur une route de sable réservée aux 4×4. Le chemin continue vers l’est pendant environ 2 km avant de rattraper le Cape to Cape Track, un trail de 123 km longeant la côte sud-ouest de l’Australie dont nous vous avions déjà parlé dans notre article sur Margaret River.

Western Australia Margaret River Boodjidup creek walk
La vue après avoir monté la dune, au début de la randonnée

Vous allez ensuite redescendre dans la vallée du Boodjidup Creek, avant de suivre le creek et de terminer la promenade sur la plage.

Western Australia Margaret River Boodjidup creek walk
Boodjidup Creek
Western Australia Margaret River Boodjidup creek walk
Boodjidup Creek
Western Australia Margaret River Boodjidup creek walk
La randonnée se termine sur une magnifique plage de sable blanc

Western Australia Margaret River Boodjidup creek walk

Western Australia Margaret River Boodjidup creek sand
Le sable

Nous vous conseillons de ne pas faire cette promenade lorsqu’il fait très chaud, ou aux heures les plus ensoleillées de la journée, car il y a très peu d’ombre et une grande partie du trajet se fait dans le sable. Prévoyez de l’eau et de quoi vous protéger du soleil. Nous l’avons faite en automne, un jour un peu couvert, et c’était parfait. Sinon, nous vous conseillons d’y aller au printemps car vous verrez beaucoup de fleurs sauvages dans la vallée du Boodjidup Creek.

Western Australia Margaret River Boodjidup creek walk

Informations pratiques :

  • Distance : 6,3 km (boucle)
  • Dénivelé : 150 m
  • Durée : 1h30 à 2h30

2.    Quenda Trail, Yallingup

Nous vous avions déjà parlé de Smiths Beach, une plage de Yallingup connue pour son sport de surf abrité, idéal pour les surfeurs débutants. L’une des randonnées que nous avons faites pendant notre séjour à Cowaramup passe par cette plage : il s’agit du Quenda Trail.

Western Australia Margaret River Quenda Trail
Vue sur Smiths Beach depuis le Quenda Trail

Pour suivre cette randonnée de 4 km, il faudra se garer au parking de la plage (Smiths Beach car park). Le chemin commence sur la plage avant de bifurquer dans la végétation et de former une boucle. Cette randonnée suit une portion du Cape to Cape Walk Track. Elle offre de magnifiques vues sur la côte et sur la mer, ainsi que sur les formations de granite de Torpedo Rock. La dernière partie de la randonnée se fait sur la plage, sur 1 km.

Western Australia Margaret River Quenda Trail

Western Australia Margaret River Smiths Beach
Smiths Beach

Comme la randonnée du Boodjidup Creek, nous vous conseillons de faire cette promenade tôt le matin ou tard le soir pour éviter le soleil et la chaleur. Nous l’avons faite le soir, au coucher du soleil, et la lumière était magnifique ! Si vous le pouvez, privilégiez le printemps pour apercevoir de magnifiques fleurs sauvages.

Western Australia Margaret River Smiths Beach
Smiths Beach vue depuis le parking de la plage

Yallingup est le point de départ de plusieurs autres randonnées, comme le Torpedo Trail, le Ghost Trail, le Caves Trail ou encore Wardanup Trail.

Western Australia Margaret River Smiths Beach sable
Le sable de Smiths Beach est magnifique

Western Australia Margaret River Smiths Beach sable

Western Australia Margaret River Smiths Beach sable

Western Australia Margaret River Smiths Beach sable

Informations pratiques :

  • Distance : 4 km (boucle)
  • Durée : environ 2h

3.   Meekadarabee Falls Walk, Margaret River

Cette courte marche de 2 km part de l’Ellensbrook Homestead, niché en plein cœur du Leeuwin-Naturaliste National Park, où l’on peut se garer.

Ellensbrook Homestead est l’une des propriétés les plus anciennes de la région, et son histoire est très intéressante. Cette propriété est installée en territoire Wadandi, à un endroit dénommé Mokidup par les indigènes. En 1857, le jeune couple récemment marié Alfred et Ellen Bussell parvint à cet endroit après plusieurs jours de marche dans le bush depuis la colonie la plus proche. Guidés par un Wadandi à cet endroit où ils purent trouver de l’eau fraîche, ils finirent par s’y installer et y bâtirent une ferme avec l’aide des indigènes.

Western Australia Margaret River Ellensbrook Homestead
Ellensbrook Homestead

Western Australia Margaret River Ellensbrook Homestead

La propriété a été rénovée récemment et on peut aujourd’hui la visiter à travers des visites guidées. Depuis Ellensbrook Homestead, on peut rejoindre les Meekadarabee Falls, une petite cascade où la lune venait se baigner, selon les aborigènes, et découvrir la fascinante légende de la Meekadarabee Cave.

Lorsque nous avons visité cet endroit, il n’y avait pas beaucoup d’eau dans la cascade, mais nous avons surtout apprécié la légende et l’atmosphère qui y régnait. Au printemps, le chemin est encore plus beau avec les fleurs sauvages ! La marche est accessible à tous, y compris les enfants et les personnes handicapées.

Vous pouvez profiter de votre passage pour aller voir la plage d’Ellensbrook, une plage sauvage et  pittoresque, ou pour suivre la boucle de 5,3 km (Ellensbrook Loop), qui part également de la propriété et offre de magnifiques vues sur la côte.

Informations pratiques :

  • Distance : 2 km (aller)
  • Durée : 20 à 30 min

En plus de ces randonnées, nous avons adoré se promener au hasard le long des plages de la région, notamment Prevelly, Gracetown ou encore Augusta, un peu plus loin. Si vous prévoyez de passer quelques jours sur place, jetez un œil sur nos conseils de visite à Margaret River

Nos conseils pour visiter Darwin en Australie

Darwin a été jusqu’à présent l’un de nos endroits préférés en Australie. Située tout au nord de l’Australie dans la région du « Top End », c’est une ville au climat tropical où les températures moyennes annuelles tournent autour de 32°C. Le climat est très similaire à celui de l’Asie du sud-est (Bali, Singapour…). Vous vous en doutez un peu, les habitants de Darwin sont dehors toute l’année ! Du centre-ville aux parcs nationaux les plus proches, il y a beaucoup de choses à voir et à faire à et autour de Darwin.

Flâner dans le centre-ville de Darwin

Darwin est une ville à taille humaine : son centre-ville se parcourt très facilement à pieds. Commencez par faire un tour à l’office de tourisme où vous trouverez toute l’information dont vous avez besoin sur les activités dans le centre de Darwin et aux alentours.

Les galeries d’art aborigène de Darwin

Ensuite, empruntez la rue piétonne The Mall où vous trouverez de nombreuses galeries d’art aborigène. D’une galerie à une autre, vous trouverez des artistes et styles différents, c’est pourquoi nous vous conseillons, si vous aimez l’art aborigène, de faire un tour dans chaque galerie. Nous avons eu un coup de cœur pour la Galerie Mbantua, où l’on trouve un large choix d’œuvres à des prix accessibles. Nous y avons acheté un tableau chacune qui nous rappellera ce road trip une fois de retour en France ! Le long de la rue, vous trouverez aussi plusieurs boutiques de souvenirs.

Leaves Gloria Petyarre art aborigène
Leaves, Gloria Petyarre, 90 x 60 cm (l’une de nos artistes préférées) – Photo : http://www.utopialaneart.com.au
Ahakeye (Bush Plum) Dreaming, Lindsay Bird Mpetyane art aborigène
Ahakeye (Bush Plum) Dreaming, Lindsay Bird Mpetyane (60x60cm) – Photo : http://www.utopialaneart.com.au

Le front de mer de Darwin

Le front de mer de Darwin (« Darwin Waterfront Precinct ») est un endroit parfait pour passer la journée ou l’après-midi. Tout au long des quais, il y a beaucoup de bars, de restaurants et de boutiques.

Darwin Northern Territory Australia Waterfront
Le Waterfront de Darwin – Photo : Claire Feuardant

Il y a également une piscine d’eau salée à vagues artificielles, qui est ouverte tous les jours entre 10h et 18h. Le tarif est de 7$ par adulte, valable toute la journée, et il comprend le transat, les bouées et planches. Nous qui ne sommes pas trop fans de piscines municipales, nous avons testé celle-ci et adoré !

Darwin Northern Territory Australia Waterfront
Plage sur le Waterfront de Darwin – Photo : Claire Feuardant

Durant la saison sèche (entre avril et novembre), un cinéma en plein air s’installe tous les soirs sur le front de mer : le Deckchair cinema. Le programme des films est disponible sur le site web, où vous pouvez également réserver votre séance.

Le port de Darwin

Darwin Harbour est un endroit chargé d’histoire. Il est plus grand que le port de Sydney et joue un rôle très important dans le commerce national et international australien. Si vous aimez la plongée, n’hésitez pas à réserver une sortie plongée dans le port de Darwin à la rencontre des épaves de bateaux datant de la Seconde Guerre Mondiale ou du tristement célèbre cyclone Tracy, qui a dévasté Darwin dans la nuit du 24 au 25 décembre 1974.

La Maison du Gouvernement

Government House est le plus ancien bâtiment public de Darwin. Son salon le plus ancien, « The Residency » date de 1870. C’est là que siège le gouvernement du Northern Territory. Vous pouvez visiter le bâtiment : certaines salles d’audience sont ouvertes au public, ainsi que la bibliothèque qui abrite une exposition très complète et très bien faites sur l’histoire de Darwin et sa culture populaire (festivals, cinéma et musique).

Darwin Northern Territory Australia Government House
L’intérieur de la Government House de Darwin – Photo : Claire Feuardant

Le jardin botanique de Darwin

Le jardin botanique George Brown à Darwin vaut également le détour : vous y découvrirez de nombreuses espèces de plantes tropicales originaires de la région du Top End mais aussi d’autres parties du monde, comme le continent africain. Nous vous conseillons notamment de faire un tour dans le jardin de cycas, des plantes primitives qui existaient déjà à l’époque des dinosaures, et dans le jardin d’Afrique et de Madagascar où vous verrez d’impressionnants baobabs dont des espèces australiennes.

Darwin Northern Territory Australia Botanical Gardens
On trouve de nombreuses statues de crocodiles dans le Jardin Botanique de Darwin – Photo : Claire Feuardant

Se plonger dans l’histoire de Darwin

L’histoire de Darwin est riche, intéressante et elle a laissé de nombreux vestiges un peu partout dans la ville. Si vous aimez l’histoire, vous aurez l’embarras du choix en termes de visites et activités liées au passé de Darwin.

On estime que les toutes premières communautés aborigènes installées à Darwin sont arrivées il y a plus de 60 000 ans.

C’est en 1869 que les premiers européens sont arrivés dans la région et ont établi une colonie qui deviendra plus tard la ville de Darwin. En 1872, une première communication a été possible entre le nord et le sud de l’Australie, grâce à la construction d’une ligne de télégraphe transaustralienne entre Darwin et Adelaide. Par la suite, des villes moins importantes ont été construites le long de cette ligne, comme Katherine ou Pine Creek (où des gisements d’or ont été découverts).

L’histoire de Darwin prit une tournure importante durant la seconde guerre mondiale, où la ville a joué un rôle crucial. L’Australie et en particulier la ville de Darwin fut la cible, entre le 19 février 1942 et le 12 novembre 1943, de pas moins de 64 raids japonais. Le premier raid à lui seul a duré quarante minutes et causé de nombreux dégâts matériels et humains, dont 235 morts.

De nombreux musées ou monuments de Darwin témoignent de son histoire militaire au cours de la seconde guerre mondiale. Si vous voulez en apprendre plus sur ce pan de l’histoire australienne, voici quelques lieux à ne pas manquer :

    • East Point Military Reserve était la principale infrastructure militaire de défense de Darwin. Vous pouvez aujourd’hui visiter les vestiges de ce site d’importance, à seulement huit kilomètres du centre-ville.
    • Le Darwin Military Museum est un incontournable pour en apprendre plus sur l’histoire militaire de Darwin : les expositions sont très bien documentées, avec de nombreuses anecdotes intéressantes mais aussi des photographies d’époque, des objets anciens de la vie quotidienne et d’autres objets ayant appartenu aux soldats britanniques et australiens.
    • Le Darwin Aviation Museum possède une collection impressionnante de vestiges et de répliques d’avions de guerre, hélicoptères et bombardiers. Si vous vous intéressez à l’aviation, c’est un lieu à ne pas manquer.
    • La Strauss Airfield est une ancienne piste d’atterrissage destinée aux engins de guerre américains, britanniques et australiens. C’est un lieu d’importance pour l’aviation de guerre.
    • L’USS Peary Memorial se trouve juste en face de l’épave de l’USS Peary, un navire de guerre attaqué et coulé par les Japonais le 19 février 1942. Il a été dressé en l’honneur des soldats et officiers de marine tués dans l’attaque (presque une centaine).
    • Le Darwin Cenotaph War Memorial est situé dans le Bicentennial Park, sur l’esplanade de Darwin. Il honore les soldats et citoyens morts pour l’Australie durant la guerre.
    • Sur Kitchener Drive, il y a toujours des vestiges de tunnels qui, durant la seconde guerre mondiale, servaient à stocker et protéger les réserves de pétrole de Darwin. Ces tunnels ont été construits en 1943. Il est possible de les visiter librement : à l’intérieur, vous verrez des photographies d’hommes et femmes qui ont servi l’Australie sous la guerre.
    • Le Charles Darwin National Park a été construit sur les vestiges d’un site militaire important. Vous trouverez de nombreuses traces de l’histoire militaire de Darwin. Une exposition interactive vous en apprendra plus sur le rôle qu’a joué Darwin dans la seconde guerre mondiale.

Les plages de Darwin

Si vous aimez les plages, vous trouverez votre bonheur à Darwin ! Cette ville tropicale est entourée de belles plages mais attention, ne cédez pas à la tentation de vous y baigner, vous pourriez croiser des méduses mortelles, les « box jellyfish » ! Ne manquez pas de faire un tour sur les plages suivantes :

    • Fannie Bay
    • Mindil Beach
    • Rapid Creek
    • Nightcliff et sa jetée
    • East Point et le Dudley Point Lookout
    • Cullen Bay et sa marina (un bon spot pour regarder le coucher du soleil).
Darwin Northern Territory Australia Mindil Beach
Mindil Beach – Photo : Claire Feuardant
Darwin Northern Territory Australia Rapid Creek
Rapid Creek – Photo : Claire Feuardant
Darwin Northern Territory Australia Cullen Bay Marina
Cullen Bay Marina – Photo : Claire Feuardant

Où manger à Darwin ?

