Voyage en Tasmanie : le centre et la côte ouest

Dans notre précédent article sur la Tasmanie, nous vous avions parlé de la capitale, Hobart, et de la côte est. La côte ouest est plus sauvage, avec des paysages à couper le souffle entre montagnes et forêts. Elle est aussi moins touristique : beaucoup de voyageurs se concentrent sur la côte est et ses magnifiques plages et vont jusqu’à Cradle Mountain dans le centre de l’île, mais peu s’aventurent jusque dans le nord-ouest. Et pourtant, il y a beaucoup de choses à voir ! On vous en parle dans cet article.

Mt Field National Park

Le Mount Field National Park est le premier parc national à avoir été créé en Tasmanie. C’est aussi l’un des plus visités, car il est très accessible (à seulement 1 heure de route de Hobart). Plusieurs courtes marches partent du Visitor Center, comme celle qui mène aux Russell Falls (20 minutes), ou la Tall Trees Walk, qui nous fait découvrir le plus grand Eucalyptus regnans (Swamp gum) du monde, haut de 30 mètres.

Mount Field National Park Tasmanie
Mount Field National Park – Photo : Claire Feuardant
Russell Falls Mount Field National Park Tasmanie
Russell Falls, Mount Field National Park – Photo : Claire Feuardant

L’ouest de la Tasmanie

La partie ouest de la Tasmanie est beaucoup plus sauvage que la partie est, et donc plus préservée. On y trouve de nombreux parcs nationaux, comme le Franklin-Gordon National Park et le Cradle Mountain-Lake St Clair National Park, mais aussi de petites villes pittoresques, comme l’ancienne ville minière de Queenstown ou le port de Strahan.

Franklin-Gordon National Park

Le long de la Lyell Highway, qui relie Hobart à Queenstown, on trouve de nombreux points d’entrée dans le parc. Si vous n’avez pas le temps d’explorer le parc, vous pouvez toujours opter pour de courtes marches au départ de l’autoroute, qui vous donnent un aperçu des alentours de la Gordon River.

Entre Derwent Bridge et  Queenstown, nous avons suivi une petite marche (1,4 km soit 20 minutes aller-retour) jusqu’aux Nelson Falls. Le sentier serpente entre les fougères dans la forêt tropicale jusqu’à la cascade, magnifique surtout après quelques jours de pluie. Cette marche fait partie des Tasmania’s 60 Great Short Walks.

Queenstown

L’ancienne ville minière de Queenstown est la plus grande ville de l’ouest de la Tasmanie. Au début des années 1900, à l’âge d’or des mines de cuivre en Tasmanie, Queenstown était considérée comme la ville minière la plus riche du monde ! Le paysage autour de la ville détonne avec le reste de la Tasmanie, avec un côté un peu lunaire.

Queenstown Tasmanie
Queenstown – Photo : Claire Feuardant

Depuis la route, on peut accéder à de nombreux points de vue, notamment l’Iron Blow Lookout près de la ville fantôme de Gormanston. L’Iron Blow est le premier site minier établi dans le Mount Lyell en 1883 : alors que les premiers mineurs y avaient découvert de l’or, ce fut finalement le cuivre qui fit le succès de ce site minier d’envergure.

Iron Blow Lookout Queenstown Tasmanie
Iron Blow Lookout, Queenstown – Photo : Claire Feuardant

En face de l’Iron Blow Lookout, on peut également emprunter un escalier en fer sur le flanc de la montagne pour observer les Horsetail Falls.

Queenstown-Horseshoe-Falls-Tasmanie©Claire-Feuardant
Le chemin jusqu’au point de vue sur les Horsetail Falls, à flanc de montagne ! – Photo : Claire Feuardant

A Queenstown, Il est possible de visiter une ancienne mine ou de monter à bord du West Coast Wilderness Railway, un train à vapeur sorti tout droit du début du 20ème siècle reliant Queenstown au port de Strahan sur 35 km. Cette expérience touristique consiste en un voyage à travers des paysages auxquels on ne peut pas accéder en voiture, ponctué de récits sur le passé minier de la région et de nombreuses expériences (dégustation de miel, randonnées dans la forêt tropicale, démonstrations de recherche d’or…).

Strahan

Strahan est la ville la plus proche de Queenstown sur la côte ouest de la Tasmanie. Ce petit village est complètement isolé, mais il offre quand même un intérêt touristique puisque c’est le point de départ de la croisière sur la Gordon River (Gordon River Cruises). Cette croisière part à la découverte du passé de colonie pénitentiaire de l’île, en passant par les Hells Gates (Portes de l’Enfer). Hells Gates le nom que l’on donne à l’embouchure de Macquarie Harbour réputée pour sa dangerosité, et aussi le point d’entrée des bagnards condamnés à séjourner sur Sarah Island (base de la Macquarie Harbour Penal Station) au début du 20ème siècle.

