Le Festival Photo de la Gacilly : à voir absolument !

Aller voir le Festival Photo de la Gacilly devrait faire partie de la Bucket List de tout passionné de photographie. En tant que plus grand festival photo de France en plein air, l’événement vaut vraiment le détour.

Voici le concept : du 4 juin au 30 septembre, des photographies sur des thèmes particuliers (pour cette 13ème édition, un hommage à la photographie japonaise, les océans et, comme chaque année, la sensibilisation aux enjeux environnementaux) sont affichées dans tout le village de La Gacilly, dans le Morbihan. Un parcours aménagé vous permet de circuler dans les petites rues (le village lui-même est à voir !) et d’admirer les œuvres de divers auteurs un peu partout : sur les murs, dans les rues ou encore dans les parcs. Tous les styles sont représentés : photo artistique, documentaire, reportage (et même daguerréotype !). C’est totalement gratuit, sauf bien sûr si vous voulez suivre une visite guidée et commentée (5 à 7 euros).  

Cela faisait longtemps que nous voulions aller voir ce Festival, et nous n’avons pas été déçues ! Voici notre petit guide (sélectif) de cette 13ème édition.

La Gacilly - Passerelle et mont FujiLe parcours commence sur la Place de la Ferronnerie, avec trois énormes photos du Mont Fuji par Yukio Onyama.Vous pouvez ensuite observer le travail de Lianne Milton, « Dans la fournaise du Sertao », photo-journaliste engagée qui dépeint les relations entre l’Homme et la Nature et l’impact du changement climatique sur les fermiers du Sertao, au Brésil. La suite du parcours explore la photographie japonaise sous toutes les coutures, avec notamment les collections du Musée National des Arts Asiatiques Guimet (Paris) et du Musée de l’Université de Tokyo & Université de Lyon, ainsi que le travail de Hiromi Tsuchida sur les plages du Japon et de Motoki sur les Sumos (des photos en noir et blanc assez surprenantes).

Vous suivez ensuite le « Chemin des Libellules », où plusieurs photographes sont exposés.

IMG_3893
Photo : Claire Feuardant

Entre autres, le travail de Kazuma Obara (« Recommencer – Au-delà de Fukushima ») montre à la fois les ravages du Tsunami du 11 mars 2011 et la reconstruction difficile de la ville et de ses habitants. Nous avons aussi apprécié le travail de Daniel Beltrá (« Pollutions et marées noires »), des photos engagées aériennes qui nous montrent les ravages des marées noires, et celui de Pierre Gleizes (« Un plaidoyer contre la surpêche »), du photoreportage avec un véritable sens artistique (c’est rare !). Ces images sont vraiment plus puissantes que des mots pour sensibiliser aux enjeux environnementaux.

IMG_3898
Photo : Claire Feuardant

Le chemin nous amène sur une place où sont exposées les photos de collégiens du Morbihan, toujours sur le thème de l’environnement, puis dans un garage où le travail de deux photographes est mis en avant : Anita Conti, avec ses photos en noir et blanc prises dans les années 50 et qui semblent n’avoir pas pris une ride (elles retracent le quotidien des marins) ; et Guillaume Herbaut, qui met en avant « trois petits coins de paradis » en Bretagne (L’Île aux Moines, Houat et Hoëdic), presque coupés du monde (on a été surpris par la photo de l’école de Hoëdic qui compte… 5 élèves !)

IMG_3850
Photo : Claire Feuardant

Rue Saint-Vincent, vous pourrez découvrir le travail de Takeyoshi Tanuma, des photos du Japon en noir et blanc, témoignage à la Cartier-Bresson de la mutation du pays ces 50 dernières années.

Rue St-Vincent

Le parcours continue avec le travail de Pascal Maître, que nous avons beaucoup aimé (« Madagascar, l’île où le baobab est roi »). Le photoreporter milite pour la préservation de l’environnement à travers une série sur Madagascar, son peuple et ses baobabs. Les jeux de lumières sont époustouflants, et les infos qui accompagnent les photos incroyables (on y a appris par exemple qu’un baobab peut contenir jusqu’à 6 000 litres d’eau, soit de quoi subvenir aux besoins de 800 familles lors de la saison sèche !)

Le parcours continue encore jusqu’au labyrinthe végétal, qui expose 5 photographes japonais émergents. Malheureusement nous n’avons pas eu le temps de voir cette partie, c’est pourquoi on vous conseille fortement de prévoir plusieurs heures (voire une journée) pour visiter tout ça ! D’autant plus qu’à côté de l’exposition, c’est tout un village qu’il y a à visiter (le parcours est fait pour ça), avec ses parcs, ses petites boutiques d’artisanat, ses charmantes ruelles piétonnes etc.

IMG_3904
La Gacilly, un charmant petit village breton (Photo : Claire Feuardant)

Pour en savoir plus ou préparer votre visite, voici le lien du site du Festival : http://www.festivalphoto-lagacilly.com/

Alors à vos agendas… Vous avez jusqu’au 30 septembre !

Publicités