Darwin est une ville cosmopolite et cela se ressent dans sa gastronomie. Vous trouverez de tout, notamment de la cuisine asiatique. Pour n’en citer que quelques-unes, vous trouverez parmi les spécialités de Darwin : le barramundi, un poisson local qui se consomme grillé ou bien frit, avec des frites (fish and chips), les fruits de mer (crabe, crevettes etc.), le crocodile (si, si !), la mangue (les backpackers le savent, il y a de nombreuses fermes de mangue dans les alentours de Darwin)…

Darwin Northern Territory Parap Village Market Khao Tom Mat
Khao Tom Mat, spécialité de l’Asie du sud-est, achetée au Parap Village Market – Photo : Claire Feuardant

Les marchés de Darwin

Selon nous, la meilleure option pour manger à Darwin est de flâner dans l’un des nombreux marchés de la ville, où l’on trouve d’absolument tout : sucré, salé, végétarien ou non, asiatique, italien, australien et même français !

    • Mindil Beach sunset market : l’un de nos marchés préférés, il est ouvert les jeudis et les dimanches soir de 16h à 21h, uniquement entre les mois d’avril et d’octobre ;
    • Parap Village Saturday market : ouvert les samedis toute l’année entre 8h et 14h ;
    • Nightcliff market : ouvert les dimanches toute l’année entre 8h et 14h ;
    • Rapid Creek market : ouvert les samedis et dimanches toute l’année entre 6h30 et 13h30 ;
    • Malak marketplace : ouvert les samedis soir entre 16h et 21h, uniquement entre les mois d’avril et d’octobre ;
    • Palmerston and rural market : ouvert les vendredis soirs entre 17h30 et 21h30, uniquement entre les mois de mai et d’octobre ;
    • Berry Springs market : ouvert chaque dernier dimanche du mois entre 8h et 12, uniquement entre les mois de mars et décembre ;
    • Freds Pass rural market : ouvert les samedis toute l’année entre 8h et 13h.

Chaque marché propose à boire et à manger et certains accueillent également des stands de fruits et légumes, de vêtements, d’artisanat, d’art (des photographies ou des peintures), de cosmétiques… Souvent, des artistes sont présents pour assurer l’animation musicale du marché.

Quelques adresses à Darwin…

Darwin est une ville très marquée par la culture aborigène, ce sera donc l’occasion pour vous de goûter à une authentique « cuisine du bush », c’est-à-dire une cuisine inspirée des recettes aborigènes ancestrales, préparées à base de fruits, fleurs et épices récoltées depuis des millénaires pour leurs vertus médicinales. L’endroit le plus réputé est le café d’Aboriginal Bush Traders, une galerie d’art qui met en avant les artistes locaux. Au menu du café, vous retrouverez notamment le fameux damper, un pain traditionnellement préparé par les communautés aborigènes, du granola, des salades et des sorbets assaisonnés à base de plantes et épices du bush, mais aussi des burgers de kangourou !

Si vous avez une envie de brunch, nous vous conseillons de vous arrêter chez Rays Patisserie and Cafe, qui fait notamment d’excellents brownies sans gluten et un délicieux coconut hotcake.

Darwin Northern Territory Australia Rays Patisserie Cafe Brunch
Coconut Hotcake chez Rays Patisserie and Cafe – Photo : Alice Feuardant

Si vous aimez manger italien, nous vous recommandons Alfonsino’s, un restaurant en plein centre-ville qui fait d’excellents classiques de la cuisine italienne, de la pizza aux lasagnes en passant par le tiramisu.

Enfin, pour les becs sucrés, nous vous conseillons de profiter d’une journée ensoleillée pour tester les glaces de Johnn Johnn’s, un glacier qui propose de nombreux parfums exotiques comme le taro, le thé matcha, les épices chai, le sésame noir…

Les excursions d’une journée depuis Darwin

Il y a énormément de choses à voir autour de Darwin et la plupart sont accessibles en seulement une journée :

    • Le Berry Springs Nature Park, à seulement vingt minutes de Darwin, est une sortie idéale pour les familles avec enfants. On vous en parle en détail dans cet article.
    • Le Litchfield National Park se trouve à une heure et demie du centre-ville. Cet endroit est parfait pour les amateurs de nature, de randonnées et de bains improvisés en plein cœur de la forêt tropicale ! Pour en savoir plus, rendez-vous ici.
    • L’Adelaide River passe non loin de Darwin, à l’est : elle abrite un écosystème incroyable, notamment des oiseaux et des crocodiles ! Plusieurs entreprises proposent des sorties bateau à la rencontre des crocodiles de l’Adelaide River, une activité un peu touristique mais qui vous permettra de voir des crocodiles dans leur milieu naturel, de près et sans aucun danger ! Nous avons testé chez Adelaide River Cruises – Jumping Crocodile Experience à seulement une heure de Darwin.
    • Si vous voulez découvrir la culture aborigène au cours d’une expérience authentique, nous vous recommandons les visites guidées de Pudakul données par une communauté aborigène. Le père et la fille vous accueilleront avec le sourire et vous parleront de leur culture, de la vie quotidienne à l’intérieur de leur communauté, de l’apprentissage du didgeridoo et du tressage de paniers, de la chasse et des plantes médicinales. Vous goûterez également à un authentique damper fait sur place ! Il vous faudra compter trois quarts d’heure de route depuis Darwin.
    • Enfin, Darwin est un très bon point de départ pour explorer le Kakadu National Park, un incontournable du Northern Territory qui offre une biodiversité incroyable, des paysages à couper le souffle et de magnifiques exemples d’art rupestre aborigène. Il vous faudra prévoir plusieurs jours sur place pour tout voir.

Après Darwin et le Northern Territory, vous avez envie de découvrir le Western Australia ? On vous raconte notre road-trip entre Espérance et Margaret River en pleine folie du Covid-19, un vrai décor de fin du monde !

Road Trip dans le Western Australia : la région de Margaret River

Nous sommes restées à Margaret River pendant 2 mois, pendant la première vague de COVID. 

Fin mars, le virus continuait de progresser en Australie, les campings et caravan parks ont commencé à fermer et les routes ont été fermées entre les différentes régions du Western Australia. Nous avons d’abord pris un Airbnb pendant 2 semaines à Margaret River, puis, grâce à la page Facebook Adopt A Backpacker WA, nous avons pu entrer en contact avec une famille australienne qui nous a hébergées pendant 5 semaines à Cowaramup.

Dans le Western Australia, il n’y avait pas de confinement imposé mais plutôt des mesures de « self-isolation ». Pendant ces quelques semaines, nous avons donc pu explorer la région du South West Australia, avant de finalement, lorsque les frontières entre les régions ont été rouvertes, rejoindre Perth.

Margaret River

Margaret River est connue pour plusieurs choses : le surf, le vin, et la qualité de vie. En ce qui concerne la qualité de vie, nous avons pu le constater par nous-mêmes : Margaret River est une ville où il fait bon vivre, avec ses longues plages de sable fin, son centre-ville à taille humaine et ses magnifiques paysages. Elle a d’ailleurs été classée n°1 de la liste Best in Asia Pacific 2019 de Lonely Planet.

Que voir à Margaret River ?

Pour avoir un aperçu des magnifiques paysages de la région de Margaret River , on vous conseille d’emprunter la route scénique Caves Road, qui relie l’ouest de Busselton à Augusta, au sud de Margaret River, sur 111 km.

Caves Road passe notamment par la Boranup Karri Forest (à un quart d’heure de Margaret River), avec des karris qui peuvent atteindre jusqu’à 60 m de haut. Assurez-vous de vous y rendre lorsqu’il fait beau, car le soleil filtrant à travers les feuillages donne un effet féérique à cette forêt ! Deux points de vue vous offrent un magnifique panorama sur la forêt : The Karri Lookout et Boranup Lookout.

Boranup Forest Margaret River Western Australia
Les karris de la forêt de Boranup – Photo : Claire Feuardant
Boranup Forest Lookout Margaret River Western Australia
Boranup Lookout – Photo : Claire Feuardant

Dans la région de Margaret River, Hamelin Bay est également à ne pas manquer ! Cette plage située à 30 minutes de Margaret River est fréquentée par les plus grandes raies d’Australie, les Smooth Stingrays. Si vous vous rendez à Hamelin Bay avant 11 heures, vous aurez de grandes chances de les observer de près puisqu’elles s’approchent à 1 mètre du bord de l’eau !

Hamelin Bay Margaret River Western Australia
Hamelin Bay – Photo : Claire Feuardant

Où surfer autour de Margaret River ?

La région de Margaret River compte plus de 100 surf breaks, tout au long de la côte, et pour tous les niveaux ! Claire adore le surf, qu’elle avait pratiqué pendant 2 ans en Martinique, nous avions donc très envie d’essayer, mais il faut savoir que dans le Sud de l’Australie, l’eau est froide presque toute l’année (en tout cas, trop froide pour nous qui avons l’habitude des mers tropicales !). De toute façon, nous n’avions pas d’équipement et en plein COVID-19, difficile de trouver une surf shop ouverte !

Surf Margaret River Western Australia
Surfeuse à Gracetown – Photo : Claire Feuardant

Toutefois, si affronter le froid et les potentiels requins ne vous fait pas peur, et que vous souhaitez profiter de votre passage dans la région pour vous essayer au surf, voici une liste des meilleurs spots de surf autour de Margaret River :

  • Smiths Beach (Yallingup), un spot à l’abri du vent du sud, idéal pour les débutants
  • Gracetown (Cowaramup), avec trois types de vagues pour les débutants comme pour les surfeurs confirmés
  • Black Point (D’Entrecasteaux National Park) : attention, l’accès est possible uniquement pour les 4×4 !
  • Boodjidup Beach (Margaret River)
  • Main Break, Surfers Point (Margaret River), plutôt pour les pros !
Surf Black Point Margaret River Western Australia
Les vagues à Black Point – Photo : Claire Feuardant

La gastronomie de Margaret River

Avec plus de 120 domaines viticoles dont sont issus 1/5ème des grands vins australiens, la région de Margaret River est mondialement réputée pour ses vignobles et ses vins. Si vous aimez le vin, n’hésitez pas à aller visiter les vignobles qui proposent des tastings et parfois même, une véritable immersion dans les coulisses de la production !

Pour une expérience immersive, nous vous conseillons de visiter The Berry Farm, qui produit des vins fruités et propose des mets délicieux élaborés à partir de produits locaux dans son café (Beef and Red Wine Pie, scones avec confiture de fruits rouges, Boysenberry Pie…).

Si vous préférez la bière, vous pouvez réserver un Margaret River Brewery Tour, qui vous permet de découvrir plusieurs brasseries artisanales en une journée (les prix tournent autour de 70 $). Si vous n’arrivez pas à vous décider, des Beer & Wine tours sont aussi organisés. Renseignez-vous à l’Office de Tourisme !

Côté gastronomie, on trouve de nombreux produits artisanaux, comme le chocolat (The Margaret River Chocolate Company) ou le fromage (Margaret River Dairy Company). Si vous êtes de passage à Margaret River un samedi, n’hésitez pas à faire un tour au Farmer’s Market où vous aurez un aperçu des produits locaux de la région !

Yallingup

Yallingup est située à une quarantaine de kilomètres au nord de Margaret River. Ses deux principales attractions sont :

  • Le Sugarloaf Rock, un immense rocher de granite émergeant de l’Océan Indien, sculpté par la mer. Depuis le lookout, on peut observer les oiseaux qui y nichent, notamment le phaéton à brins rouges (entre septembre et février), ou même des dauphins ou des baleines (baleines à bosse et baleines franches australes, entre juillet et octobre).
  • Canal Rocks, un canal creusé par la mer entre les rochers de granit, reliés par un pont en bois. Malheureusement, le pont a récemment été détruit par une tempête, mais nous avons eu la chance de passer juste avant !
Sugarloaf Rock Yallingup Western Australia
Sugarloaf Rock – Photo : Claire Feuardant
Canal Rocks Yallingup Western Australia
Canal Rocks – Photo : Claire Feuardant
Canal Rocks Yallingup Western Australia
Le pont de Canal Rocks qui a été détruit par une tempête – Photo : Claire Feuardant

Le Cape to Cape Walk Track

Le Cape to Cape Walk Track est un trail de 123 kilomètres qui relie le Cape Leeuwin (à Augusta) au Cape Naturaliste (à 14 km au nord de Yallingup). Ce trail est une formidable opportunité de découvrir la région : il longe principalement la côte, avec des écarts dans les forêts de karri ou de jarrah.

Il faut compter environ 7 jours pour le faire en entier : nous n’avions pas le temps ni le matériel de camping, mais nous avons pu profiter de notre séjour à Cowaramup pour aller explorer chaque jour une petite portion du trail. Et les randonnées que nous avons pu faire ont été de véritables coups de cœur !

Cape to Cape Track Margaret River Western Australia
Photo : Claire Feuardant

Si vous souhaitez entreprendre ce trail, pensez à bien vous équiper et à choisir la bonne période de l’année. Il y a beaucoup de portions sur la plage, ce qui signifie qu’il n’y a pas beaucoup d’ombre. La période de l’année où nous y étions, c’est-à-dire en avril/mai, est l’une des meilleures pour ce trail de plusieurs jours. Il est conseillé de la faire du nord au sud, notamment pour éviter d’avoir le soleil dans les yeux tout au long de la marche !

Busselton

Busselton vaut le détour pour sa jetée de 1,841 km de long, la plus longue jetée en bois de l’hémisphère sud. La construction de la Busselton Jetty a commencé en 1853, et dans les années qui suivirent, elle joua un rôle important dans l’histoire commerciale du Western Australia. Jusqu’en 1971, elle a servi au chargement de plus de 5 000 bateaux, afin d’exporter céréales et bois de construction. Un chemin de fer a même été construit sur la jetée en 1811 pour acheminer plus rapidement les marchandises !

Busselton Jetty Western Australia
La jetée de Busselton – Photo : Claire Feuardant

Détruite en partie par le cyclone Alby en 1978, victime d’incendies en 1999 et en 2004, elle a été reconstruite et protégée par les habitants de Busselton et est désormais l’un des premiers centres touristiques de la région. Outre un petit train touristique, elle accueille également un observatoire sous-marin et un centre d’information.

On peut voir les rails sur la jetée, qui servent aujourd’hui au petit train touristique – Photo : Claire Feuardant
Busselton Jetty Western Australia
Photo : Claire Feuardant

Durant notre séjour à Cowaramup, nous avions l’habitude d’aller marcher sur la plage et sur la jetée de Busselton : pas une seule fois, nous avons vu l’observatoire ou le centre d’informations ouverts, dommage !