Strahan Tasmanie
Strahan – Photo : Claire Feuardant

Sarah Island était réservée aux criminels les plus dangereux, à ceux qui avaient déjà été emprisonnés dans la terre de Van Diemen, ou encore à ceux qui s’étaient échappés et avaient été rattrapés. Sarah Island est entrée dans la légende pour les conditions atroces dans lesquelles vivaient les prisonniers : en 6 ans de colonie pénitentiaire,  156 tentatives d’évasion avaient déjà eu lieu, dont la moitié échoua avec la mort des fugitifs. On raconte également que parmi les groupes fugitifs, certains finirent par recourir au cannibalisme pour survivre à l’environnement hostile de Macquarie Harbour… Toutefois, certains fugitifs réussirent à s’échapper pour de bon, dont le célèbre Matthew Brady (« gentleman Brady »), mis à l’honneur plusieurs fois au Penny Royal Launceston.

Cradle Mountain

Le parc national de Cradle Mountain-Lake St. Clair possède deux entrées : l’une au sud du parc, près de la ville de Derwent Bridge, pour voir le Lac St. Clair, et l’autre au nord du parc, le point de départ de la plupart des randonnées.

Le Lac St. Clair

Au départ de l’entrée sud du parc, on peut emprunter le Platypus Bay Trail, une randonnée de 5 km sur les rives du lac St. Clair (le plus profond de Tasmanie). Il est préférable de faire cette randonnée à la tombée de la nuit ou au lever du jour pour avoir plus de chances de voir des ornithorynques (platypus) ! Malheureusement, nous avons suivi la randonné aux alentours de 8-9h et nous n’avons vu aucun ornithorynque…

Lac St Clair Tasmanie
Le Lac St Clair – Photo : Claire Feuardant
Platypus Bay Tasmanie
La randonnée de Platypus Bay – Photo : Claire Feuardant

L’entrée nord du Cradle Mountain National Park

Au départ de l’entrée nord du Cradle Mountain National Park, il y a beaucoup plus de choix de randonnées. On vous conseille d’y consacrer une journée entière ! Nous avons opté pour le circuit Dove Lake (un circuit de 6 km, soit 2-3 heures, autour du lac Dove) et la Enchanted Walk (1,1 km soit 20 minutes) à travers la forêt tropicale. Vous pouvez également grimper jusqu’au Marions Lookout, qui offre une vue à couper le souffle sur le Dove Lake, ou même enchaîner le circuit du Dove Lake et le lookout (10 km, soit 3-4 heures). Avec un peu de chance, vous pourrez croiser au cours de vos randonnées des ornithorynques, des échidnés ou des wombats (fréquents dans le parc en début de matinée ou en fin d’après-midi).

Dove Lake Cradle Mountain Tasmanie
Vue sur le Dove Lake – Photo : Claire Feuardant
Dove Lake Cradle Mountain Tasmanie
La randonnée Dove Lake Circuit – Photo : Claire Feuardant

Pour accéder au parc, vous devez acheter un pass. Depuis le 1er mai 2020, le pass est à 25 AUS$ (14,31 €). Vous pouvez vous garer au parking principal et prendre la navette (inclue dans le pass) pour rejoindre le point de départ des randonnées, ou y aller en voiture (attention à laisser le pass en vue sur votre tableau de bord).

L’Overland Track pour les plus sportifs

L’Overland Track est l’une des randonnées les plus connues d’Australie. Cette randonnée de 65 km (soit environ 6 jours) relie la vallée de Cradle Mountain au Lac St. Clair, une véritable immersion dans la « western wilderness » (partie de la Tasmanie classée au Patrimoine mondial de l’UNESCO). Chaque année, près de 8 000 marcheurs viennent des 4 coins du monde pour explorer le Cradle Mountain-Lake St. Clair à pieds.

Le chemin permet de découvrir les rives des lacs de montagne mais aussi les sommets de la Cradle Mountain et du Mount Ossa (1 617 m de haut), avec des points de vue à couper le souffle sur tout le parc national, qui font oublier la montée. Les marcheurs les plus curieux pourront suivre des petits détours tout au long du chemin et pourront croiser des wombats, des possums, des pademelons, des échidnés, des ornithorynques et même, avec un peu de chance, des diables de Tasmanie…

Le gouvernement a mis en place un système très ingénieux pour éviter la foule sur l’Overland Track, surtout en été : un maximum de 60 randonneurs par jour est autorisé. En haute saison (1er octobre au 31 mai), vous devrez vous acquitter de 200 AUS$ par personne (environ 115 €), et vous devrez suivre le chemin du nord au sud. Pensez à réserver votre place en avance (les inscriptions commencent en juillet pour la saison octobre à mai) ! Vous pouvez aussi choisir de suivre la randonnée en hiver (1er juin au 30 septembre), mais les conditions seront beaucoup plus difficiles (froid, pluie, neige…).

