Préparation PVT Australie : tout ce qu’il faut savoir (Partie 1)

Partir en Australie avec un Visa Vacances-Travail n’est pas une décision qui se prend au dernier moment. Si vous voulez que votre séjour se passe au mieux, il faudra consacrer beaucoup de temps avant votre départ à la préparation de votre PVT. Nous avions commencé à préparer notre PVT environ neuf mois avant de prendre l’avion, et cela n’a pas été de trop. Certaines personnes s’y prennent un an ou plus à l’avance, d’autres seulement trois ou quatre mois, mais nous vous conseillons de commencer les préparatifs dès que votre décision est définitive, ne serait-ce que pour l’obtention de certains papiers qui peut être très longue. On vous en dit plus dans cet article.

Vérifier son éligibilité au PVT

Un visa vacances-travail est très facile à obtenir, c’est même certainement l’un des visa les moins restrictifs au monde. Mais il existe quand même quelques conditions. D’abord, vous devez obligatoirement avoir entre 18 et 35 ans. Notez que c’est la date de la demande qui est comptabilisée, vous pouvez donc faire votre demande de visa à 35 ans, même si vous envisagez de partir à 36 ans. En revanche, vous ne pourrez pas obtenir de second visa si vous avez dépassé la limite d’âge pendant votre séjour en Australie.

Aussi, vous devez avoir la nationalité française, belge ou canadienne. Vous pouvez en revanche faire votre demande depuis n’importe quel pays, pensez juste à cocher « France » lorsqu’on vous demandera votre pays d’origine.

Vous devez également posséder un passeport valide sur toute la durée de votre séjour en Australie.

Enfin, le gouvernement australien vous demande de partir avec suffisamment d’économies pour vivre sur place, dans l’hypothèse où vous ne trouveriez pas tout de suite du travail. Au moment de votre demande de visa, vous devrez donc justifier que vous avez sur votre compte bancaire un minimum de 5000 AU$, soit un peu plus de 3000€.

Se renseigner

La clé pour réussir votre PVT en Australie est avant tout de beaucoup vous documenter sur l’Australie, sa culture, ses coutumes, ses particularités.

Par exemple, il vous sera utile de savoir que les Australiens conduisent à gauche ou encore que les distances en Australie sont loin d’être les mêmes qu’en France : alors qu’en France, conduire une heure paraît interminable, en Australie c’est une distance qui paraît tout à fait raisonnable. Aussi, vous trouverez très peu de transports en commun en-dehors des principales grandes villes : en Australie, on se déplace principalement en voiture.

Vous devez également savoir que l’Australie est située pile sous un trou de la couche d’ozone : le soleil est donc beaucoup plus fort qu’en France. L’Australie est le pays au monde qui recense le plus de cancers de la peau. Vous devez absolument vous préparer à porter des lunettes de soleil et un chapeau, et vous couvrir en permanence de crème solaire à haut indice de protection (prévoyez de l’acheter là-bas, car nous n’avons pas en France de niveau de protection équivalent à celui dont vous aurez besoin en Australie).

Ce type d’information a beau être du détail, il vous permettra d’éviter beaucoup de galères sur place, aussi bien dans votre voyage qu’au niveau de votre santé.

Il est aussi très important de vous renseigner sur les démarches administratives que  vous devrez faire avant le départ et à votre arrivée. Si vous comptez travailler en Australie, renseignez-vous aussi sur les types de jobs, les conditions, le salaire moyen, les taxes etc. Plus vous en saurez et moins vous risquerez de vous faire arnaquer à l’embauche.

Enfin, si vous souhaitez rester une deuxième année, renseignez-vous sur les conditions d’éligibilité au second visa. Tous les types d’emploi ne sont pas éligibles ! Vous trouverez la liste des secteurs qui donnent droit à un second visa sur le site de l’immigration australienne. Les plus couramment visés par les pvtistes sont l’agriculture (notamment le « fruit picking ») et la construction. Mais vous pouvez aussi travailler dans le secteur de la pêche ou dans les mines, par exemple. Attention, vous devez avoir effectué au minimum 88 jours de travail dans l’un de ces secteurs pour pouvoir prétendre à un second visa. De plus, toutes les régions ne sont pas éligibles ! Vous trouverez également les codes postaux donnant droit au second visa sur le site de l’immigration australienne.

Enfin, voici quelques liens utiles pour vous documenter sur tout ce qui touche à votre PVT en Australie :

  • Le site pvtistes.net: vous y trouverez des dossiers et articles très complets sur tous les sujets, ainsi que des témoignages qui vous donneront une idée concrète de ce qui vous attend.
  • Le forum de pvtistes.net: vous pouvez y poser vos questions ou lire des discussions déjà ouvertes.
  • Le guide des pvtistes en Australie: c’est une véritable mine d’or de conseils. Vous y trouverez le détail des démarches à effectuer avant et après le départ.
  • Le guide du National Harvest Labour Information Service qui regroupe toute l’information dont vous aurez besoin pour travailler en Australie dans le domaine de l’agriculture.