De Busselton à Perth

Nous avons rejoint Perth depuis Cowaramup en une seule journée, nous n’avons donc pas vraiment pris le temps d’explorer cette partie du Western Australia. On peut tout de même vous conseiller de prendre la Tuart Drive, une route touristique qui passe à travers la Tuart Forest, qui est bien plus agréable que l’autoroute !

Sur la route, si vous avez le temps de vous arrêter, il y a quelques villes qui valent le détour.

Bunbury

Bunbury est aussi connue comme la “City of Three Waters”. Et pour cause : entre l’Océan Indien à l’ouest, la baie de Koombana et l’estuaire de Leschenault, elle est entourée par les eaux. Le Mangrove Cove boardwalk, long de 5 km, offre de belles vues sur l’estuaire. Si vous aimez les dauphins, ne manquez pas le Dolphin Discovery Centre.

Ancienne ville industrielle, Bunbury est devenue très branchée, avec beaucoup de fresques murales et de sculptures de rue. Si vous aimez le street art, sachez que comme dans beaucoup de villes australiennes, l’office de tourisme fournit une carte des fresques murales gratuite pour vous aider à vous repérer.

Gnomesville

Pour une visite insolite entre Margaret River et Perth, ne manquez pas Gnomesville, dans la Ferguson Valley, un petit village pittoresque qui abrite 10 000 gnomes. Gnomesville est située à 30 minutes de Bunbury (et 1h30 minutes de Perth). Si vous le souhaitez, vous pouvez acheter un gnome à l’office de tourisme et le laisser dans l’endroit de votre choix (par exemple, le creux d’un arbre), pour ajouter votre pierre à l’édifice !

Mandurah

Du nom aborigène « Mandjoogoordap », signifiant « lieu de rencontre du cœur », Mandurah est, comme Bunbury, entourée par les eaux. La ville est établie au nord de l’estuaire de la Harvey River, qui fait deux fois la taille du port de Sydney. Très agréable à vivre, c’est la 3ème ville du Western Australia en termes de nombre d’habitants et le lieu de vie privilégié pour les retraités venant de Perth.

Mandurah Western Australia
Mandurah – Photo : Claire Feuardant

Si vous conduisez depuis Perth ou vers Perth, n’hésitez pas à faire un stop pour vous dégourdir les jambes sur le Mandurah Boardwalk, ou à aller explorer les forêts de la région. Autour de Mandurah, vous trouverez de nombreux villages pittoresques et des vignobles.

Les meilleures plages pour se baigner dans la région de Margaret River

Dans le sud du Western Australia, l’eau reste plutôt froide en toutes saisons. Comme nous vous le disions, nous avons vécu à la Réunion, en Nouvelle-Calédonie et en Martinique, nous avons donc été habituées aux eaux chaudes des tropiques et l’eau était trop froide pour nous en automne ! Mais si vous ne craignez pas l’eau froide, voici selon nous les meilleures plages pour se baigner :

  • Hamelin Bay, dans la région de Margaret River, pour voir des raies
  • Koombana Bay à Bunbury, pour voir des dauphins
  • Smiths Beach à Yallingup, l’une de nos plages coups de cœurs dans la région, avec une très belle portion du Cape to Cape Track à faire (on vous prépare un article sur nos randonnées coup de cœur autour de Margaret River !)
Smiths Beach Western Australia
Smiths Beach au coucher du soleil – Photo : Claire Feuardant

Quand on y repense, nous avons eu de la chance de nous trouver là au moment de la première vague de COVID. En plus d’avoir eu le temps d’explorer à fond cette magnifique région, nous avons fait la connaissance d’une famille extraordinaire. Nous gardons un excellent souvenir de ces deux mois à Margaret River !

Road trip dans le Western Australia : d’Esperance à Margaret River

Après la Nullarbor et le Golden Outback, nous nous sommes dirigées vers Esperance, connue notamment pour ses plages de sable blanc et son parc national, le Cape le Grand National Park. Nous avons ensuite rejoint Walpole en longeant la côte, puis Margaret River, où nous sommes restées un petit moment pendant le confinement.

Esperance

1ère étape de ce road trip : Esperance, un incontournable. Ne perdez pas de temps à explorer la ville : ce sont les plages sur la côte et dans le parc national proche qui valent le détour.

Esperance Western Australia
Twilight Beach, à 10 minutes du centre-ville d’Esperance – Photo : Claire Feuardant

Les plages d’Esperance

La ville d’Esperance est surtout connue pour ses magnifiques plages de sable blanc et eaux turquoise. Nous vous conseillons de suivre la Great Ocean Drive, une boucle de 40 km au départ d’Esperance, qui longe la côte puis retourne à Esperance en passant par le Pink Lake (attention, le lac est redevenu blanc il y a quelques années !). Si vous avez du temps, vous pourrez faire une marche autour du lac et observer les oiseaux. Sinon, concentrez-vous sur les plages dans la première partie de la boucle !

Great Ocean Drive Esperance Western Australia
Vue depuis la Great Ocean Drive – Photo : Claire Feuardant

Voici une petite liste des plus belles plages d’Esperance :

  • West Beach à deux pas du centre-ville d’Esperance
  • Blue Haven Beach
  • Twilight Beach
  • Ten Mile Lagoon (idéale pour le snorkeling)
  • 11 Mile Beach
Australia Esperance West Beach
West Beach à Esperance – Photo : Claire Feuardant
Esperance Western Australia
Les plages d’Esperance sont le cliché de la carte postale : sable fin blanc et eaux turquoises – Photo : Claire Feuardant

Au début de la Great Ocean Drive, le Rotary Lookout (juste à côté de West Beach) offre une magnifique vue sur la côte et sur les plages.

Rotary Lookout Esperance Western Australia
Vue depuis le Rotary Lookout – Photo : Claire Feuardant

Nous vous conseillons de consacrer 1 à 2 heures à la Great Ocean Drive, plus si vous comptez vous arrêter pour vous baigner. Ne manquez pas non plus l’Observatory Point pour une vue imprenable sur Twilight Beach et Esperance Bay !

Observatory Point Esperance Western Australia
Depuis Observatory Point, on peut descendre sur Twilight Beach par un escalier – Photo : Claire Feuardant

Cape le Grand National Park

A l’est d’Esperance, il ne faut pas manquer le Cape le Grand National Park. Ce parc est connu pour ses plages de sable blanc, ses eaux turquoise, et ses rochers de granite. L’entrée du parc coûte 15 $ par véhicule. Si vous avez un pass des parcs nationaux dans le WA, vous n’aurez pas besoin de payer.

Après avoir payé notre entrée, nous avons continué sur Cape le Grand Road jusqu’à Le Grand Beach. Pour les intéressés, rouler sur le sable est autorisé ! Ensuite, nous avons suivi Rossiter Bay Road jusqu’au Frenchman Peak.

Pour la petite histoire, cette montagne a été ainsi nommée pour sa ressemblance avec les chapeaux portés par les soldats français dans les années 1800. Le chemin jusqu’au sommet du pic (haut de 262 mètres) fait environ 3 km (aller-retour), mais la randonnée est réservée aux plus agiles : à la fin, il faut quasiment grimper à la verticale sur les rochers. Il y avait beaucoup de vent le jour où nous y étions, nous n’avons donc pas pu aller jusqu’au bout mais la vue était quand même magnifique !

Frenchman Peak Cape le Grand National Park Western Australia
Le Frenchman Peak vu depuis la moitié du chemin – Photo : Claire Feuardant
Frenchman Peak Cape le Grand National Park Western Australia
Vue depuis le Frenchman Peak trail – Photo : Claire Feuardant

Après le Frenchman Peak, nous avons exploré les autres plages du parc national, Hellfire Bay, Thistle Cove et Lucky Bay. Cette dernière est connue pour ses kangourous, mais malheureusement, nous n’en avons pas vu. Pour avoir plus de chances d’en voir, nous vous conseillons de vous rendre à Lucky Bay tôt le matin ou en fin de journée.

Thistle Cove Cape le Grand National Park Western Australia
Thistle Cove – Photo : Claire Feuardant
Lucky Bay Cape le Grand National Park Western Australia
Lucky Bay – Photo : Claire Feuardant

Si vous restez quelques jours à Esperance, vous pouvez également prévoir dans votre itinéraire le survol du Lake Hillier (un lac rose bonbon situé sur Middle Island) en petit avion ou en bateau. Pour un survol, il faut prévoir 2 heures et environ 350 $ par personne.

Les amateurs de bière pourront profiter de leur passage à Esperance pour goûter la bière locale produite par Lucky Bay Brewing.

Albany

Nous avons ensuite rejoint Albany depuis Esperance, en passant par la Two Peoples Bay Nature Reserve, située à 35 km à l’est d’Albany. Si vous avez le temps, vous pouvez découvrir la réserve en suivant un chemin de 4,6 km aller-retour (soit 2 heures). Ne manquez pas Little Beach, accessible en voiture ou via un trail de 5 km (4 heures aller-retour) : c’est l’une des plus belles plages du Western Australia.

Little-Beach-Two-Peoples-Bay-Nature-Reserve-Western-Australia
Vue sur Little Beach, Two Peoples Bay Nature Reserve – Photo : Claire Feuardant
Little-Beach-Two-Peoples-Bay-Nature-Reserve-Western-Australia
Little Beach, Two Peoples Bay Nature Reserve – Photo : Claire Feuardant

Torndirrup National Park

L’une des attractions majeures d’Albany est le Torndirrup National Park. Comme le Cape le Grand National Park, il est connu pour ses magnifiques plages de sable blanc avec eaux turquoise, mais aussi pour ses vertigineuses falaises de granite.

L’une des plages les plus belles (et l’une des plus populaires) est Salmon Holes. On peut l’admirer du haut d’un lookout, accessible via une marche facile de 300 mètres. Ne manquez pas non plus la plage secrète de Jimmy Newells.

Si vous souhaitez profiter d’une vue magnifique sur le parc, vous pouvez rejoindre Peak Head, le point le plus haut de tout le parc national, accessible via un trail de 4,3 km aller-retour (environ 2 heures). Ou, si vous êtes pressé, vous pouvez suivre le Stony Hill Heritage Tail, un chemin de 500 mètres qui offre des vues à 360° sur Albany et la côte.

Enfin, les deux attractions les plus connues du Torndirrup National Park sont The Gap et Natural Bridge, situées juste à côté l’une de l’autre. The Gap vous permet d’observer un canal depuis une plateforme située 40 mètres au-dessus de la mer, et Natural Bridge est une formation rocheuse impressionnante en forme de pont, formée par les vagues et le vent.

Torndirrup National Park The Gap Western Australia
The Gap – Photo : Claire Feuardant
Torndirrup National Park The Gap Western Australia
The Gap, vue depuis la plateforme – Photo : Claire Feuardant
Torndirrup National Park Natural Bridge Western Australia
Natural Bridge – Photo : Claire Feuardant

Comme le Cape le Grand National Park, l’entrée à Torndirrup National Park coûte 15 $ par véhicule pour 24 heures.

Le centre-ville d’Albany

Nous n’avons pas trop visité le centre-ville d’Albany, l’office de tourisme et la moitié des attractions étant fermées à cause du COVID-19. Toutefois, il y a quelques bâtiments qui valent le détour, notamment l’Historic Whaling Station, le dernier Centre d’interprétation des mammifères marins à avoir fermé en Australie, et qui propose des visites guidées gratuites.

Pour les passionnés d’histoire, Albany abrite également le National ANZAC Centre, musée installé dans la Princess Royal Fortress et rendant hommage aux 41 000 hommes et femmes qui ont quitté l’Australie au départ d’Albany pour participer à la Grande Guerre. ANZAC est l’abréviation du Corps d’armée australien et néo-zélandais (Australian and New Zealand Army Corps).

Si vous êtes à Albany un week-end, profitez-en pour vous rendre au marché : ce sera l’occasion de découvrir les produits locaux de la Great Southern Wine Region, la plus grande région vinicole en Australie, qui concentre 37 % des vignes du pays.

Mount Barker

Depuis Albany, nous avons rejoint Mount Barker. La principale attraction de la région est le Castle Rock Granite Skywalk dans la Porongurup Range. Une randonnée de 4,4 km aller-retour (2 heures de marche environ) nous permet d’accéder à deux lookouts (lower et upper lookout) qui offrent une vue imprenable sur les Stirling Ranges.

Western Australia Castle Rock Granite Skywalk Lookout
La vue depuis le Castle Rock Granite Skywalk – Photo : Claire Feuardant

Sur le chemin, on peut observer plusieurs espèces d’eucalyptus, comme le yate (Eucalyptus cornuta) ou le karri (Eucalyptus diversicolor). On arrive ensuite au Balancing Rock, une formation de granite impressionnante, et au Granite Skywalk, le point de vue le plus haut (attention, pour y accéder, il faut grimper une échelle !). Si vous avez le vertige, la vue reste très belle du lookout le plus bas, situé quand même à 670 mètres de haut !

Western Australia Castle Rock Granite Skywalk
Le chemin vers le Castle Rock Granite Skywalk – Photo : Claire Feuardant
Western Australia Castle Rock Granite Skywalk Balancing Rock
Balancing Rock – Photo : Claire Feuardant

Denmark

Denmark est une autre ville de la côte sud du Western Australia, située à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest d’Albany. Les attractions majeures de Denmark sont Greens Pool & Elephant Rocks, dans le William Bay National Park, à 15 km à l’ouest de Denmark. Malheureusement, au moment où nous étions à Denmark, les deux sites étaient fermés…

Greens Pool est une piscine naturelle d’eau cristalline entourée de rochers, où l’on peut nager ou faire du snorkeling. Elephant Rocks, formé par des rochers arrondis qui rappellent un troupeau d’éléphants, est situé juste à côté.

Si vous souhaitez goûter les spécialités locales, vous pouvez suivre le Denmark Food & Wine Trail, dont la carte est disponible dans les offices de tourisme. Vous pourrez ainsi découvrir des caves à vin comme Rockcliffe Winery, Lake House Winery ou Singlefines Wines, qui produit le meilleur Chardonnay d’Australie. Une astuce si vous êtes gourmand : demandez le Coco d’Vino, une formule qui vous permet de goûter 4 vins Singlefines associés à du chocolat. Les amateurs de chocolat pourront d’ailleurs tester celui de Pawprint Chocolate.

Walpole

Pour rejoindre Walpole depuis Denmark, nous avons emprunté la Scotsdale Road Tourist Drive, qui s’étend sur 34 km et traverse de magnifiques paysages, avec des vues sur la côte.