Quelle que soit la saison, préparez-vous bien à cette longue randonnée et apportez tout le nécessaire (matériel de camping, provisions, couvertures, vêtements imperméables, crème solaire…). Des huttes sont disponibles tout au long du chemin pour se réfugier en cas de pluie ou de neige, avec des réservoirs d’eau de pluie (potable) pour vous réapprovisionner en eau.

Voir des diables de Tasmanie dans une réserve

Si vous voulez voir des diables de Tasmanie, on vous conseille la réserve Devils@Cradle, située juste à côté de l’entrée nord du parc national. Nous y sommes allées à l’ouverture, le matin, et nous avons pu observer les animaux en toute tranquillité.

Diable de Tasmanie - Photo : Claire Feuardant
Le Diable de Tasmanie – Photo : Claire Feuardant
Diable de Tasmanie
Le Diable de Tasmanie – Photo : Claire Feuardant

Le diable de Tasmanie est endémique à l’île, mais malheureusement, il est classé « En danger » par l’UICN. En effet, depuis 1996, cette espèce est touchée par la tumeur faciale transmissible du Diable de Tasmanie (DFTD), un cancer de la face qui aurait déjà tué la moitié de la population depuis son identification. A cela, il faut ajouter les morts sur la route, qui touche environ 1 à 2 % de la population des diables de Tasmanie.

Diable de Tasmanie
Le Diable de Tasmanie crie pour intimider ses rivaux. C’est d’ailleurs pour son cri strident et un peu effrayant qu’il a été surnommé ainsi par les premiers colons européens ! – Photo : Claire Feuardant

Observer les aurores australes sur le Dove Lake

Pour finir, Cradle Mountain est l’un des meilleurs endroits où observer des aurores australes en Tasmanie. On peut en voir toute l’année, et plus particulièrement en hiver (mai à août) et en septembre, lors de l’équinoxe du printemps. Si vous avez le temps, passez quelques nuits dans le parc. Attention de bien vous équiper pour camper : les nuits peuvent être froides en Tasmanie en hiver, surtout dans la montagne.

Cape Grim

A la pointe nord-ouest de la Tasmanie, le Cape Grim est réputé pour être l’endroit où l’on respire l’air le plus propre du monde. En effet, à l’ouest, l’océan s’étend sur 20 000 km sans rencontrer aucune terre, jusqu’aux côtes de l’Amérique du Sud ; et au sud, la terre la plus proche est l’Antarctique…

Logiquement, c’est à Cape Grim que s’est installée, en 1976, une station de mesure de pollution de l’air. Malheureusement, ce petit bout de terre n’échappe pas à l’augmentation de la pollution, venue de Melbourne, de Sydney, ou même de Chine. Le niveau de CO2 aujourd’hui relevé par les scientifiques à Cape Grim est équivalent à celui des grandes villes au début de la révolution industrielle…

Le nord-ouest de la Tasmanie

Au nord de la Tasmanie, la Bass Highway relie les villes de Stanley et Devonport, en passant par les principales villes de la côte nord (Wynyard, Burnie, Penguin). La côte nord est aussi appelée « Cradle coast » du fait de sa proximité avec Cradle Mountain.

Stanley

Stanley est l’un de nos coups de cœur de ce voyage en Tasmanie. Cet ancien village de pêcheurs a joué un rôle important dans l’histoire de la Tasmanie : c’est la première ville à avoir été reliée à l’Australie par un câble téléphonique sous-marin (entre Stanley et Apollo Bay) en 1936, établissant ainsi la première connexion téléphonique entre l’Australie et son Etat insulaire.

La principale curiosité de la ville est « The Nut ». Cette formation géologique est en fait formée par la lave solidifiée d’un ancien volcan (éteint depuis longtemps puisque The Nut avait déjà été observé en 1789 par les explorateurs Bass et Flinders !). On peut accéder au sommet de The Nut en grimpant la colline à pieds, ou en prenant le téléphérique. Un chemin fait ensuite le tour du volcan éteint, avec de magnifiques vues panoramiques sur la ville et sur la mer !

The Nut Stanley Tasmanie
La montée à pieds pour accéder au sommet de The Nut – Photo : Claire Feuardant
The Nut Stanley Tasmanie
Au sommet de The Nut – Photo : Claire Feuardant
The Nut Stanley Tasmanie
La vue sur le port depuis The Nut – Photo : Claire Feuardant
The Nut Stanley Tasmanie
La vue sur Stanley et Highfield depuis The Nut – Photo : Claire Feuardant

Les meilleurs points de vue sur The Nut sont la plage juste en-dessous (Godfreys Beach) et le Highfield Lookout. On vous conseille d’ailleurs de prendre la Green Hills Road qui passe à travers de magnifiques paysages.