Définir son projet de voyage

Il existe autant de projets de voyage que de pvtistes. N’essayez pas de vivre exactement la même expérience qu’un proche ou quelqu’un dont vous aurez lu un témoignage. Vous devez chercher à vivre une expérience qui vous correspond à 100%, autrement vous risquerez d’avoir des regrets.

Au départ, nous avions prévu de s’établir dans une ville comme Melbourne et y travailler soit dans notre domaine (le marketing), soit en changeant complètement de direction, par exemple en travaillant dans un restaurant. Et pourquoi pas, rester définitivement pour lancer notre propre entreprise. Cependant, nous nous sommes vite rendues compte qu’il était plus compliqué que nous le pensions de rester en Australie sur le long terme. De plus, le PVT ne permet pas de travailler plus de six mois pour le même employeur, ce qui écarte aussi beaucoup de possibilités d’emploi. Enfin, nous voulions avoir le temps de visiter toute l’Australie et nous savions que la meilleure manière de le faire était de ne pas s’établir dans une ville mais au contraire, d’acheter une voiture et de vivre sur la route. Après réflexion, nous avons finalement décidé de faire le tour de l’Australie en travaillant dans des fermes dès que nous le pourrions.

Road trip PVT Australie
Notre voiture aménagée avec une tente de toit – Photo : Claire Feuardant

Choisir sa ville d’arrivée

Même si vous prévoyez de faire un tour de l’Australie, vous devrez quand même passer la ou les première(s) semaine(s) en ville, le temps de vous occuper de toutes les démarches administratives, d’acheter votre voiture et de prendre vos marques. Entre Sydney, Melbourne, Perth, Adelaide, Cairns, Brisbane, Alice Springs ou encore Darwin, vous aurez l’embarras du choix. Documentez-vous sur chaque destination et choisissez ce qui correspond le mieux à vos attentes en termes de taille, de dynamisme, de climat, de situation géographique et de qualité de vie. Votre choix dépendra aussi de votre budget (s’il est serré, évitez les villes les plus chères comme Sydney), de la saison dans laquelle vous arriverez (Alice Springs en été est très peu recommandée) et de votre projet (si vous souhaitez travailler, choisissez une ville qui offre à la fois beaucoup de jobs disponibles et peu de concurrence des locaux et des autres pvtistes).

En considérant tous ces critères, nous avons finalement opté pour Adelaide. C’est une ville à taille humaine où l’on peut parfaitement se déplacer à pieds, ce qui vous permettra de gagner du temps si vous devez intercaler votre rendez-vous à la banque entre un passage à la poste et un tour des opérateurs téléphoniques. De plus, Adelaide offre une très bonne qualité de vie, non seulement parce qu’elle accueille beaucoup d’événements et de festivals, mais aussi parce qu’elle est relativement moins chère que les plus grandes villes. Elle est idéalement située entre les longues plages de la côte et la Barossa Valley, véritable paradis pour les amateurs de vin. Comme Perth, Adelaide est la ville de départ de nombreux pvtistes, vous n’aurez donc aucun mal à y trouver des backpackers cherchant à revendre leur voiture.

Adelaide Australie
Adelaide – Photo : Claire Feuardant

Prendre son VISA

Il vaut mieux faire sa demande de visa le plus tôt possible, c’est-à-dire dès que votre décision de partir sera prise. En effet, même s’il est extrêmement rare de se voir refuser un Working Holiday Visa si l’on remplit toutes les conditions requises, il est quand même conseillé d’attendre d’avoir reçu sa confirmation de visa pour entamer toutes les dépenses liées au voyage : achat du billet d’avion, réservation du logement sur place etc.

La demande de visa se fait en ligne et elle prend trente minutes à peine. Une fois terminée, le temps d’attente avant de recevoir la confirmation peut énormément varier. Certains la reçoivent quelques heures après, certains doivent attendre plusieurs jours et d’autres ne reçoivent pas de nouvelles avant plusieurs semaines. Mais quel que soit le délai d’attente, cela ne signifie absolument pas que votre demande a été plus ou moins facilement acceptée : en fait, cela dépend de plusieurs facteurs qui ne dépendent pas de vous, comme par exemple le nombre de demandes à traiter à cette période précise. Soyez patient !

C’est donc une fois que vous aurez obtenu votre visa que vous pourrez entamer les démarches concrètes liées à votre départ : achat du billet d’avion, souscription à une assurance voyage, choix et réservation du logement sur place et préparations de dernière minute… On vous détaille tout cela par ici.