A Walpole, nous vous conseillons la Valley of the Giants Tree Top Walk, un circuit en pleine forêt qui vous permet de marcher au-dessus de la canopée d’arbres vieux de plus de 400 ans, à 40 mètres au-dessus du sol. Nous n’y sommes pas allées car nous avions déjà expérimenté ce type d’attraction près de Sydney, lors de notre premier voyage en Australie il y a 10 ans.

Pemberton

Après Denmark, nous manquions de temps pour visiter car nous avions choisi d’anticiper un éventuel confinement en s’établissant à Margaret River. Nous sommes juste passées à Pemberton, mais si vous avez le temps, ne manquez pas le Mount Frankland Wilderness Lookout, situé à 411 mètres de haut, qui offre une vue imprenable sur la végétation de la région de Walpole.

Plus près de Pemberton, vous pouvez monter en haut du Gloucester Tree (58 mètres de haut) ou du Dave Evans Bicentennial Tree (65 mètres), pour profiter d’une magnifique vue sur la forêt de karris. Attention, c’est réservé aux plus courageux puisque l’échelle pour monter en haut des arbres est assez rudimentaire !

Où observer les baleines entre Esperance et Margaret River ?

La côte sud du Western Australia est l’un des spots privilégiés pour observer les baleines.

Entre janvier et avril, en été, vous pouvez observer une espèce locale d’orques (les Bremer Bay Killer Whales) en participant à une croisière en bateau au départ de Bremer Canyon.

Entre juin et octobre, en hiver, vous pourrez observer des baleines à bosse autour de Denmark (Wilson Head, Lights Beach, Conspicuous Cliffs, Anvil Beach, Boat Harbour) ou d’Albany (Torndirrup National Park, Ellen Cove Boardwalk). Vous pourrez également observer des baleines franches australes depuis la plateforme de Point Ann à Bremer Bay.

Notre avis sur le Berry Springs Nature Park près de Darwin

Si vous avez prévu de visiter Darwin lors de votre séjour ou PVT en Australie, vous entendrez certainement parler du Berry Springs Nature Park, un endroit très prisé pour ses piscines naturelles au beau milieu de la forêt tropicale. Nous avons choisi d’y faire un détour sur notre route entre le Litchfield National Park et Darwin, voici notre verdict !

Le Berry Springs Nature Park est assez petit : on le parcoure très facilement à pieds. Un court chemin de randonnée vous emmène au cœur d’un paysage typique du bush australien de la région de Darwin (le Top End). Vous y croiserez beaucoup de plantes et fleurs natives d’Australie, mais aussi des oiseaux et des insectes.

Le chemin de randonnée vous mènera ensuite jusqu’aux piscines naturelles du Berry Springs Nature Park, qui sont l’attraction majeure du parc. Vous pouvez vous baigner au milieu de la végétation tropicale et de la mangrove, mais aussi passer du temps sur les aires de pique-nique ombragées.

Berry Springs Nature Park Northern Territory Darwin Australia
Photo : Claire Feuardant

Pour la petite histoire, durant la Seconde Guerre Mondiale le parc de Berry Springs était l’une des infrastructures de loisirs spécifiquement dédiées aux soldats. Plus de 100 000 soldats des forces armées australiennes et alliées étaient basés dans la région du Top End et lorsqu’ils étaient en repos, ils pouvaient venir se rafraîchir et se changer les idées dans les piscines du Berry Springs Nature Park. Aujourd’hui, on peut encore apercevoir autour des piscines les restes des barrages et des cabanes qui avaient été dressés sur place pour les soldats. Lorsque vous visiterez le Berry Springs Nature Park, n’oubliez pas de tenter de les repérer afin de vous plonger dans le quotidien des soldats à cette époque.

Si vous avez l’intention de vous baigner dans les piscines naturelles du parc, nous vous conseillons de prévoir une après-midi complète sur place. Mais si, comme nous, vous comptez seulement faire la balade sans vous baigner, entre une et deux heures suffisent largement.

Berry Springs Nature Park Northern Territory Darwin Australia
Photo : Claire Feuardant

D’après nous, le Berry Springs Nature Park est un lieu qui est surtout fait pour les familles. Avec des enfants, vous pouvez passer du temps dans chacune des piscines naturelles et prendre le temps de pique-niquer. Sinon, le parc en lui-même n’a pas beaucoup d’intérêt par rapport au Litchfield National Park. Les piscines sont aménagées avec notamment des marches en béton et des échelles tandis que les piscines du Litchfield National Park sont beaucoup plus naturelles et totalement entourées de nature.

Berry Springs Nature Park Northern Territory Darwin Australia
Photo : Claire Feuardant

Pour en savoir plus sur les endroits où l’on peut se baigner dans le Litchfield National Park, rendez-vous ici.

Visiter le Litchfield National Park près de Darwin

L’une des premières choses qui nous a frappées en arrivant dans le Northern Territory a été le climat tropical. Il y fait chaud toute l’année et en été, les températures peuvent même atteindre les 50°C (!). Cela peut être assez difficilement supportable, surtout lorsqu’on sait que l’été est aussi la saison des pluies. Heureusement, nous avons visité le Northern Territory durant la saison sèche (et encore, même en plein mois de juillet nous avons trouvé l’air humide…).

Ce climat a cependant certains avantages, notamment celui de permettre le développement de paysages tropicaux comme des forêts luxuriantes et des mangroves. Si vous voulez vous familiariser avec ces paysages, la meilleure option qui s’offre à vous autour de Darwin est de visiter le Litchfield National Park, situé à un peu plus d’une heure au sud du centre-ville. Avec ses nombreuses cascades, ses piscines naturelles et ses forêts, ce parc national du Northern Territory est un concentré de paysages tropicaux.

A savoir avant de visiter le Litchfield National Park

L’ensemble du parc national peut facilement se visiter en une journée si l’on ne compte que les balades et randonnées, mais si vous avez également l’intention de vous arrêter dans l’une des piscines naturelles du parc pour vous baigner, il est préférable de prévoir de rester plusieurs jours pour ne pas être obligés de vous presser. Il y a de nombreuses options d’hébergement à l’entrée du Litchfield National Park : entre les caravan parks, les resorts et les motels, vous aurez le choix. Vous pouvez également camper à l’intérieur du parc à condition de rester dans les zones aménagées pour le camping.

Il y a plusieurs randonnées d’une heure ou plus à faire au Litchfield National Park. Bien que la plupart soient assez ombragées sur l’ensemble du trajet, ce n’est pas toujours le cas et en plein milieu de journée, il peut faire très chaud. Nous vous conseillons de commencer votre tour du parc le plus tôt possible (au lever du jour) pour profiter au maximum des heures les moins chaudes de la journée. Si vous devez randonner en plein milieu de journée, prenez beaucoup d’eau avec vous, assurez-vous de vous couvrir de crème solaire et n’hésitez pas à vous arrêter pour vous rafraîchir dans les piscines naturelles du parc.

Aussi, sachez que certaines marches et attractions ne sont accessibles qu’avec un véhicule 4WD (4×4). Nous avons visité le parc avec notre véhicule 2WD, nous avons donc tout simplement sauté ces points d’intérêt et ce que nous avons pu voir était déjà magnifique. Donc selon nous, si vous devez payer un surplus astronomique pour louer un véhicule 4WD, ce n’est pas forcément indispensable !

Enfin, il est important de savoir que contrairement à beaucoup d’autres parcs nationaux australiens, le Litchfield National Park est gratuit. Vous n’aurez donc aucun frais à payer à l’entrée !

Notre itinéraire pour visiter le Litchfield National Park

Magnetic and Cathedral termite mounds

En voyageant dans le nord du Western Australia et dans le Northern Territory, nous avons eu l’occasion d’apercevoir beaucoup de termitières géantes sur le bord des routes. C’est au premier arrêt du Litchfield National Park que nous avons enfin appris de quoi il s’agissait exactement !

Ce site permet notamment d’observer une termitière vieille de plus de 100 ans et mesurant près de sept mètres de haut. Elle a été bâtie par les termites Nasutitermes triodiae, appelés en anglais « cathedral termites » parce qu’ils sont capables de construire des structures parmi les plus hautes qui existent dans le monde animal. Ces structures sont faites avec un mélange de sable, de terre et de vase. Au cours des millénaires, les termites ont dû s’adapter au climat pénible de la région du « Top End » (la région de Darwin) et si ces structures sont si hautes, c’est pour se protéger des inondations sévères qui peuvent arriver durant la saison des pluies.

Cathedral termits Litchfield National Park Darwin Australia
La termitière de 7 mètres de haut bâtie par les Cathedral termits – Photo : Claire Feuardant

Vous pourrez également observer un autre type de termitière, bâti cette fois par les termites Amitermes meridionalis, appelés « magnetic termites » en anglais. Cette espèce est endémique à l’Australie et on ne la trouve que dans le nord du pays. Ces termites ont la particularité de s’orienter par rapport aux champs magnétiques de notre planète pour construire leurs termitières, de manière à ce que celles-ci soient exposées au soleil durant les heures de la journée où il est le moins fort, c’est-à-dire en début de matinée et en fin d’après-midi. Grâce à cette technique, la température intérieure de la termitière ne change presque pas au cours de la journée, ce qui offre des conditions de vie idéales pour les termites.

Magnetic termits Litchfield National Park Darwin Australia
Termitières bâties par les Magnetic termits – Photo : Claire Feuardant

Florence Falls

Florence Falls est une double chute d’eau qui s’écoule à l’intérieur d’un bassin, idéal pour une baignade improvisée, tout cela au beau milieu d’une forêt tropicale. C’est un vrai décor de carte postale !

Florence Falls Litchfield National Park Darwin Australia
Florence Falls – Photo : Claire Feuardant

Une courte marche permet d’accéder à un point de vue en hauteur sur les Florence Falls, mais selon nous, la plus belle vue est celle que l’on a depuis le bassin au pied de la cascade. Nous vous conseillons donc d’emprunter les escaliers qui descendent jusqu’en bas, puis de suivre le chemin de randonnée qui suit le lit de la rivière pour revenir au parking (Shady Creek walk). Si vous êtes arachnophobe comme nous, ne vous éloignez pas trop du tracé du chemin : nous avons aperçu des araignées dignes des forêts tropicales australiennes, que l’on ne voudrait vraiment pas retrouver sur soi !

Shady Creek Litchfield National Park Darwin Australia
Shady Creek, Litchfield National Park, Darwin, Australia

Golden Orb Litchfield National Park Darwin Australia
Une Golden Orb aperçue sur le chemin pour descendre aux Florence Falls – Photo : Claire Feuardant

Depuis le parking des Florence Falls, une autre randonnée vous mènera jusqu’à la piscine naturelle Buley Rockhole. Cette randonnée aller-retour fait au total 3,2 kilomètres et prend environ une heure et demie. Tout au long du chemin, vous croiserez d’autres bassins et petites criques (moins fréquentées que le Buley Rockhole) où vous pourrez vous arrêter pour vous rafraîchir.

Buley Rockhole Litchfield National Park, Darwin, Australia
Buley Rockhole – Photo : Claire Feuardant

Tolmer Falls

Tolmer Falls est également selon nous un incontournable du parc. Cette fois, vous ne pourrez pas vous rendre au pied de la cascade ni vous baigner dans le bassin, mais en revanche les panoramas que vous contemplerez tout au long de la randonnée sont magnifiques.

Si vous êtes pressés, vous pouvez faire un aller-retour jusqu’au point de vue : le chemin prend environ 30 minutes et mesure 800 mètres. Mais nous vous conseillons plutôt d’opter pour la version longue, à savoir une boucle de 1,5 kilomètres (environ 45 minutes) qui passe notamment par le même point de vue (et d’autres qui sont aussi très beaux) et qui a l’avantage de vous éviter de faire deux fois le même chemin, dans un sens puis dans l’autre.

Tolmer Falls Litchfield National Park Darwin Australia
Tolmer Falls – Photo : Claire Feuardant

La zone de Tolmer Falls est connue pour abriter des colonies de chauve-souris « fantômes » et chauve-souris « fer à cheval », des espèces protégées. Nous n’en avons pas vues mais peut-être que vous en aurez la chance !

Greenant Creek

Cette randonnée d’environ une heure et demie vous mènera à travers une forêt tropicale jusqu’aux Tjaetaba Falls. Elle est indiquée niveau modérée car le chemin monte beaucoup à l’aller, mais rassurez-vous, c’est une randonnée aller-retour, vous n’aurez donc plus qu’à redescendre au retour. La cascade Tjaetaba n’est pas impressionnante et selon nous, l’intérêt de Greenant Creek walk est surtout le chemin jusqu’à la cascade, bordé de végétation vert vif et de palmiers.

Greenant Creek Walk Litchfield National Park Darwin Australia
Greenant Creek Walk,

Wangi Falls

Wangi Falls est certainement la cascade la plus touristique et la plus fréquentée du Litchfield National Park. Les familles australiennes viennent de Darwin (et d’ailleurs) pour y passer la journée, entre baignades à l’intérieur du bassin, pique-nique sur la pelouse et randonnée au-dessus des chutes d’eau. Vous y trouverez un café, une boutique et des douches, et c’est aussi ici que vous pourrez camper. Nous ne nous sommes pas baignées mais nous avons fait la marche de trois kilomètres qui part d’un côté du bassin et monte jusqu’au sommet de la cascade avant de redescendre par l’autre côté.

Wangi Falls Litchfield National Park Darwin Australia
Wangi Falls – Photo : Claire Feuardant

Tout au long de la randonnée, vous pourrez observer une flore et une faune riches, notamment des insectes (araignées, papillons) et des chauves-souris « frugivores » (Megabats). Cette fois-ci, vous n’avez aucun risque de ne pas les voir, ou au moins les entendre : dès le début du chemin de randonnée, on peut déjà en voir des dizaines en train de voler et se suspendre aux cimes des arbres.

Wangi Falls Litchfield National Park Darwin Australia
La randonnée qui passe au-dessus des Wangi Falls – Photo : Claire Feuardant

Si vous aimez les randonnées en pleine nature, ne manquez pas de visiter la côte ouest et le centre de la Tasmanie, l’un de nos endroits de nature préférés en Australie !

Nos conseils pour votre premier séjour à New-York

Prévoir un premier voyage à New York peut être un vrai casse-tête. Que faut-il voir en priorité ? Où faut-il se loger ? Les visitor pass sont-ils rentables ? Comment se déplacer ? Voici notre retour d’expérience après notre tout premier séjour à New York, et nos conseils pour préparer votre voyage.

Combien de temps rester à New York ?