The Nut Stanley Highfield Lookout Tasmanie
Vue sur The Nut depuis le Highfield Lookout – Photo : Claire Feuardant
Green Hills Road Stanley Tasmanie
Les paysages de la Green Hills Road – Photo : Claire Feuardant
Green Hills Road Stanley Tasmanie
Les paysages de la Green Hills Road – Photo : Claire Feuardant
Green Hills Road Stanley Tasmanie
La Green Hills Road et la vue sur la mer – Photo : Claire Feuardant

Prenez aussi le temps de vous promener dans le centre-ville de Stanley, et de goûter la spécialité de la ville, la Scallop Pie.

Stanley Tasmanie
Stanley – Photo : Claire Feuardant

Après Stanley, n’hésitez pas à aller faire un tour aux Dip Falls, la plus belle cascade de Tasmanie selon nous ! Deux points de vue sur la cascade permettent de bien observer ses roches particulières. Depuis le parking, on peut également aller observer Big Tree, un arbre impressionnant de 17 m de circonférence à la base du tronc.

Dip Falls Tasmanie
Dip Falls – Photo : Claire Feuardant
Dip Falls Tasmanie © Claire Feuardant
Les formations rocheuses des Dip Falls – Claire Feuardant

Table Cape

En continuant sur la Bass Highway vers l’est, on arrive à Wynyard. Si la ville n’a que peu d’intérêt en elle-même, nous vous conseillons de faire un détour à Table Cape.

Table Cape est un plateau de 180m d’altitude. Au printemps (septembre-octobre), on peut y observer de magnifiques tulipes de toutes les couleurs. Si vous n’êtes, comme nous, pas dans la bonne saison, vous pouvez toujours  vous rendre au lookout pour admirer la vue sur la côte. Vous pouvez aussi marcher jusqu’au Table Cape Lighthouse (30 minutes environ). C’est le seul phare que l’on peut encore visiter en Tasmanie. Renseignez-vous avant de planifier une visite car il n’est pas ouvert toute l’année !

Tasmanie Table Cape Lighthouse
Vue sur Table Cape Lighthouse – Photo : Claire Feuardant

Burnie

75 ans plus tôt, Burnie se lançait dans la production de papier, qui fit la richesse de cette petite ville de bord de mer : aujourd’hui, il s’agit de la 4ème ville de Tasmanie.

Si l’usine de papier a depuis été fermée, le Makers’ Workshop installé dans le Visitor Center propose des visites d’une demi-heure (15 $ par personne) pour apprendre comment est fabriqué le papier à partir de coton coloré, de denim, de pulpe de pomme, de lavande, de chanvre, et même de crottes de kangourou, de wombat ou de taureau ! A l’issue du tour, chacun peut fabriquer et remporter chez soi sa feuille de papier recyclé. Vous pouvez aussi acheter un pack de feuilles ou de chutes pour le scrapbooking dans l’Office de Tourisme.

Si vous vous logez à Burnie, vous pouvez en profiter pour aller observer les pingouins le soir ! Le Burnie Penguin Observation Centre propose des sorties gratuites avec un volontaire pour observer la colonie de pingouins de Burnie. Les sorties ont lieu au crépuscule tous les soirs entre le 1er octobre et le 31 mars.

Penguin

Comme son nom l’indique, la ville de Penguin est entièrement dédiée aux pingouins : statues, poubelles, poteaux, boutiques… Tout est à l’effigie des pingouins ! La statue de pingouin de 3 mètres de haut (The Big Penguin) a été érigée en 1975 pour le centenaire de la proclamation de la ville, le 25 octobre 1875.

The Big Penguin Tasmanie
The Big Penguin – Photo : Claire Feuardant

Si vous voyez une petite cabine téléphonique bleue sur la route le long de la plage, arrêtez-vous : c’est une librairie où vous pouvez échanger des livres ou en prendre un (très courant en Australie).

Leven Canyon

Depuis Penguin, vous pouvez rejoindre le Leven Canyon (45 minutes de route). Depuis le parking, des randonnées donnent accès à deux magnifiques points de vue sur le canyon, Cruickshanks Lookout et Edge Lookout, reliés par 697 marches (les Forest Stairs). Le Cruickshanks Lookout est une plateforme avec une vue impressionnante sur la Leven River en contrebas (275 mètres de haut) ; et Edge Lookout est situé plus bas.

Cruickshanks Lookout Tasmanie
Cruickshanks Lookout – Photo : Claire Feuardant
Leven Canyon Forest Stairs Tasmanie
Forest Stairs – Photo : Claire Feuardant

On vous conseille de commencer par le Cruickshanks Lookout (10 minutes de marche depuis le parking), puis de descendre les marches jusqu’à Edge Lookout avant de suivre la Fern Walk jusqu’au parking (15 minutes).

Devonport

Nous avons passé un peu de temps à Devonport en attendant le ferry. Si la ville en elle-même n’a pas beaucoup d’intérêt, la région regorge de choses à faire.

