Visiter la Presqu’île de Crozon

La Presqu’île de Crozon est située entre la rade de Brest et la baie de Douarnenez, dans le Finistère. Notre famille possède une maison de vacances là-bas, nous y avons donc passé plusieurs étés. Il est temps de partager avec vous les endroits où nous aimons retourner à chaque fois que nous y allons en vacances !

L’Eglise Saint-Pierre de Crozon

La commune de Crozon est située à l’est de la baie de Morgat. Elle vaut surtout le détour pour son église néogothique, l’Eglise Saint-Pierre de Crozon, qui abrite un magnifique retable en bois classé monument historique, le retable des dix mille martyrs.

Le retable des dix mille martyrs est un triptyque en chêne de 5 mètres de haut sur 5 mètre de large, composé de 24 panneaux (12 panneaux au centre et deux volets latéraux de 6 panneaux chacun). Les différents panneaux évoquent une scène de la mythologie chrétienne : les dix mille martyrs du mont Arrat sont des légionnaires romains qui furent martyrisés sous l’empereur Hadrien pour s’être convertis à la foi chrétienne.

Sur la place de l’Eglise et dans les rues alentour, une grande foire est organisée tous les deuxièmes et quatrièmes mercredis du mois. On y trouve de tout, des spécialités culinaires (kouign amann, Andouille de Guémené) aux parapluies, un achat qui peut s’avérer utile en Bretagne !

La balade du bois du Kador à l’Île vierge (Morgat)

L’une des balades de notre enfance est celle qui longe le GR34, au départ de la station balnéaire de Morgat. La balade forme une boucle de 8 km (soit 3 heures de marche), de Morgat jusqu’à l’île vierge en passant par le bois du Kador.

Bois du Kador Morgat
Bois du Kador Morgat – Photo : Claire Feuardant
Morgat © Claire Feuardant
La vue depuis la promenade – Photo : Claire Feuardant

Pour y accéder, longez la plage de Morgat jusqu’au bout. Vous pouvez vous garer sur le parking à l’entrée du port de Morgat. Au début du chemin, vous pourrez apercevoir la maison-phare datant de 1914, ainsi que les ruines de l’ancienne batterie militaire du Kador. Depuis le 18ème siècle, époque à laquelle les fortifications ont été érigées, les falaises de Morgat se sont couvertes d’arbres, mais la vue n’en reste pas moins impressionnante ! Le chemin traverse ensuite le bois du Kador, une forêt de pins maritimes (si vous y allez tôt, vous pouvez apercevoir des écureuils !), avant de continuer dans la bruyère et les ajoncs.

Bois du Kador Morgat
Photo : Claire Feuardant

Vous pouvez faire une pause pour admirer le panorama sur la baie de Douarnenez et la crique de l’île vierge. Le chemin continue ensuite jusqu’à surplomber la crique de l’Île vierge, où l’on peut descendre (ou non). Attention, cette partie est délicate ! Le chemin repart ensuite en sens inverse et forme une boucle (plus courte) jusqu’au bois du Kador.

Île Vierge Morgat
L’Île Vierge – Photo : Claire Feuardant

Nos conseils : mettre des bonnes chaussures, prévoir de la crème soleil s’il fait beau car une partie du chemin se fait à découvert, et prendre l’appareil photo !

Les grottes de Morgat

Les grottes marines de Morgat sont l’une des attractions majeures de Crozon-Morgat. On peut y accéder à pieds à marée basse, depuis la Plage du Porzic (pour la grotte Sainte-Marine), ou en kayak à marée haute, depuis le port de Morgat. Il est également possible de participer à une excursion en vedette, ce qui est un peu plus touristique mais vous permettra d’aller plus loin, notamment jusqu’à l’Anse de l’île Vierge. La grotte la plus impressionnante est la grotte de l’autel, profonde de 80 mètres.

Attention cependant, ne partez jamais en excursion seul sans vous être renseignés sur la houle et les marées !

Grottes Morgat Crozon
Grottes de Morgat – Photo : Claire Feuardant
Grottes Morgat Crozon
Photo : Claire Feuardant
Grottes Morgat Crozon
Photo : Claire Feuardant

Camaret-sur-Mer

Autour de la ville de Camaret, à l’extrême ouest de la Presqu’île de Crozon, il y a de nombreux endroits qui valent le détour !