Vous vous en rendrez vite compte, New York est une ville immense. Comme partout aux Etats-Unis, les distances à parcourir sont bien plus longues qu’en France. Rien que pour longer Central Park à pieds, il vous faudra une heure ! Et pourtant, les choses à voir et à faire ne manquent pas. Conclusion, sauf si vous y êtes déjà allé, oubliez le week-end de trois jours à New York ! Il vous serait tout simplement impossible de tout voir.

Nous avons passé une semaine à New York, mais si votre budget vous le permet, une dizaine de jours ne serait pas de trop, surtout si vous avez l’intention de prendre votre temps, flâner dans Central Park toute une journée pour se mettre dans la peau d’un New-Yorkais, écumer les boutiques de vêtements, disques et livres ou passer du temps dans des cafés (ce que nous n’avons pas eu le temps de faire !).

Rues NYC
Le meilleur moyen de visiter New York, c’est de prendre le temps de flâner dans les rues ! – Photo : Claire Feuardant

Enfin, il faut savoir que la plupart des centres d’intérêts sont concentrés dans Manhattan, mais un logement dans ce quartier vous coûtera cher ! Si vous n’avez pas les moyens de loger dans Manhattan, il faudra compter chaque matin et chaque soir une demi-heure à une heure de métro pour relier le centre touristique (avec un ou plusieurs changements !). En ce qui nous concerne, nous avions trouvé un logement dans Long Island City sur Airbnb. Même s’il était très bien desservi par le métro et le bus, nous avons quand même passé en moyenne quarante-cinq minutes deux fois par jour dans les transports… Vous pourrez toujours profiter de tout ce temps pour lire votre guide de New York et préparer votre journée !

Les incontournables à New York

Si vous visitez New York pour la première fois, nous vous recommandons de prendre le New York CityPASS. Valable jusqu’à neuf jours à compter de sa première utilisation, il coûte 136$ au tarif adultes et il inclut l’entrée pour neuf attractions emblématiques : la Statue de la Liberté et Ellis Island, le Met, le musée d’histoire naturelle, le musée Guggenheim (ou le Top of the Rock, au choix) et le musée du Mémorial du 11 septembre (ou l’Intrepid Sea, Air & Space Museum, au choix).

Vous pouvez acheter votre New York CityPASS en ligne sur ce site. Vous le recevrez ensuite par email, il vous suffira de le télécharger et de le conserver sur votre téléphone pour le montrer à l’entrée de chaque attraction. Le New York CityPASS a également l’avantage d’être coupe-file : vous aurez toujours une file d’attente dédiée uniquement aux porteurs d’un pass, ce qui vous fera gagner du temps !

Attention cependant, nous avons eu deux petites déceptions du fait que nous étions mal informées sur l’utilisation du New York CityPASS.

  • D’abord, il faut savoir que pour la visite de la Statue de la Liberté, le New York CityPASS inclut uniquement la traversée en bateau jusqu’à Liberty Island. Si vous voulez monter sur le piédestal ou en haut de la couronne, il faudra acheter un billet en plus. Vous pouvez les réserver sur ce site. Attention, le nombre de places est limité et les réservations partent très vite. Pour obtenir un billet pour monter dans la couronne, il faudra vous y prendre 2 à 4 mois à l’avance ! Le billet pour le piédestal coûte 19,25$ par adulte et le billet pour la couronne coûte 22,25$ par adulte.
  • Si pour la plupart des attractions comprises dans le New York CityPASS, vous pouvez vous rendre sur place et visiter directement, ce n’est en revanche pas le cas du Top of The Rock. Vous devez d’abord réserver votre créneau en ligne ou bien sur place. Encore une fois, prenez-vous-y à l’avance pour avoir plus de choix.

Mural Audrey Hepburn Little Italy NYC
Audrey Hepburn Mural, un incontournable de Little Italy à New York – Photo : Claire Feuardant

La Statue de la Liberté

La Statue de la Liberté est l’emblème de New York par excellence. Cette construction de 93 mètres de haut était la première chose que voyaient les immigrés arrivant à New York par bateau aux XIXème et XXème siècles. Aujourd’hui, elle est aussi un point de repère pour les New-Yorkais, que l’on peut notamment apercevoir depuis le pont de Brooklyn et depuis Lower Manhattan.

La Statue de la Liberté a été créée par l’ingénieur Gustave Eiffel et le sculpteur Frédéric-Auguste Bartholdi. Elle fut offerte en cadeau par la France aux Etats-Unis en 1886, afin de célébrer le centenaire de la déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776.

Statue de la Liberté NYC
La Statue de la Liberté – Photo : Claire Feuardant

Plus qu’un emblème de la ville, cette statue est un véritable symbole de l’indépendance américaine. Elle représente une femme qui tient dans une main une tablette portant la date de la déclaration d’indépendance des Etats-Unis, symbole de la justice, et dans l’autre main une torche, symbole de la liberté individuelle chère à la philosophie des Lumières. Sa couronne à sept pointes peut représenter les sept continents ou bien les sept océans, mais dans les deux cas, elle est aussi un symbole d’universalité.

La Statue de la Liberté se trouve sur Liberty Island. Pour y aller, il faut prendre le bateau depuis Battery Park à Lower Manhattan. Nous vous conseillons d’y aller à l’ouverture et de prendre le premier bateau afin de profiter de votre visite avant qu’il y ait trop de monde sur Liberty Island.

Statue de la liberté NYC
Vue sur la Statue de la Liberté depuis le bateau, avec Lower Manhattan en fond – Photo : Claire Feuardant

Ellis Island

Le billet pour Liberty Island inclut également un arrêt sur Ellis Island, où se trouvait l’ancien centre d’accueil des immigrants, aujourd’hui reconverti en musée. Aux XIXème et XXème siècle, Ellis Island était en effet la porte d’entrée des nouveaux arrivés sur le sol américain. On y vérifiait l’identité de chaque immigrant ainsi que leur état de santé et leur casier judiciaire. S’ils étaient jugés aptes à venir travailler et s’établir en Amérique, ils pouvaient entrer à New York. Dans le cas contraire, ils étaient renvoyés en Europe par le premier bateau de retour. Les malades étaient gardés en quarantaine jusqu’à leur guérison.

Ellis Island NYC
La salle où étaient accueillis les immigrants sur Ellis Island – Photo : Claire Feuardant

Nous avons adoré la visite d’Ellis Island. Pour visiter le musée de l’immigration, nous vous recommandons de prendre un audio-guide. La visite guidée nous amène à se mettre dans la peau d’un immigrant venant de débarquer sur Ellis Island : elle nous immerge complètement dans l’ambiance de l’époque et elle est très instructive.

Lower Manhattan NYC
Vue sur Lower Manhattan depuis Ellis Island – Photo : Claire Feuardant

L’Empire State Building

Cette tour de style art-déco située en plein cœur de Manhattan est l’un des emblèmes de New York. De la littérature au cinéma, New York n’est jamais représentée sans son Empire State Building, édifice de 381 mètres de haut et de 102 étages qui était considéré, lors de son inauguration en 1931, comme le plus haut gratte-ciel de la planète.

Empire State Building
L’Empire State Building vu du Top of the Rock – Photo : Claire Feuardant

Monter au sommet de l’Empire State Building est une expérience incontournable lors d’un séjour à New York. Sachez qu’il existe deux plateformes d’observation, la première étant située au 86ème étage et la seconde au 102ème étage. Le New York CityPASS n’autorise malheureusement que la montée au 86ème étage, mais nous avons finalement trouvé que c’était suffisant : le panorama est déjà très impressionnant de cette hauteur et il permet de voir une grande partie de la ville, dont l’East River, Roosevelt Island, Brooklyn et de très beaux édifices comme le One World Trade Center, la tour Chrysler et le Flatiron Building. En revanche, vous ne verrez pas très bien Central Park depuis le 86ème étage car il est en partie caché derrière les gratte-ciels.

Tour Chrysler depuis l'Empire State Building NYC
La Tour Chrysler vue depuis l’Empire State Building – Photo : Claire Feuardant

Empire State Building NYC

Empire State Building NYC

Empire State Building NYC

Empire State Building NYC
Vue sur Lower Manhattan et le Flatiron Building – Photo : Claire Feuardant

Empire State Building NYC

Pour profiter au maximum de votre visite sans la foule, nous vous conseillons vivement de monter à la plateforme d’observation de l’Empire State Building dès son ouverture, c’est-à-dire à huit heures. Si vous avez un peu de chance, vous pourrez profiter de la belle lumière du matin (avis aux photographes !). Comme vous pouvez le voir sur nos photos, nous n’avions pas un temps extrêmement beau mais au moins, la vue était dégagée !

Empire State Building NYC

Empire State Building NYC

Le Top of the Rock

Si vous souhaitez découvrir un panorama différent sur New York, nous vous conseillons de monter également sur la plateforme d’observation du Top of the Rock. Elle se trouve à 259 mètres de haut, au 70ème étage du Comcast Building qui est la plus haute tour du Rockfeller Center. Par rapport à l’Empire State Building, le Top of The Rock apporte quand même un petit plus : d’abord, vous aurez une vue dégagée sur Central Park et ensuite, vous pourrez contempler l’Empire State Building.

Top Of The Rock vue sur Central Park NYC
Vue sur Central Park depuis le Top of the Rock – Photo : Claire Feuardant

Nous vous conseillons de monter au Top of the Rock au coucher du soleil. Cela vous permettra d’apprécier non seulement la vue de jour sur New York et Central Park, mais aussi vue de nuit sur les lumières de Manhattan et l’Empire State Building. Par contre, c’est une plage horaire assez prisée des touristes alors attendez-vous à ce qu’il y ait du monde !

Top Of The Rock vue sur l'Empire State Building NYC
Vue sur l’Empire State Building depuis le Top of the Rock – Photo : Claire Feuardant

Le One World Trade Center et le Mémorial du 11 Septembre

Treize ans après la destruction des tours jumelles du World Trade Center durant les attentats terroristes de 2001, une nouvelle tour était inaugurée sur le même site : le One World Trade Center, aussi surnommé « Freedom Tower ». Du haut de ses 546 mètres de hauteur (antenne comprise) et ses 108 étages, cette tour est la plus haute de New York. La plupart des étages sont occupés par des bureaux (dont ceux du géant de l’édition Condé Nast). Aux 100ème et 101ème étages, on trouve un restaurant et au 102ème étage, une plateforme d’observation permet aux touristes d’accéder à une vue à 360° sur New York.

One World Trade Center NYC
Le One World Trade Center – Photo : Claire Feuardant

Juste à côté du One World Trade Center se trouve le mémorial du 11 Septembre. Il a été bâti à l’endroit exact où se trouvaient les tours jumelles : sur la base de chaque tour se trouve un bassin élevé en hommage aux victimes. Vous pouvez également visiter un petit musée qui revient sur les attentats du 11 septembre et la reconstruction du site. Il y a également toute une pièce dédiée aux enfants et adultes qui ont perdu la vie lors des attentats. La visite de ce musée est selon nous très instructive, mais elle n’est absolument pas ce qu’il y a de plus joyeux. Si vous estimez que cela sera émotionnellement trop lourd pour vous, passez votre chemin.

Mémorial 11 septembre NYC
Mémorial 11 septembre NYC © Alice Feuardant

Enfin, vous ne pouvez pas repartir sans faire un tour à l’intérieur de la station World Trade Center (aussi baptisée « Oculus »), l’un des terminaux du PATH (Port Authority Trans-Hudson, le réseau de métro qui relie New York et les principales villes du New Jersey). L’« Oculus » a été construit par l’architecte espagnol Santiago Calatrava (on reconnaît immédiatement son style !) et il renferme également une galerie commerçante.

Oculus extérieur NYC
L’Oculus vu de dehors – Photo : Claire Feuardant

Oculus NYC
L’intérieur de l’Oculus – Photo : Claire Feuardant

Brooklyn

Vous avez forcément déjà entendu parler du Brooklyn Bridge, le pont le plus célèbre de New York et aussi le plus ancien. Conçu par l’architecte John Augustus Roebling, il fut inauguré en 1883. Aujourd’hui, il est une icône de New York et un incontournable à ne pas manquer lors d’un séjour dans la Grosse Pomme. Avec ses presque deux kilomètres de long, le Pont de Brooklyn enjambe l’East River et relie Manhattan au quartier de Brooklyn, plus calme et à tendance hipster. Nous vous conseillons de le traverser à pieds afin de profiter au mieux de son architecture unique et de la vue sur la skyline de Manhattan.

Pont de Brooklyn NYC
Le Pont de Brooklyn sous la pluie – Photo : Claire Feuardant

Pont de Brooklyn NYC
Le Pont de Brooklyn vu depuis Brooklyn, avec Manhattan en arrière-plan – Photo : Claire Feuardant

Le quartier de Brooklyn est à voir absolument car il possède un charme unique que vous ne retrouverez nulle part ailleurs à New York. Nous vous conseillons de prévoir du temps pour flâner au hasard des rues de Brooklyn Heights (où vous verrez les fameuses maisons en grès rouge !), contempler le street art dans l’ancienne zone industrielle de Bushwick, vous immerger dans la culture hipster à Williamsburg ou encore faire le tour des stands du fameux Brooklyn Flea, le plus grand marché aux puces de New York.

Street Art Brooklyn NYC
Street Art à Brooklyn – Photo : Claire Feuardant

Depuis le quartier de Dumbo (Down Under the Manhattan Bridge Overpass), vous pourrez profiter de la vue, célèbre sur Instagram, du pont de Manhattan entre deux rues. Cet ancien quartier industriel a troqué ses entrepôts et bâtiments d’usine contre des restaurants tendances, des boutiques branchées et des galeries d’art indépendantes. Nous avons adoré cette ambiance !

Vue sur le Pont de Manhattan depuis Dumbo
Vue sur le Pont de Manhattan depuis Dumbo – Photo : Claire Feuardant

C’est également à Brooklyn que nous avons eu l’occasion d’assister à une messe gospel. Nous avions choisi l’Eglise The Brooklyn Tabernacle, qui est magnifique à l’intérieur. La séance était un peu touristique (et donc, mise en scène) et un peu longue, mais nous n’avons pas regretté d’y avoir assisté car c’est quelque chose de vraiment particulier que l’on ne voit qu’à New York !

Le Chelsea Market

Installé depuis 2005 dans l’ancienne usine de la National Biscuits Company (qui fabrique notamment les fameux Oreo), le Chelsea Market est un incontournable à New York en termes de gastronomie. Dans un décor industriel qui rappelle les origines du bâtiment, on peut trouver d’absolument tout : des spécialités américaines typiquement new-yorkaises comme le pastrami, de la gastronomie italienne ou thaï, des burgers, des tacos, de la pâtisserie, des fruits, du vin, des salades, des soupes et même le fameux homard du Maine.