A Devonport, vous pouvez aller marcher sur Coles Beach et monter jusqu’au phare (Mersey Bluff Lighthouse), reconnaissable par ses rayures rouges verticales, pour admirer la vue sur la mer. Le soir de notre départ, nous avons pique-niqué ici en attendant le ferry et nous avons pu le voir arriver depuis le phare !

Phare de Devonport Tasmanie
Le phare de Devonport – Photo : Claire Feuardant

A Latrobe, les nostalgiques de l’Europe pourront faire un tour à la House of Anvers, une usine de chocolat belge où l’on peut acheter du chocolat, déguster de délicieuses gaufres accompagnées d’un chocolat chaud, observer la fabrication des spécialités à base de chocolat de la boutique, et visiter un mini-musée sur l’histoire du chocolat.

House of Anvers Latrobe Tasmanie
Breakfast à la House of Anvers à Latrobe – Photo : Claire Feuardant

A Sheffield, vous pourrez vous arrêter pour admirer les nombreuses fresques peintes sur tous les murs de la ville, notamment celles du Mural Park où l’on trouve les fresques qui se sont affrontées lors du concours annuel Mural Fest Painting.

Street art Sheffield Tasmanie
Street art à Sheffield – Photo : Alice Feuardant
Street art Sheffield Tasmanie
Street art à Sheffield – Photo : Alice Feuardant
Street art Sheffield Tasmanie
Peinture murale représentant un Diable de Tasmanie et un Thylacine (tigre de Tasmanie), disparu depuis 1936 – Photo : Claire Feuardant

A Elizabeth Town, vous pourrez goûter des produits locaux, comme les framboises de Christmas Hills Raspberry Farm, les fromages d’Ashgrove Cheese, ou les glaces de Van Diemens Land Creamery Cafe.

Enfin, à 1h de route de Devonport, les Liffey Falls valent le détour. Pour accéder aux cascades, vous avez le choix entre 2 randonnées : une de 45 minutes aller-retour depuis le « top car park », et une de 2 heures aller-retour depuis le « lower car park ». Nous avons opté pour la première.

Liffey Falls Tasmanie
Liffey Falls – Photo : Claire Feuardant
Liffey Falls Tasmanie © Claire Feuardant
Liffey Falls – Photo : Claire Feuardant

On vous donne bientôt tous nos conseils de visites en Australie. En attendant, restez connectés et allez faire un tour sur notre page Instagram !

Voyage en Tasmanie : Hobart et la côte Est

Depuis que nous sommes arrivées en Australie, tout le monde nous disait qu’on ne pouvait pas y passer un an sans aller en Tasmanie, « Tassie » comme le disent les locaux. Beaucoup de backpackers en fin de visa nous ont dit qu’ils regrettaient de ne pas y être allés. En janvier dernier, entre deux saisons de picking, nous avons donc décidé de partir pour la Tasmanie ! Comme nous avons notre voiture, nous avons pris le ferry au départ de Melbourne et en direction de Devonport.

Il y a tellement de choses à faire et à voir en Tasmanie que nous avons décidé de faire cet article en 2 parties. On vous parle d’abord des incontournables dans l’est de la Tasmanie et autour de Hobart, la capitale.

Launceston

Launceston est la 2nde plus grande ville de Tasmanie. Le centre-ville de Launceston n’a pas beaucoup d’intérêt, mis à part la Queen Victoria Art Gallery, où vous pourrez en apprendre plus sur l’histoire de la Tasmanie.

La Cataract Gorge Reserve

Pour les amateurs de nature, la Cataract Gorge Reserve, à quelques minutes de la ville, est l’occasion de faire de belles balades et randonnées au cœur d’une réserve naturelle. Nous vous conseillons d’y aller tôt, en début de journée, afin de profiter du calme et apercevoir des pademelons (qui ressemblent à des petits kangourous, à ne pas confondre avec les wallabies !).

Cataract Gorge Launceston Tasmanie
Cataract Gorge, Launceston – Photo : Claire Feuardant

Au départ du parking, vous avez le choix entre plusieurs randonnées : le Zig Zag track ou la Cataract Walk pour longer la rivière ; la First Basin Loop, qui fait le tour du premier bassin sur 900 mètres ; ou des randonnées plus longues pour en découvrir plus.

Le Penny Royal Launceston

Juste à côté de la Cataract Gorge Reserve se trouve le Penny Royal Launceston, un parc à thème qui retrace la Tasmanie des années 1820, à l’époque où l’île était une terre de bagnards appelée « Van Diemen’s Land ».

Des attractions sont proposées pour les plus petits comme pour les plus grands. Le train fantôme (« Dark Ride ») nous fait découvrir l’histoire de Mathew Brady, le « gentleman bushranger » (1825), et un bateau nous emmène sur la réplique de Sarah Island, une île située au large de la côte Ouest de la Tasmanie qui accueillit des prisonniers entre 1822 et 1833 et fut réputée comme l’une des colonies pénitentiaires les plus sévères. On peut également faire de l’escalade, apprendre à chercher de l’or, ou encore sauter à l’élastique !