Pourquoi nous sommes parties en PVT en Australie

En septembre dernier, nous avons décidé de tout quitter pour partir à l’aventure en Australie. Nous travaillions toutes les deux et nous avions un logement, des activités, des amis et la sécurité de l’emploi, mais malgré cela, nous nous sommes jetées tête la première dans l’inconnu. Beaucoup de personnes, dont nos parents, n’ont pas compris notre décision au début. Pourquoi partir à l’étranger pendant un an alors que l’on a déjà une vie bien établie, avec sa routine quotidienne ? Si vous avez peur de vous lancer, on vous donne quelques bonnes raisons de faire le premier pas.

Voyager, voyager et… voyager

Comme de plus en plus de monde faisant partie des générations Y et Z, nous sommes passionnées de voyages. Peut-être que cette passion nous vient de notre enfance, que nous avons passée entre la Réunion, la Nouvelle-Calédonie, la Martinique et la France métropolitaine. Comme nous avons souvent déménagé, nous en avons profité aussi pour voyager le plus possible, et aujourd’hui nous avons du mal à rester en place. Pour nous, tous les prétextes sont bons pour partir en voyage : quand nous avions appris qu’il était possible de partir à l’étranger pendant un an, sans condition ou presque, nous avons aussitôt sauté sur l’occasion !

Même si le PVT (Permis Vacances Travail, Working Holiday Visa en anglais) est un Visa qui donne l’autorisation de travailler dans son pays d’accueil, le but premier est avant tout de voyager. Explorer un pays, vivre sur la route, découvrir des paysages, une faune et une flore que l’on ne connaît pas, rencontrer des gens dont la culture est parfois à l’opposé de la nôtre… la vie d’un backpacker expatrié fait rêver. Le PVT est le meilleur moyen (et le plus simple) de goûter à cette vie, ne serait-ce que pendant un ou deux ans.

On vous expliquera pourquoi un peu plus tard dans cet article, mais pour nous, la destination de notre PVT (à savoir, l’Australie) était évidente. Nous voulions avoir le temps de visiter le pays tout entier : ses villes, ses îles, son désert, ses lagons et ses magnifiques parcs naturels. Mais l’Australie est beaucoup trop étendue pour que l’on puisse tout voir en un seul voyage ! Et depuis la France, le billet coûte trop cher pour faire plusieurs allers retours… Partir un an permettait d’avoir le temps de tout faire et de profiter de tout.

Kangourou South Australia PVT Australie
Kangourou, Deep Creek Conservation Park (South Australia) – Photo : Claire Feuardant
Sydney Opera House PVT Australie
Sydney Opera House – Photo : Claire Feuardant

S’immerger à 100% dans la culture d’un pays

Ceux qui ont étudié pendant plusieurs mois à l’étranger pourront le confirmer, la meilleure façon de s’immerger dans la culture d’un pays, c’est de s’y établir pour y vivre. Trouver un logement, acheter un forfait de téléphone, faire ses courses, trouver un travail… toutes ces obligations du quotidien qui nous semblent faciles en France prennent une autre dimension à l’étranger. Mais c’est aussi en sortant du cadre du tourisme que l’on peut côtoyer les locaux, adopter leurs habitudes et s’intégrer vraiment. C’est là que l’on se fait des amis étrangers, que l’on se considère chez soi, que l’on connaît l’histoire et la culture du pays sur le bout des doigts. Selon nous, vivre dans un pays est le meilleur moyen de le connaître et de se l’approprier. C’est aussi cela qui nous a poussé à faire un PVT !

Améliorer son anglais

On ne vous dit pas que vous allez devenir bilingue après un an, mais vous allez pratiquer l’anglais, et c’est ce qui est le plus important quand on apprend une langue. A la fin de votre année de PVT, vous comprendrez bien mieux l’accent de votre pays d’accueil, vous ne chercherez plus vos mots, vous serez capable de participer à une conversation quel que soit le sujet abordé. Quand on sait à quel point parler anglais est devenu indispensable aujourd’hui, c’est déjà une raison suffisante pour partir !

Prendre le temps de réfléchir à un projet d’avenir

Le PVT est aussi l’occasion de mettre sa vie entre parenthèse pendant un an ou deux, le temps de réfléchir à ce que vous souhaitez faire dans votre vie. Si comme nous, vous venez de finir vos études et vous avez travaillé quelques temps dans votre branche, mais vous n’êtes tout d’un coup plus sûr(e) de vouloir consacrer votre vie à ce métier, le PVT vous donnera un peu de temps pour mettre vos idées en ordre. Qui sait, peut-être qu’à votre retour vous aurez gardé un goût pour l’aventure et vous déciderez de lancer votre propre entreprise ou de vivre de votre passion !