Chelsea Market NYC
Chelsea Market – Photo : Claire Feuardant

Nous avons testé The Lobster Place car nous en avions lu de bonnes critiques sur Internet. Après avoir longuement hésité avec le homard, nous avons finalement opté pour un « clam chowder » dans un « bread bowl » (une soupe de coquillages dans un pain en forme de bol), une spécialité du nord-est des Etats-Unis. On ne peut que vous le recommander car c’était délicieux et en plus, vous n’en mangerez qu’aux Etats-Unis !

Lobster Place NYC
Clam chowder dans un bread bowl, The Lobster Place – Photo : Alice Feuardant

La High Line

Non loin du Chelsea Market, toujours dans le district de Chelsea, vous pouvez monter sur la High Line, une ancienne portion de voie ferrée aérienne qui est aujourd’hui inutilisée et reconvertie en parc urbain. C’est une promenade très agréable qui permet non seulement de profiter d’un peu de soleil et de nature, mais aussi d’avoir vue sur tout le Meatpacking District, ancien quartier industriel qui abritait auparavant des abattoirs. Aujourd’hui, c’est un quartier branché qui accueille des bars et restaurants tendance mais aussi des boutiques de mode haut-de-gamme.

High Line NYC
Vue depuis la High Line – Photo : Claire Feuardant

High Line NYC
Vue depuis la High Line – Photo : Claire Feuardant

La High Line se trouve très près du Chelsea Market. Vous pouvez même prendre votre lunch à emporter au marché et venir le manger dans le parc urbain, en contemplant la vue sur les immeubles en briques rouges si représentatifs de New York !

High Line Chelsea Market Fried Oreos NYC
Nous avons testé les ‘Fried Oreos’ de Creamline au Chelsea Market – Photo : Alice Feuardant

Le Vessel

Amateurs d’architecture et de photographie, nous vous recommandons sans hésiter la visite du Vessel, une structure incroyable imaginée par le designer Thomas Heatherwick. Située non loin du Chelsea Market et de la High Line, cette structure est un enchevêtrement d’escaliers qui montent et descendent dans tous les sens. Il y a 154 escaliers en tout et la structure mesure 45 mètres de haut.

Vessel NYC
Le Vessel – Photo : Claire Feuardant

Depuis les étages les plus élevés du Vessel, vous aurez de très belles vues sur les alentours, notamment sur l’Hudson River, mais aussi sur les étages inférieurs de la structure qui forment un véritable labyrinthe de béton, d’acier et de cuivre.

Vessel NYC
La structure du Vessel forme comme un nid d’abeilles – Photo : Alice Feuardant

Vessel NYC
Vue du Vessel depuis les étages du haut – Photo : Claire Feuardant

Vessel NYC

L’entrée est gratuite, cependant il est obligatoire de réserver sa place à l’avance afin d’éviter qu’il y ait trop de monde en même temps sur le Vessel. Pour être sûr(e) de pouvoir choisir l’horaire qui vous convient le mieux, assurez-vous de réserver votre billet pour le Vessel à l’avance car les places partent très vite !

Le Metropolitan Museum of art (Met)

Si vous ne deviez visiter qu’un seul musée à New York, ce serait sans hésiter The Met. Ce musée mondialement connu attire chaque année plus de cinq millions de visiteurs et ce n’est pas pour rien !

Prévoyez du temps pour le visiter : le musée s’étend sur plus de 180 000 km² et il renferme plus de deux millions d’œuvres d’art du monde entier et de toutes les époques. Vous pourrez y admirer de l’art océanien, égyptien, africain, grec, romain, américain, européen et asiatique. De Gauguin à Michel-Ange, en passant par Rembrandt, Monet et Van Gogh, les plus grands noms de la peinture, de la gravure et de la sculpture se trouvent au Met.

Avant de venir, renseignez-vous aussi sur les expositions temporaires, qui sont elles aussi originales et très intéressantes : nous étions tombées sur une exposition présentant des instruments emblématiques de l’histoire du rock n’roll (« Play it Loud »), une première pour un musée d’art.

Play it Loud The Met NYC
L’affiche de l’exposition que nous avons vue au MET – Photo : Alice Feuardant

Play it Loud The Met Blackie Eric Clapton
Nous avons eu la chance de pouvoir voir la fameuse guitare d’Eric Clapton, « Blackie », au MET ! – Photo : Claire Feuardant

Central Park

Impossible de visiter la Grosse Pomme sans passer par Central Park, le poumon vert de New York que l’on a vu maintes fois dans les films et séries américains ! Le parc s’étend sur plus de 3 km² et il regorge de choses à voir : prévoyez d’y passer une demi-journée au minimum. Nous avons loué un vélo pour visiter Central Park mais si vous en avez le temps, nous vous recommandons vivement de faire le tour à pied car beaucoup de portions du parc sont difficilement accessibles en vélo.

Central Park NYC
Les allées de Central Park – Photo : Claire Feuardant

Le meilleur moyen de ne rien manquer lors de votre visite de Central Park est de vous aider d’un plan indiquant tous les points d’intérêt du parc. Voici une liste (non-exhaustive) de ce que nous vous conseillons de voir à Central Park :

  • The Mall and Literary Walk, un sentier boisé qui est magnifique en automne. Faites confiance aux locaux : c’est l’un de leurs endroits préférés !
  • La Statue d’Alice aux Pays des Merveilles et, presque à côté, celle de Hans Christian Andersen.
  • Strawberry Fields, un mémorial pour John Lennon, construit à quelques mètres du Dakota Building, où il fut assassiné le 8 décembre 1980.
  • Le Turtle Pond ou « étang des tortues » depuis lequel vous aurez de magnifiques panoramas sur la skyline de Manhattan avec Central Park en premier plan (et les tortues sont hilarantes !).
  • Le Bow Bridge, pont le plus romantique de New York.
  • La fontaine Bethesda, certainement la plus grande et la plus connue de Central Park.

Statue Alice aux Pays des Merveilles Central Park NYC
La Statue Alice aux Pays des Merveilles – Photo : Claire Feuardant

Strawberry Fields Central Park NYC
Strawberry Fields – Photo : Claire Feuardant

Turtle Pond Central Park NYC
Turtle Pond – Photo : Claire Feuardant

Bow Bridge Central Park NYC
Bow Bridge – Photo : Claire Feuardant

Fontaine Bethesda Central Park NYC
La Fontaine Bethesda – Photo : Claire Feuardant

Comme un vrai New-yorkais, n’hésitez pas à vous arrêter pour lire ou prendre votre déjeuner sur l’une des nombreuses pelouses du parc !

Times Square  et Broadway

A l’ouest de Midtown, le quartier commerçant et central de Manhattan, se trouve Times Square, l’un des plus célèbres carrefours du monde. De jour comme de nuit, Times Square impressionne par son effervescence, ses couleurs, ses lumières et ses très nombreuses boutiques de marques, dont Levi’s Jeans, Gap, Disney Store, Sephora, Swarovski, M&M’s World ou encore Fossil.

Times Square de jour NYC
Times Square de jour – Photo : Claire Feuardant

Times Square de nuit NYC
Times Square de nuit – Photo : Alice Feuardant

Times Square de nuit NYC
Times Square de nuit – Photo : Alice Feuardant

Nous vous recommandons d’aller dîner en soirée sur Times Square. Nous avons testé le restaurant Ellen’s Stardust qui selon nous, vaut le détour pour son ambiance vraiment spéciale ! Dans un décor de diner typiquement américain des années 50, les serveurs font le show en chantant et en dansant comme s’ils étaient dans une comédie musicale ! Les plats servis à la carte sont des classiques américains (burgers, sandwichs, appetizers à partager… et un excellent cheesecake pour le dessert !) et les prix restent raisonnables. Un conseil : le restaurant est toujours plein et vous devrez sans doute faire la queue pour entrer, essayez donc de venir le plus tôt possible !

Times Square Ellen's Stardust NYC
Ellen’s Stardust – Photo : Alice Feuardant

C’est à Times Square que se trouve la Great White Way, la portion de Broadway célèbre pour ses théâtres. Si vous en avez les moyens, réservez une pièce de théâtre, un spectacle de comédie musicale ou encore un concert sur Broadway : c’est une expérience incontournable à New York !

Broadway NYC
Broadway – Photo : Alice Feuardant

Ed Sullivan Theater Broadway NYC
Le Ed Sullivan Theater sur Broadway – Photo : Alice Feuardant

Coney Island

Coney Island est en fait une péninsule et non une île, puisqu’elle est accessible depuis la ville via le tramway et le train. S’il fait beau, ne manquez pas de vous promener le long du bord de mer sur Coney Island Beach, qui donne sur l’Océan Atlantique. Coney Island a été l’un de nos coups de cœurs à New York : c’est un lieu hors du temps, qui donne l’impression de revenir dans l’Amérique du XXème siècle, avec son parc d’attraction Luna Park datant des années 1920. Certaines attractions du parc sont d’ailleurs inscrites au registre national des lieux historiques, notamment sa célèbre roue (Wonder Wheel) et ses montagnes russes (The Cyclone).

Coney Island NYC
Le boardwalk de Coney Island – Photo : Claire Feuardant

Coney Island NYC
Street art sur le boardwalk de Coney Island – Photo : Claire Feuardant

Le long de la promenade de la plage, vous trouverez des charmantes échoppes qui semblent sorties tout droit des années 1950, où vous pourrez goûter à la fameuse street food new-yorkaise. Nous vous conseillons de vous arrêter chez Nathan’s Famous, établissement historique et plus que centenaire à Coney Island, qui fait de délicieux hot-dogs. Si vous avez besoin de vous rafraîchir après votre marche le long de la plage, Ruby’s Bar and Grill est réputé pour ses bières !

Le siège de l’ONU

C’est à New York que se trouve le siège de l’Organisation des Nations Unies. Si cela vous intéresse, vous pouvez participer à une visite guidée des lieux, qui dure environ une heure. Pour entrer à l’intérieur du siège de l’ONU, vous devrez obligatoirement passer par le check-in office situé à l’angle de la 45th street et de la 1st avenue, afin de montrer votre passeport et vous faire contrôler. A l’issue de cette courte mesure de sécurité, vous obtiendrez un badge que vous devrez porter tout le temps de votre visite. Ensuite, rendez-vous au centre d’accueil des visiteurs : c’est de là que partent les visites guidées.

Sculpture Sphere Within Sphere Arnaldo Pomodoro ONU NYC
Sculpture en bronze Sphere Within Sphere d’Arnaldo Pomodoro – Photo : Claire Feuardant

Sculpture Non-Violence ONU NYC
Sculpture Non-Violence (The Knotted Gun) de Carl Fredrik Reuterswärd – Photo : Claire Feuardant

Aussi, sachez que l’ONU émet des collections de timbres uniques. Si vous ou un membre de votre famille est philatéliste, faites un tour dans la boutique qui vend ces timbres, à l’intérieur du centre d’accueil. Les collections sont très variées, vous trouverez forcément votre bonheur !

Greenwich Village

Ce quartier de Manhattan est principalement résidentiel mais il vaut le détour car il s’agit de l’un des quartiers les plus authentiques de New York. Centre de la culture bohème et principal foyer artistique de la ville, Greenwich Village a vu naître de nombreux mouvements d’avant-garde en politique comme en art (musique et théâtre).

Dans les années 1950, c’était à Greenwich Village que se retrouvaient les auteurs de la Beat Generation (Jack Kerouac, Allen Ginsberg et William Burroughs). Et dans les années 1960, c’est ici que Bob Dylan, Jimi Hendrix ou encore Bruce Springsteen ont fait leurs débuts dans la musique, sur la scène du Café Wha?. Encore aujourd’hui, Greenwich Village offre une vie artistique trépidante, avec de nombreux clubs de comédie et de jazz.

Café Wha? Greenwitch Village NYC
Le Café Wha?, à Greenwitch Village, où ont débuté Bob Dylan, Jimi Hendrix, Bruce Springsteen ou encore The Velvet Underground – Photo : Claire Feuardant

Si vous êtes fan de la série Friends, arrêtez-vous devant le 90 Bedford Street : c’est ici que se trouve l’appartement de Monica !

Le Financial District

Tout le monde a déjà entendu parler de Wall Street ! Cette rue mondialement connue se trouve dans le Financial District, ou quartier des affaires de New York. En semaine, le Financial District est un quartier qui est en effervescence toute la journée, surtout aux heures de pointe et durant le lunch break. Vous y verrez beaucoup de bureaux mais aussi les principaux établissements financiers de la ville, comme la Bourse de New York. Vous pouvez également apercevoir Federal Hall, l’un des plus anciens bâtiments de Wall Street, aujourd’hui inscrit au Registre national des lieux historiques.

Dans le Financial District, vous pourrez également apercevoir deux statues en bronze : Fearless Girl située devant le New York Stock Exchange et le Charging Bull sur le Bowling Green Park. Attention, ces deux statues sont vite prises d’assaut par les touristes, essayez donc de les voir le plus tôt possible dans la matinée tant qu’il n’y aura pas encore trop de monde…

Fearless Girl Financial District NYC
La statue en bronze « Fearless Girl » dans le Financial District, devant le New York Stock Exchange – Photo : Claire Feuardant

La gastronomie à NY

New York est connue pour sa street food, que l’on peut acheter à emporter dans un food truck et manger sur le pouce. Pizza, burgers, bagels, sandwiches au pastrami, hot dogs, lobster rolls, donuts… New York est le temple de la gastronomie américaine. Mais c’est aussi une ville cosmopolite, qui s’est construite autour des cultures apportées par les immigrants venant d’Europe et d’Asie. Si vous avez envie de goûter quelque chose d’original, sachez que vous pourrez trouver de tout à New York, de la cuisine japonaise à la cuisine russe, en passant par la cuisine indienne ou encore allemande.

Voici un aperçu de nos adresses préférées :

  • Nathan’s Famous, dont nous vous avons déjà parlé, qui font des hot dogs excellents ;
  • Ellen’s Stardust pour l’ambiance déjantée et la carte typique d’un bon diner américain ;
  • Shake Shack, cela reste un fast food mais c’est une véritable institution à New York (et c’est bien meilleur que le McDonald’s !) ;
  • Veselka, un restaurant ukrainien dans East Village qui sert notamment de savoureux pierogis ;
  • Levain Bakery pour leurs cookies décadents ;
  • Supermoon Bakehouse pour leurs croissants fourrés délicieux ;
  • Taiyaki NYC si vous souhaitez goûter une spécialité japonaise (à laquelle nous sommes accros !) qui se présente sous la forme d’un poisson fait en pâte à pancake et fourré avec de la pâte de haricots rouges sucrée, surmonté d’une glace à l’italienne ;
  • Dominique Ansel Bakery, une pâtisserie ouverte à New York par le chef Français Dominique Ansel et qui cartonne, notamment grâce à ses cronuts (mi-croissant, mi-donut).