The Penny Royal Launceston Tasmanie
The Penny Royal Launceston – Photo : Alice Feuardant

L’entrée dans le parc est gratuite, et pour faire des attractions, on a le choix entre payer à l’unité ou prendre un pass (le Park Pass pour les activités les plus populaires, ou le Cliff Pass consacré aux attractions sur la falaise). Le pass coûte 59 $ pour un adulte et 39 $ pour un enfant.

Bay of Fires

Le deuxième jour, nous avons rejoint Bay Of Fires en passant par le Little Blue Lake (South Mount Cameron). En traversant cette partie de la Tasmanie, avons d’ailleurs rapidement vu que dès que l’on s’éloigne des autoroutes et routes nationales, il n’est pas rare de croiser des « gravel roads » plus ou moins bien entretenues !

Bay Of Fires est la partie de la Tasmanie que nous avions le plus hâte de découvrir ! Malheureusement, le jour où nous y sommes allées, il y avait de la fumée des bushfires australiens sur toute la côte. On avait l’impression d’être en plein brouillard ! Nous avons quand même pu voir les fameux rochers de granit colorés de lichen orange qui ont fait la renommée de la baie, et faire quelques photos.

Bay Of Fires Tasmanie
Bay Of Fires sous la fumée des bushfires – Photo : Claire Feuardant

Pour vous rendre à Bay Of Fires, on vous conseille de rejoindre la ville de St Helens, puis de remonter vers le nord, le long de la côte. Vous verrez les plus beaux rochers orange à Binalong Bay et à The Gardens.

Binalong Bay Tasmanie
Binalong Bay – Photo : Claire Feuardant
The Gardens Bay Of Fires Tasmanie
The Gardens, Bay Of Fires – Photo : Claire Feuardant
Lichen orange Bay Of Fires Tasmanie
Les fameux rochers de lichen orange – Photo : Claire Feuardant

La Surf Coast

Après la Bay Of Fires, nous sommes redescendues vers le sud en longeant la côte est, aussi appelée Surf Coast pour sa houle et ses températures propices au surf toute l’année. La surf coast regroupe les plages de Seymour, Chain of Lagoons, Four Mile Creek, Falmouth, Scamander et Beaumaris.

Plus au sud, à Bicheno, nous nous sommes arrêtées au Lobster Shack Tasmania : on ne pouvait pas séjourner en Tasmanie sans manger de fruits de mer ! Si la spécialité du restaurant est le Southern Rock Lobster, ils proposent également au menu des huîtres et du fish and chips. Nous avons opté pour un lobster roll accompagné de frites : le repas était délicieux et la vue sur la mer magnifique !

Lobster Roll Lobster Shack Tasmania
Lobster Roll à Bicheno – Photo : Alice Feuardant

A Bicheno, ne manquez pas également le Blow Hole, une petite plage avec des rochers de granit qui laissent passer des jets d’eau puissants (s’il fait chaud, c’est un bon moyen de se rafraîchir !).

Blow Hole Bicheno Tasmanie
Le Blow Hole à Bicheno – Photo : Claire Feuardant

La route s’éloigne ensuite de la côte jusqu’à Coles Bay, la porte d’entrée du Freycinet National Park.

Freycinet National Park

Pour visiter le Freycinet National Park, vous devez absolument acheter un pass, valable 24 heures (24 $ pour une voiture ou 12 $ par personne à pieds). Le premier arrêt obligatoire est donc l’office de tourisme (Visitor Center), situé à l’entrée du parc national, à Coles Bay. Vous y trouverez également de nombreuses informations sur les randonnées à faire et sur les campings disponibles.

Un conseil si vous souhaitez camper dans le parc : réservez longtemps à l’avance ! Comme nous n’avions rien prévu (nous faisions un peu notre programme au jour le jour), nous n’avons pas pu camper dans le parc : tous les campings étaient pleins. Nous sommes allées dans un camping à 20 minutes du parc, et encore, nous avons dû nous serrer car il n’y avait déjà presque plus de places…

Parlons maintenant de ce qu’il y a à voir dans le Freycinet National Park. A l’office de tourisme, vous trouverez une brochure qui récapitule les randonnées que l’on peut faire, classées par durée (de 10 minutes à 5 heures) et par niveau (easy, moderate ou difficult), avec une carte pour vous y repérer et trouver les parkings au départ des randonnées. Nous avons opté pour les randonnées suivantes :