Vivre des expériences uniques

Sillonner le désert dans un van, surfer sur des plages mythiques, faire du snorkeling près de la Grande Barrière de Corail, caresser un koala… L’Australie offre de très nombreuses opportunités d’expériences qui resteront toute votre vie des souvenirs incroyables.

Kangaroo Island PVT Australie
Kangaroo Island – Photo : Claire Feuardant

Vous vivrez aussi des expériences qui font beaucoup moins rêver : travailler en ferme sous quarante degrés à l’ombre, avaler une mouche, croiser des araignées plus grosses que votre poing, vous retrouver face à face avec un alligator… mais ce sont des choses que vous ne verrez nulle part ailleurs et que vous n’aurez plus jamais l’occasion de vivre. Que vous décidiez d’aller en Australie ou ailleurs, votre vie sera loin de ressembler à votre routine quotidienne en France, et c’est ce qui fait l’aventure !

Faire des rencontres

Dans beaucoup de pays, les locaux sont friendly et surtout, ils adorent parler aux étrangers. Nous avions entendu dire que les Australiens n’aiment pas les Français, mais jusqu’à présent n’avons pas encore pu confirmer cette idée reçue… Nous avons croisé de nombreux Australiens qui étaient ravis de nous parler de leur pays, des choses à voir à tel ou tel endroit. Sur un camping, un couple d’Australiens sont venus d’eux-mêmes nous aider à allumer notre premier feu de camp, puis ils nous ont invité à venir les voir si l’on avait un jour l’occasion de passer près de chez eux !

Gagner en maturité

Pour certains, partir en PVT est l’occasion de faire un premier voyage sur un autre continent, à l’autre bout du monde. Pour nous, c’était l’occasion d’apprendre à se débrouiller seules pour organiser un road trip, gérer un budget, vivre sur la route et dormir dans des campings, acheter une voiture et en prendre soin, trouver du travail… Le PVT est une expérience riche qui permet de gagner en maturité et en confiance en soi !

Donner une valeur ajoutée à son CV

Une question que l’on se pose souvent est si, professionnellement, il est judicieux de mettre sa carrière entre parenthèse pour partir un ou deux ans en PVT. Dans « Permis Vacances Travail », il y a « Vacances » et on peut avoir peur qu’un futur employeur y voie un prétexte pour ne rien faire pendant un an ou deux. En fait, le fait d’être parti en PVT peut parfaitement être bien vu sur un CV, à condition de savoir le valoriser. Par exemple, mettez en avant votre apprentissage d’une langue étrangère, ou bien soulignez que cette expérience traduit votre courage, votre ténacité, votre capacité d’adaptation, d’intégration et d’organisation… Cela dépend du poste recherché, mais vous verrez qu’en réfléchissant en terme de compétences acquises, vous trouverez toujours un argument pour expliquer le choix que vous avez fait en partant.

Pourquoi l’Australie ?

En tant que francophone, vous avez le choix entre quatorze destinations pour partir en PVT : l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, le Japon, la Corée du Sud, Hong-Kong, Taïwan, la Russie, l’Argentine, la Colombie, le Chili, l’Uruguay, le Mexique et le Brésil. Autant de destinations qui font rêver… dur d’opter pour une ou pour une autre !

Pour nous, le choix était déjà fait. Durant notre enfance, nous avons vécu trois ans et demi en Nouvelle-Calédonie, et pendant ce séjour nous avions eu l’occasion de visiter l’Australie deux fois. La première fois, c’était Sydney, Melbourne, la Great Ocean Road, Canberra, Adelaïde et Kangaroo Island. La deuxième fois, c’était Sydney. Nous avions eu un véritable coup de cœur pour ce pays et depuis, nous rêvions d’y retourner un jour, cette fois pour y vivre. Comme c’était le projet numéro un sur notre bucket list, nous ne nous sommes même pas posé de questions. Si nous voulions demander un PVT, c’était avant tout pour partir en Australie !

Côte des 12 Apôtres PVT Australie
Nous en 2007 sur la Côte des 12 Apôtres – Photo : Bruno Feuardant

Mais il existe des milliers d’autres raisons de partir en Australie. Pour n’en citer que quelques-unes : rencontrer une faune unique au monde, contempler des paysages à couper le souffle où la nature est préservée, se balader sur des plages paradisiaques ou en plein cœur du désert, plonger au cœur du plus beau lagon du monde, découvrir la culture aborigène, vivre sous le soleil, adopter la fameuse « cool attitude » australienne, voyager et travailler dans un pays anglo-saxon… Si tout cela vous donne l’eau à la bouche, n’hésitez pas : foncez !