Levain Bakery NYC
Les cookies de Levain Bakery : un incontournable pour les gourmands à New York ! – Photo : Claire Feuardant

Supermoon-Bakehouse-NYC©Alice-Feuardant
Croissant au matcha et à la framboise de Supermoon Bakehouse – Photo : Claire Feuardant

Cronut Dominique Ansel Bakery NYC
Dominique Ansel Bakery est réputé pour ses cronuts. Un conseil : allez-y tôt le matin pour éviter la queue ! – Photo : Claire Feuardant

Les transports à NY

Autant vous prévenir tout de suite : vous ne pourrez pas tout faire à pieds. Pour ne pas perdre trop de temps, vous serez obligés de prendre le métro très souvent. A l’unité, les tickets de métro coûtent assez cher (3$), mais vous pouvez aussi choisir d’acheter une Metrocard « Pay-per-ride », qui est plus rentable, car elle ramène le prix d’un trajet à 2,75$. Vous pouvez y mettre autant de solde que vous le souhaitez, et la recharger quand vous le voulez à une borne. Attention : lorsque vous achetez une nouvelle carte, des frais s’ajoutent pour l’impression.

Sinon, il existe aussi des pass illimités de 7 et 30 jours. Nous avons pris une MetroCard 7 jours, et ça nous a coûté 33$. Autrement dit, vous amortirez votre carte au-delà de douze trajets dans la semaine. A moins d’avoir votre hôtel en plein cœur de Manhattan ou de visiter New-York en vélo, vous arriverez très facilement à douze trajets ! Contrairement à la Metrocard « Pay-per-ride », les MetroCard 7 ou 30 jours ne sont valables que pour une seule personne.

 

Envie de découvrir une autre facette des Etats-Unis ? On vous donne tous nos conseils pour profiter au maximum de votre séjour à San Francisco.

Coup de cœur art : les collages « upcyclés » de Lorys

Sur les réseaux sociaux, dans les galeries d’art ou sur les podiums de mode, l’Upcycling, ou « surcyclage » en français, est une tendance qui monte. Si vous n’avez jamais entendu ce terme, vous en avez sans aucun doute déjà croisé de multiples exemples (à moins d’avoir vécu dans une yourte ces vingt dernières années !). Petit frère artiste dans l’âme du Do It Yourself (DIY pour les intimes), l’Upcycling est partout. Et sa cote de popularité n’est pas prête de redescendre…

Qu’est-ce que l’Upcycling ?

L’Upcycling doit sans doute beaucoup de son succès au DIY (« fais-le toi-même » en français), une pratique qui consiste à fabriquer soi-même des objets que l’on pourrait trouver dans le commerce, souvent en recyclant de vieux matériaux. Ainsi, un vieux jean démodé peut redevenir tendance avec quelques perles, des franges ou du patchwork. Avec des idées et les matières premières adéquates, vous pouvez aussi fabriquer votre propre savon, votre propre papier ou encore vos propres bijoux. Economique, écologique et créatif, le DIY a tout pour plaire. Pas étonnant que les tutos consacrés à ce concept à la mode aient fleuri à une vitesse folle sur la toile au cours de ces dernières années ! Sur Pinterest, YouTube, Instagram ou des blogs entièrement dédiés au DIY, de plus en plus d’internautes prodiguent leurs conseils dans tous les domaines : la mode, la déco, la cuisine… et même la mécanique !

Pour la petite histoire, le DIY a toujours existé (dès lors que l’on bricole chez soi, on peut considérer qu’il s’agit de DIY) mais il n’est devenu un mouvement à part entière qu’à partir des années 1970… grâce aux punks ! Ceux-ci se revendiquaient anti-société de consommation et affichaient un refus catégorique de s’y conformer dans leur comportement comme dans leur tenue vestimentaire. Puisqu’ils refusaient de consommer ce que leur offrait la société, les punks ont commencé eux-mêmes à autoproduire leur propre musique, fabriquer leurs propres vêtements et créer leurs propres magazines amateurs (« fanzines »). C’est ainsi qu’est né le DIY en tant que pratique engagée. Aujourd’hui, il s’agit plus souvent d’un engagement écologique ou de la volonté de faire partie d’une « communauté » de créateurs partageant les mêmes valeurs.

L’Upcycling est une forme de DIY exclusivement basée sur des matières recyclées. Comme le souligne son préfixe « up », l’Upcycling va au-delà du recyclage : il ne s’agit plus que de « faire du neuf avec du vieux » mais de redonner une seconde vie à un objet obsolète. Autrement dit, l’Upcycling donne une nouvelle fonction à l’objet recyclé, moins fonctionnelle et utilitaire que sa fonction première. Contrairement au DIY, l’Upcycling a toujours une dimension esthétique : transformer une collection de vieux vinyles usés en un mobile purement décoratif, utiliser un vieux vélo pour créer un superbe meuble de salle de bain, fabriquer une salopette tendance à partir d’un vieux jean déchiré… les exemples abondent sur Pinterest. Les artistes aussi sont de plus en plus nombreux à utiliser des matériaux recyclés pour créer de très belles œuvres qui n’ont plus rien à voir avec la banalité de l’objet récupéré. Volonté de suivre le mouvement ou réelle préoccupation écologique ? En art, toutes les raisons sont bonnes pour allier l’utile à l’originalité…

Lorys collages : du découpage au recyclage, tout un art !

L’un de nos coups de cœurs en matière d’Upcycling est l’artiste Lorys. De son vrai nom Cathy Feuardant, elle s’est intéressée à l’art dès son enfance, grâce à son grand-père qui était artiste peintre et lui parlait de Dali, de l’art abstrait et du mouvement surréaliste. C’est avec les collages qu’elle a trouvé sa voie dans l’art. Elle recycle du papier, venant principalement de magazines du monde entier qu’elle récupère alors qu’ils ont déjà servis, dans le but de leur donner une seconde vie. Elle passe beaucoup de temps à découper, en choisissant des images qui l’inspirent ou qui lui évoquent un souvenir, une émotion. Ensuite, elle assemble ces images par thèmes, par couleurs ou bien en fonction de la poésie qui s’en dégage. Souvent, elle cherche aussi à raconter une histoire à travers l’association des images.

Lorys travaille sur différents formats. Plus récemment, elle s’est en quelques sortes spécialisée dans les collages au format carré en disposant de petites images carrées de 3X3 ou 4X4 centimètres. Ses collages se déclinent en différents formats, principalement 30X30 (avec 49 images) et 50X50 (avec 81 images). Ce que l’on adore dans ce concept, c’est que l’on n’a jamais fini de voir tout ce qui se cache à l’intérieur du collage ! Chaque image est différente mais en même temps, l’ensemble est parfaitement cohérent. On peut y lire une histoire,  y vivre un événement ou tout simplement y retrouver une émotion.

Pour réaliser un collage au format carré, Lorys découpe en moyenne trois fois plus d’images que le nombre final figurant sur le tableau. C’est un véritable travail de fourmi, qu’elle exerce avec passion.

Lorys dans son atelier
Lorys dans son atelier

Depuis 2000, Lorys a participé à de nombreux événements à travers lesquels elle a pu se faire connaître et rencontrer son public : des expositions publiques ou privées, des marchés de l’art, des festivals et salons de créateurs…

Lorys a également pour projet de participer au Festival Hello Flower à Six-Fours (83), un événement dédié à la culture « peace and love ». Suite aux récentes décisions autour du Covid-19, le festival est malheureusement annulé cette année, mais en attendant la prochaine édition, vous pouvez toujours retrouver Lorys sur le blog d’Hello Flower ou sur la boutique Hello Flower.

Et pour en savoir plus sur les collages de Lorys et les expositions à venir, rendez-vous sur sa page Facebook !

Voyage en Tasmanie : le centre et la côte ouest

Dans notre précédent article sur la Tasmanie, nous vous avions parlé de la capitale, Hobart, et de la côte est. La côte ouest est plus sauvage, avec des paysages à couper le souffle entre montagnes et forêts. Elle est aussi moins touristique : beaucoup de voyageurs se concentrent sur la côte est et ses magnifiques plages et vont jusqu’à Cradle Mountain dans le centre de l’île, mais peu s’aventurent jusque dans le nord-ouest. Et pourtant, il y a beaucoup de choses à voir ! On vous en parle dans cet article.

Mt Field National Park

Le Mount Field National Park est le premier parc national à avoir été créé en Tasmanie. C’est aussi l’un des plus visités, car il est très accessible (à seulement 1 heure de route de Hobart). Plusieurs courtes marches partent du Visitor Center, comme celle qui mène aux Russell Falls (20 minutes), ou la Tall Trees Walk, qui nous fait découvrir le plus grand Eucalyptus regnans (Swamp gum) du monde, haut de 30 mètres.

Mount Field National Park Tasmanie
Mount Field National Park – Photo : Claire Feuardant

Russell Falls Mount Field National Park Tasmanie
Russell Falls, Mount Field National Park – Photo : Claire Feuardant

L’ouest de la Tasmanie

La partie ouest de la Tasmanie est beaucoup plus sauvage que la partie est, et donc plus préservée. On y trouve de nombreux parcs nationaux, comme le Franklin-Gordon National Park et le Cradle Mountain-Lake St Clair National Park, mais aussi de petites villes pittoresques, comme l’ancienne ville minière de Queenstown ou le port de Strahan.

Franklin-Gordon National Park

Le long de la Lyell Highway, qui relie Hobart à Queenstown, on trouve de nombreux points d’entrée dans le parc. Si vous n’avez pas le temps d’explorer le parc, vous pouvez toujours opter pour de courtes marches au départ de l’autoroute, qui vous donnent un aperçu des alentours de la Gordon River.

Entre Derwent Bridge et  Queenstown, nous avons suivi une petite marche (1,4 km soit 20 minutes aller-retour) jusqu’aux Nelson Falls. Le sentier serpente entre les fougères dans la forêt tropicale jusqu’à la cascade, magnifique surtout après quelques jours de pluie. Cette marche fait partie des Tasmania’s 60 Great Short Walks.

Queenstown

L’ancienne ville minière de Queenstown est la plus grande ville de l’ouest de la Tasmanie. Au début des années 1900, à l’âge d’or des mines de cuivre en Tasmanie, Queenstown était considérée comme la ville minière la plus riche du monde ! Le paysage autour de la ville détonne avec le reste de la Tasmanie, avec un côté un peu lunaire.

Queenstown Tasmanie
Queenstown – Photo : Claire Feuardant

Depuis la route, on peut accéder à de nombreux points de vue, notamment l’Iron Blow Lookout près de la ville fantôme de Gormanston. L’Iron Blow est le premier site minier établi dans le Mount Lyell en 1883 : alors que les premiers mineurs y avaient découvert de l’or, ce fut finalement le cuivre qui fit le succès de ce site minier d’envergure.

Iron Blow Lookout Queenstown Tasmanie
Iron Blow Lookout, Queenstown – Photo : Claire Feuardant

En face de l’Iron Blow Lookout, on peut également emprunter un escalier en fer sur le flanc de la montagne pour observer les Horsetail Falls.

Queenstown-Horseshoe-Falls-Tasmanie©Claire-Feuardant
Le chemin jusqu’au point de vue sur les Horsetail Falls, à flanc de montagne ! – Photo : Claire Feuardant

A Queenstown, Il est possible de visiter une ancienne mine ou de monter à bord du West Coast Wilderness Railway, un train à vapeur sorti tout droit du début du 20ème siècle reliant Queenstown au port de Strahan sur 35 km. Cette expérience touristique consiste en un voyage à travers des paysages auxquels on ne peut pas accéder en voiture, ponctué de récits sur le passé minier de la région et de nombreuses expériences (dégustation de miel, randonnées dans la forêt tropicale, démonstrations de recherche d’or…).

Strahan

Strahan est la ville la plus proche de Queenstown sur la côte ouest de la Tasmanie. Ce petit village est complètement isolé, mais il offre quand même un intérêt touristique puisque c’est le point de départ de la croisière sur la Gordon River (Gordon River Cruises). Cette croisière part à la découverte du passé de colonie pénitentiaire de l’île, en passant par les Hells Gates (Portes de l’Enfer). Hells Gates le nom que l’on donne à l’embouchure de Macquarie Harbour réputée pour sa dangerosité, et aussi le point d’entrée des bagnards condamnés à séjourner sur Sarah Island (base de la Macquarie Harbour Penal Station) au début du 20ème siècle.

Strahan Tasmanie
Strahan – Photo : Claire Feuardant

Sarah Island était réservée aux criminels les plus dangereux, à ceux qui avaient déjà été emprisonnés dans la terre de Van Diemen, ou encore à ceux qui s’étaient échappés et avaient été rattrapés. Sarah Island est entrée dans la légende pour les conditions atroces dans lesquelles vivaient les prisonniers : en 6 ans de colonie pénitentiaire,  156 tentatives d’évasion avaient déjà eu lieu, dont la moitié échoua avec la mort des fugitifs. On raconte également que parmi les groupes fugitifs, certains finirent par recourir au cannibalisme pour survivre à l’environnement hostile de Macquarie Harbour… Toutefois, certains fugitifs réussirent à s’échapper pour de bon, dont le célèbre Matthew Brady (« gentleman Brady »), mis à l’honneur plusieurs fois au Penny Royal Launceston.

Cradle Mountain

Le parc national de Cradle Mountain-Lake St. Clair possède deux entrées : l’une au sud du parc, près de la ville de Derwent Bridge, pour voir le Lac St. Clair, et l’autre au nord du parc, le point de départ de la plupart des randonnées.

Le Lac St. Clair

Au départ de l’entrée sud du parc, on peut emprunter le Platypus Bay Trail, une randonnée de 5 km sur les rives du lac St. Clair (le plus profond de Tasmanie). Il est préférable de faire cette randonnée à la tombée de la nuit ou au lever du jour pour avoir plus de chances de voir des ornithorynques (platypus) ! Malheureusement, nous avons suivi la randonné aux alentours de 8-9h et nous n’avons vu aucun ornithorynque…

Lac St Clair Tasmanie
Le Lac St Clair – Photo : Claire Feuardant

Platypus Bay Tasmanie
La randonnée de Platypus Bay – Photo : Claire Feuardant

L’entrée nord du Cradle Mountain National Park

Au départ de l’entrée nord du Cradle Mountain National Park, il y a beaucoup plus de choix de randonnées. On vous conseille d’y consacrer une journée entière ! Nous avons opté pour le circuit Dove Lake (un circuit de 6 km, soit 2-3 heures, autour du lac Dove) et la Enchanted Walk (1,1 km soit 20 minutes) à travers la forêt tropicale. Vous pouvez également grimper jusqu’au Marions Lookout, qui offre une vue à couper le souffle sur le Dove Lake, ou même enchaîner le circuit du Dove Lake et le lookout (10 km, soit 3-4 heures). Avec un peu de chance, vous pourrez croiser au cours de vos randonnées des ornithorynques, des échidnés ou des wombats (fréquents dans le parc en début de matinée ou en fin d’après-midi).