  • Great Oyster Bay: cette très courte marche de 10 minute aller-retour part du visitor centre et rejoint la plage la plus proche.
  • Sleepy Bay: cette marche de 20 minutes aller-retour nous permet de descendre jusqu’à la petite plage de Sleepy Bay. Avec ses rochers orange, son eau turquoise et son sable blanc, cette plage a des allures de carte postale ! Elle est idéale pour faire du snorkeling, de même que la plage de Honeymoon Bay.
Sleepy Bay Freycinet National Park Tasmanie
Sleepy Bay – Photo : Claire Feuardant
  • Cape Tourville: cette boucle de 20 minutes autour du phare offre de belles vues panoramiques sur la fameuse plage de Wineglass Bay et sur les magnifiques plages de sable blanc Friendly Beaches.
  • Wineglass Bay: cette randonnée de 2h30 à 3h aller-retour monte jusqu’à un point de vue sur la fameuse baie en forme de verre de vin, et redescend jusqu’à la plage. Nous avons choisi de partir tôt (dans les 7 heures du matin) pour éviter la foule (surtout en été) et prendre le temps de profiter de la plage de sable blanc déserte (à part un wallaby et des oiseaux !). Attention pour ceux qui n’ont pas l’habitude : la montée du retour est rude !
Wineglass Bay panorama Tasmanie
Wineglass Bay vue d’en haut – Photo : Claire Feuardant
Wineglass Bay Freycinet National Park Tasmanie
Wineglass Bay – Photo : Claire Feuardant
Wallaby Wineglass Bay Tasmanie
Rencontre avec un wallaby sur la plage de Wineglass Bay – Photo : Claire Feuardant

Pour les plus téméraires, il est possible de suivre une boucle qui vous emmènera jusqu’à Wineglass Bay, puis jusqu’à Hazards Beach (à l’opposé), pour enfin retourner au parking via la forêt. Cette randonnée de 11 km dure environ 5h.

La côte Est, de Coles Bay à Hobart

La route de Coles Bay vers Hobart, la plus grande ville de la Tasmanie, est magnifique. Vous y découvrirez de nombreuses plages de sable blanc ou blond, notamment Spiky Beach à Swansea, une petite crique cachée avec des rochers particuliers. Nous avons également eu un coup de cœur pour la petite ville de Richmond, très pittoresque avec son pont (Richmond Bridge) et ses nombreuses boutiques d’artisanat et de produits locaux.

Tasmanie-Spiky-Beach©Claire-Feuardant
Spiky Beach – Photo : Claire Feuardant
Richmond Tasmanie
Richmond – Photo : Claire Feuardant

Avant d’arriver à Hobart, bifurquez vers la Tasman Peninsula, une péninsule reliée à la Tasmanie par l’isthme d’Eaglehawk Neck.

La Tasman Peninsula

La péninsule de Tasman est surtout connue pour le site historique de Port Arthur, une ancienne colonie pénitentiaire (1833-1877) qui devint ensuite une ville (Carnarvon) avant de devenir un lieu touristique dans les années 1920. Le site historique de Port Arthur est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Site historique de Port Arthur Tasmanie
Site historique de Port Arthur – Photo : Claire Feuardant

Aujourd’hui, il reste de la colonie pénitentiaire de Port Arthur une trentaine de bâtiments historiques, quelques ruines et des jardins. On peut y visiter l’ancien pénitencier, des églises, le chantier naval, différents bâtiments administratifs (poste de police, hôpital) et quelques cottages qui étaient occupés par les militaires en service à Port Arthur et leurs familles. Un ferry peut également nous emmener sur l’Île des Morts (où étaient enterrés les bagnards) et à la prison de Point Puer (une colonie pénitentiaire pour garçons qui opéra entre 1834 et 1849).

Tasmanie-Port-Arthur-site-historique©Claire-Feuardant
Port Arthur Tasmanie © Claire Feuardant
Tasmanie-Port-Arthur-cottage©Claire-Feuardant
Cottage dans l’ancienne colonie pénitentiaire de Port Arthur – Photo : Claire Feuardant

La colonie pénitentiaire de Port Arthur était réservée aux récidivistes et aux bagnards les plus récalcitrants, car toute tentative d’évasion était difficile. Les bagnards travaillaient dans les fermes et les industries environnantes, produisant toutes sortes de matériaux et produits, notamment des bateaux (plus de 150 bateaux, dont 16 grands navires pontés, y furent construits).

Port Arthur Tasmanie
Port Arthur – Photo : Claire Feuardant

On vous conseille de consacrer plusieurs heures à la découverte de Port Arthur. L’entrée coûte 40 $, ou 25 $ après 17h, et inclut également une balade en ferry. Si vous souhaitez arriver après 17h pour bénéficier du prix réduit, prenez bien en compte le fait que le site ne soit ouvert au public que jusqu’à la tombée de la nuit. Pour ne pas trop vous limiter en temps (il y a beaucoup à voir et le site est immense !) nous vous conseillons de ne pas faire la balade en ferry, qui est, selon nous, moins intéressante que la visite du site à pieds. D’autres formules sont disponibles, notamment le tour sur l’île des Morts (60$), ou un Ghost Tour (80 $) une fois la nuit tombée.

Sur la route traversant la Tasman Peninsula jusqu’à Port Arthur, vous trouverez de nombreuses formations rocheuses étonnantes, notamment Tessellated Pavements, Tasman Arch ou Devil’s Kitchen. Ne manquez pas non plus Eaglehawk Neck, qui relie la Tasman Peninsula et la Forestier Peninsula. Le site est célèbre pour sa « dog line », une ligne de chiens enchaînés qui gardait jadis la Péninsule pour éviter les évasions de Port Arthur. Un petit musée gratuit vous raconte l’histoire du site et de cette fameuse « dog line ».

Tessellated Pavement Tasmanie
Tessellated Pavement – Photo : Claire Feuardant

Hobart

La capitale de la Tasmanie, Hobart, est située entre l’eau (la Derwent River) et les montagnes (le kunanyi / Mount Wellington). En centre-ville, vous pourrez faire du shopping sur Elizabeth Street et faire une pause dans l’un des nombreux cafés. Selon nous, les parties les plus intéressantes de la ville sont toutefois le port et la vieille ville (le quartier de Battery Point et Salamanca Place).

Le Waterfront

Dans la zone portuaire de Hobart, nous vous conseillons vivement de visiter le Tasmanian Museum and Art Gallery, un complexe culturel installé dans le plus vieux bâtiment de la ville (le Commissariat Store), construit par les bagnards en 1808 et depuis classé par le National Trust. Vous pourrez en apprendre plus sur l’histoire coloniale de la Tasmanie et sur ses animaux endémiques (dont le tigre de Tasmanie qui a malheureusement disparu en 1936), et admirer des œuvres d’art des aborigènes de Tasmanie. L’entrée est gratuite, et du mercredi au dimanche, vous pourrez assister à une visite guidée à 11h.

Après votre visite, vous pourrez vous rendre au Victoria Dock, l’ancien port de pêche encore en activité depuis 1804 ; et au Constitution Dock, où se trouvent de nombreux étals de pêcheurs et restaurants de fruits de mer flottants.

Port de Hobart Tasmanie
Le port de Hobart – Photo : Claire Feuardant

Salamanca Place

Si vous avez la possibilité de vous trouver à Hobart un samedi, ne manquez surtout pas le Salamanca Market, une tradition qui persiste depuis 1972. Vous pourrez dénicher des objets d’artisanat ou acheter de quoi manger le midi sur les étals de ce marché très animé qui s’étend sur 1 km le long des anciens entrepôts de 1830. Attention, ne prévoyez pas de venir en voiture car vous aurez du mal à trouver un endroit où vous garer !

Derrière Salamanca Place se trouve le Salamanca Square, où vous trouverez de nombreux cafés pour une pause gourmande, et quelques galeries d’art et boutiques d’artisanat. Si vous aimez l’art, faites un tour au Salamanca Arts Centre, fondé en 1975, qui regroupe une dizaine de galeries d’art et quelques cafés. Le vendredi soir, vous pouvez assister aux concerts gratuits du Rektango, dans la cour du centre d’art.

Battery Point

Remontez ensuite les Kelly’s steps pour rejoindre Battery Point, le plus ancien quartier résidentiel de Hobart où vous trouverez de nombreux cafés et vieux bâtiments d’importance. Ne manquez pas Arthur Circus, un rond-point bordé de cottages pittoresques de l’époque géorgienne.

Battery Point Hobart Tasmanie
Le quartier de Battery Point – Photo : Claire Feuardant

Le Mount Wellington Summit

En fin d’après-midi, prenez votre voiture et montez jusqu’en haut du Mont Wellington (1 271 m), pour une vue imprenable sur Hobart et la Derwent River. Le coucher de soleil est magnifique !

Mount Wellington Tasmanie
La vue depuis le Mount Wellington – Photo : Claire Feuardant

Le MONA

Depuis Hobart, vous pouvez prendre le ferry pour vous rendre au MONA (Museum of Old and New Art), un musée réputé dans le monde entier pour son architecture originale, ses œuvres subversives, et son domaine viticole.

MONA Hobart Tasmanie
MONA – Photo : Claire Feuardant

La collection du musée compte plus de 1 900 œuvres, dont certaines sont immenses, comme l’installation bit.fall de Julius Popp, une cascade de mots pris au hasard sur des sites d’information et qui dégringolent sur 2 étages. On vous conseille pratiquement une journée entière pour tout visiter !

Le MONA accueille aussi des festivals, comme le Dark MOFO (en juin), un festival gothique avec des concerts, des installations, des feux de camps et des repas de minuit. Renseignez-vous avant de venir sur les événements.

Dans notre prochain article, nous vous parlerons des choses à découvrir dans le reste de la Tasmanie : les villes minières du centre de la Tasmanie, les Cradle Mountains, la côte ouest plus sauvage et la côte nord et ses petites villes de pêcheurs. Stay tuned !