Dove Lake Cradle Mountain Tasmanie
Vue sur le Dove Lake – Photo : Claire Feuardant

Dove Lake Cradle Mountain Tasmanie
La randonnée Dove Lake Circuit – Photo : Claire Feuardant

Pour accéder au parc, vous devez acheter un pass. Depuis le 1er mai 2020, le pass est à 25 AUS$ (14,31 €). Vous pouvez vous garer au parking principal et prendre la navette (inclue dans le pass) pour rejoindre le point de départ des randonnées, ou y aller en voiture (attention à laisser le pass en vue sur votre tableau de bord).

L’Overland Track pour les plus sportifs

L’Overland Track est l’une des randonnées les plus connues d’Australie. Cette randonnée de 65 km (soit environ 6 jours) relie la vallée de Cradle Mountain au Lac St. Clair, une véritable immersion dans la « western wilderness » (partie de la Tasmanie classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO). Chaque année, près de 8 000 marcheurs viennent des 4 coins du monde pour explorer le Cradle Mountain-Lake St. Clair à pieds.

Le chemin permet de découvrir les rives des lacs de montagne mais aussi les sommets de la Cradle Mountain et du Mount Ossa (1 617 m de haut), avec des points de vue à couper le souffle sur tout le parc national, qui font oublier la montée. Les marcheurs les plus curieux pourront suivre des petits détours tout au long du chemin et pourront croiser des wombats, des possums, des pademelons, des échidnés, des ornithorynques et même, avec un peu de chance, des diables de Tasmanie…

Le gouvernement a mis en place un système très ingénieux pour éviter la foule sur l’Overland Track, surtout en été : un maximum de 60 randonneurs par jour est autorisé. En haute saison (1er octobre au 31 mai), vous devrez vous acquitter de 200 AUS$ par personne (environ 115 €), et vous devrez suivre le chemin du nord au sud. Pensez à réserver votre place en avance (les inscriptions commencent en juillet pour la saison octobre à mai) ! Vous pouvez aussi choisir de suivre la randonnée en hiver (1er juin au 30 septembre), mais les conditions seront beaucoup plus difficiles (froid, pluie, neige…).

Quelle que soit la saison, préparez-vous bien à cette longue randonnée et apportez tout le nécessaire (matériel de camping, provisions, couvertures, vêtements imperméables, crème solaire…). Des huttes sont disponibles tout au long du chemin pour se réfugier en cas de pluie ou de neige, avec des réservoirs d’eau de pluie (potable) pour vous réapprovisionner en eau.

Voir des diables de Tasmanie dans une réserve

Si vous voulez voir des diables de Tasmanie, on vous conseille la réserve Devils@Cradle, située juste à côté de l’entrée nord du parc national. Nous y sommes allées à l’ouverture, le matin, et nous avons pu observer les animaux en toute tranquillité.

Diable de Tasmanie - Photo : Claire Feuardant
Le Diable de Tasmanie – Photo : Claire Feuardant

Diable de Tasmanie
Le Diable de Tasmanie – Photo : Claire Feuardant

Le diable de Tasmanie est endémique à l’île, mais malheureusement, il est classé « En danger » par l’UICN. En effet, depuis 1996, cette espèce est touchée par la tumeur faciale transmissible du Diable de Tasmanie (DFTD), un cancer de la face qui aurait déjà tué la moitié de la population depuis son identification. A cela, il faut ajouter les morts sur la route, qui touche environ 1 à 2 % de la population des diables de Tasmanie.

Diable de Tasmanie
Le Diable de Tasmanie crie pour intimider ses rivaux. C’est d’ailleurs pour son cri strident et un peu effrayant qu’il a été surnommé ainsi par les premiers colons européens ! – Photo : Claire Feuardant

Observer les aurores australes sur le Dove Lake

Pour finir, Cradle Mountain est l’un des meilleurs endroits où observer des aurores australes en Tasmanie. On peut en voir toute l’année, et plus particulièrement en hiver (mai à août) et en septembre, lors de l’équinoxe du printemps. Si vous avez le temps, passez quelques nuits dans le parc. Attention de bien vous équiper pour camper : les nuits peuvent être froides en Tasmanie en hiver, surtout dans la montagne.

Cape Grim

A la pointe nord-ouest de la Tasmanie, le Cape Grim est réputé pour être l’endroit où l’on respire l’air le plus propre du monde. En effet, à l’ouest, l’océan s’étend sur 20 000 km sans rencontrer aucune terre, jusqu’aux côtes de l’Amérique du Sud ; et au sud, la terre la plus proche est l’Antarctique…

Logiquement, c’est à Cape Grim que s’est installée, en 1976, une station de mesure de pollution de l’air. Malheureusement, ce petit bout de terre n’échappe pas à l’augmentation de la pollution, venue de Melbourne, de Sydney, ou même de Chine. Le niveau de CO2 aujourd’hui relevé par les scientifiques à Cape Grim est équivalent à celui des grandes villes au début de la révolution industrielle…

Le nord-ouest de la Tasmanie

Au nord de la Tasmanie, la Bass Highway relie les villes de Stanley et Devonport, en passant par les principales villes de la côte nord (Wynyard, Burnie, Penguin). La côte nord est aussi appelée « Cradle coast » du fait de sa proximité avec Cradle Mountain.

Stanley

Stanley est l’un de nos coups de cœur de ce voyage en Tasmanie. Cet ancien village de pêcheurs a joué un rôle important dans l’histoire de la Tasmanie : c’est la première ville à avoir été reliée à l’Australie par un câble téléphonique sous-marin (entre Stanley et Apollo Bay) en 1936, établissant ainsi la première connexion téléphonique entre l’Australie et son Etat insulaire.

La principale curiosité de la ville est « The Nut ». Cette formation géologique est en fait formée par la lave solidifiée d’un ancien volcan (éteint depuis longtemps puisque The Nut avait déjà été observé en 1789 par les explorateurs Bass et Flinders !). On peut accéder au sommet de The Nut en grimpant la colline à pieds, ou en prenant le téléphérique. Un chemin fait ensuite le tour du volcan éteint, avec de magnifiques vues panoramiques sur la ville et sur la mer !

The Nut Stanley Tasmanie
La montée à pieds pour accéder au sommet de The Nut – Photo : Claire Feuardant

The Nut Stanley Tasmanie
Au sommet de The Nut – Photo : Claire Feuardant

The Nut Stanley Tasmanie
La vue sur le port depuis The Nut – Photo : Claire Feuardant

The Nut Stanley Tasmanie
La vue sur Stanley et Highfield depuis The Nut – Photo : Claire Feuardant

Les meilleurs points de vue sur The Nut sont la plage juste en-dessous (Godfreys Beach) et le Highfield Lookout. On vous conseille d’ailleurs de prendre la Green Hills Road qui passe à travers de magnifiques paysages.

The Nut Stanley Highfield Lookout Tasmanie
Vue sur The Nut depuis le Highfield Lookout – Photo : Claire Feuardant

Green Hills Road Stanley Tasmanie
Les paysages de la Green Hills Road – Photo : Claire Feuardant

Green Hills Road Stanley Tasmanie
Les paysages de la Green Hills Road – Photo : Claire Feuardant

Green Hills Road Stanley Tasmanie
La Green Hills Road et la vue sur la mer – Photo : Claire Feuardant

Prenez aussi le temps de vous promener dans le centre-ville de Stanley, et de goûter la spécialité de la ville, la Scallop Pie.

Stanley Tasmanie
Stanley – Photo : Claire Feuardant

Après Stanley, n’hésitez pas à aller faire un tour aux Dip Falls, la plus belle cascade de Tasmanie selon nous ! Deux points de vue sur la cascade permettent de bien observer ses roches particulières. Depuis le parking, on peut également aller observer Big Tree, un arbre impressionnant de 17 m de circonférence à la base du tronc.

Dip Falls Tasmanie
Dip Falls – Photo : Claire Feuardant

Dip Falls Tasmanie © Claire Feuardant
Les formations rocheuses des Dip Falls – Claire Feuardant

Table Cape

En continuant sur la Bass Highway vers l’est, on arrive à Wynyard. Si la ville n’a que peu d’intérêt en elle-même, nous vous conseillons de faire un détour à Table Cape.

Table Cape est un plateau de 180m d’altitude. Au printemps (septembre-octobre), on peut y observer de magnifiques tulipes de toutes les couleurs. Si vous n’êtes, comme nous, pas dans la bonne saison, vous pouvez toujours  vous rendre au lookout pour admirer la vue sur la côte. Vous pouvez aussi marcher jusqu’au Table Cape Lighthouse (30 minutes environ). C’est le seul phare que l’on peut encore visiter en Tasmanie. Renseignez-vous avant de planifier une visite car il n’est pas ouvert toute l’année !

Tasmanie Table Cape Lighthouse
Vue sur Table Cape Lighthouse – Photo : Claire Feuardant

Burnie

75 ans plus tôt, Burnie se lançait dans la production de papier, qui fit la richesse de cette petite ville de bord de mer : aujourd’hui, il s’agit de la 4ème ville de Tasmanie.

Si l’usine de papier a depuis été fermée, le Makers’ Workshop installé dans le Visitor Center propose des visites d’une demi-heure (15 $ par personne) pour apprendre comment est fabriqué le papier à partir de coton coloré, de denim, de pulpe de pomme, de lavande, de chanvre, et même de crottes de kangourou, de wombat ou de taureau ! A l’issue du tour, chacun peut fabriquer et remporter chez soi sa feuille de papier recyclé. Vous pouvez aussi acheter un pack de feuilles ou de chutes pour le scrapbooking dans l’Office de Tourisme.

Si vous vous logez à Burnie, vous pouvez en profiter pour aller observer les pingouins le soir ! Le Burnie Penguin Observation Centre propose des sorties gratuites avec un volontaire pour observer la colonie de pingouins de Burnie. Les sorties ont lieu au crépuscule tous les soirs entre le 1er octobre et le 31 mars.

Penguin

Comme son nom l’indique, la ville de Penguin est entièrement dédiée aux pingouins : statues, poubelles, poteaux, boutiques… Tout est à l’effigie des pingouins ! La statue de pingouin de 3 mètres de haut (The Big Penguin) a été érigée en 1975 pour le centenaire de la proclamation de la ville, le 25 octobre 1875.

The Big Penguin Tasmanie
The Big Penguin – Photo : Claire Feuardant

Si vous voyez une petite cabine téléphonique bleue sur la route le long de la plage, arrêtez-vous : c’est une librairie où vous pouvez échanger des livres ou en prendre un (très courant en Australie).

Leven Canyon

Depuis Penguin, vous pouvez rejoindre le Leven Canyon (45 minutes de route). Depuis le parking, des randonnées donnent accès à deux magnifiques points de vue sur le canyon, Cruickshanks Lookout et Edge Lookout, reliés par 697 marches (les Forest Stairs). Le Cruickshanks Lookout est une plateforme avec une vue impressionnante sur la Leven River en contrebas (275 mètres de haut) ; et Edge Lookout est situé plus bas.

Cruickshanks Lookout Tasmanie
Cruickshanks Lookout – Photo : Claire Feuardant

Leven Canyon Forest Stairs Tasmanie
Forest Stairs – Photo : Claire Feuardant

On vous conseille de commencer par le Cruickshanks Lookout (10 minutes de marche depuis le parking), puis de descendre les marches jusqu’à Edge Lookout avant de suivre la Fern Walk jusqu’au parking (15 minutes).

Devonport

Nous avons passé un peu de temps à Devonport en attendant le ferry. Si la ville en elle-même n’a pas beaucoup d’intérêt, la région regorge de choses à faire.

A Devonport, vous pouvez aller marcher sur Coles Beach et monter jusqu’au phare (Mersey Bluff Lighthouse), reconnaissable par ses rayures rouges verticales, pour admirer la vue sur la mer. Le soir de notre départ, nous avons pique-niqué ici en attendant le ferry et nous avons pu le voir arriver depuis le phare !

Phare de Devonport Tasmanie
Le phare de Devonport – Photo : Claire Feuardant

A Latrobe, les nostalgiques de l’Europe pourront faire un tour à la House of Anvers, une usine de chocolat belge où l’on peut acheter du chocolat, déguster de délicieuses gaufres accompagnées d’un chocolat chaud, observer la fabrication des spécialités à base de chocolat de la boutique, et visiter un mini-musée sur l’histoire du chocolat.

House of Anvers Latrobe Tasmanie
Breakfast à la House of Anvers à Latrobe – Photo : Claire Feuardant

A Sheffield, vous pourrez vous arrêter pour admirer les nombreuses fresques peintes sur tous les murs de la ville, notamment celles du Mural Park où l’on trouve les fresques qui se sont affrontées lors du concours annuel Mural Fest Painting.

Street art Sheffield Tasmanie
Street art à Sheffield – Photo : Alice Feuardant

Street art Sheffield Tasmanie
Street art à Sheffield – Photo : Alice Feuardant

Street art Sheffield Tasmanie
Peinture murale représentant un Diable de Tasmanie et un Thylacine (tigre de Tasmanie), disparu depuis 1936 – Photo : Claire Feuardant

A Elizabeth Town, vous pourrez goûter des produits locaux, comme les framboises de Christmas Hills Raspberry Farm, les fromages d’Ashgrove Cheese, ou les glaces de Van Diemens Land Creamery Cafe.

Enfin, à 1h de route de Devonport, les Liffey Falls valent le détour. Pour accéder aux cascades, vous avez le choix entre 2 randonnées : une de 45 minutes aller-retour depuis le « top car park », et une de 2 heures aller-retour depuis le « lower car park ». Nous avons opté pour la première.

Liffey Falls Tasmanie
Liffey Falls – Photo : Claire Feuardant

Liffey Falls Tasmanie © Claire Feuardant
Liffey Falls – Photo : Claire Feuardant

On vous donne bientôt tous nos conseils de visites en Australie. En attendant, restez connectés et allez faire un tour sur notre page Instagram !