Ancien port d’importance (notamment dans la pêche à la langouste et à la sardine), Camaret-sur-Mer offre un véritable décor de carte postale avec son port animé, ses maisons colorées et ses vieilles coques de bateaux. A côté du cimetière marin se trouve également la chapelle Notre-Dame de Rocamadour et ses nombreuses maquettes de bateaux laissées en ex-votos par les rescapés des naufrages. On peut aussi visiter la Tour Vauban (appelée aussi « Tour dorée » du fait de ses briques de couleur jaune clair), au bout de la jetée. Cette tour octogonale du 17ème siècle est aujourd’hui inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. A l’origine, cette tour possédait un rôle défensif : son emplacement à l’entrée du goulet de Brest était idéal pour prévenir les invasions.

Port de Camaret-sur-Mer Presqu'île de Crozon
Le port de Camaret-sur-Mer – Photo : Claire Feuardant
Camaret Presqu'île de Crozon
Les façades colorées sur le port de Camaret-sur-mer – Photo : Claire Feuardant
Camaret Presqu'île de Crozon
Les épaves de bateau à Camaret-sur-Mer – Photo : Claire Feuardant
Camaret Tour Vauban
La tour Vauban – Photo : Claire Feuardant

Après un repas de moules-frites dans l’un des nombreux restaurants du port de Camaret, les amateurs d’art et d’artisanat pourront faire le tour des nombreuses galeries d’artistes et artisans locaux.  Les amateurs de randonnée pourront également suivre le GR34, qui suit la pointe du Grand Gouin et la pointe du Tourlinguet, jusqu’à la Pointe de Pen Hir pour les plus courageux. La Pointe de Pen Hir se distingue par ses 4 petits ilots (aussi appelés « Tas de pois ») et sa falaise à-pic de 70 mètres, un paradis pour les amateurs d’escalade !

Après la visite de Camaret, on vous recommande de suivre la route vers la Pointe de Pen Hir. En route, vous pourrez observer les Alignements de Lagatjar, un alignement de 65 menhirs tournés vers la mer, dont on raconte qu’ils étaient à l’origine plusieurs centaines. Non loin, vous trouverez également les ruines du manoir de Saint-Pol-Roux « Le Magnifique », poète précurseur du mouvement surréaliste de la fin du 18ème – début du 19ème siècle, qui avait choisi de quitter Paris pour s’isoler dans son manoir de Pen-Hat.

La plage de l’Aber (Crozon)

L’une de nos plages favorites sur la presqu’île de Crozon est la Plage de l’Aber à Crozon. Située dans la baie de Douarnenez, cette plage est immense (elle fait 1250 m de long !) et son sable fin est digne des plages que nous avons connues lorsque nous habitions dans les îles ! C’est d’ailleurs l’une des plus grandes plages de sable de la presqu’île de Crozon.

Si cette plage est sauvage (ne vous attendez pas à y trouver des douches !), elle dispose tout de même d’un grand parking, il est donc facile d’y accéder. En plus, selon le site de tourisme Crozon-Bretagne.com, la surface de la plage de l’Aber ferait l’équivalent, à marée basse, de 89 terrains de football ! Vous ne risquez donc pas d’être les uns sur les autres.

Plage de l'Aber Presqu'île de Crozon
Plage de l’Aber – Photo : Claire Feuardant

Lorsque l’on ne se baigne pas, il y a toujours quelque chose à faire sur cette plage : surf et kite-surf les jours de vent ; pêcher à pieds ; rejoindre l’île de l’Aber (à l’est de la pointe de Trébéron) lorsque la marée est basse…

La Pointe de Dinan et le Cap de la Chèvre

Le Cap de la Chèvre offre également un cadre idéal pour les amateurs de randonnée. Un chemin côtier fait le tour du cap en reliant Morgat au château de Dinan, surplombant des falaises de 100 mètres de haut et traversant les bruyères et les pins maritimes (avec un retour à travers la lande). Il offre une vue magnifique vue sur la baie de Douarnenez, l’anse de Morgat, et, lorsque le temps est dégagé, l’île d’Ouessant et l’île de Sein.

Pointe de Dinan Presqu'île de Crozon
Sentier côtier de la Pointe de Dinan – Claire Feuardant
Pointe de Dinan Presqu'île de Crozon
Photo : Claire Feuardant
Cap de la Chèvre Presqu'île de Crozon
Le Cap de la Chèvre – Photo : Claire Feuardant

Il faut prévoir une bonne journée de marche pour faire le chemin. Pour les moins sportifs, il est possible d’en faire une partie seulement (par exemple, le chemin qui va de Camaret à la Pointe de Pen-Hir, dont nous vous avons parlé plus haut !). Parmi les spots à ne pas manquer, on trouve le promontoire avec une vue imprenable sur la plage de la Palue, la pointe de Saint-Hernot, ou encore l’anse de Porz-Creguen.

Pointe de Dinan Cap de la Chèvre Presqu'île de Crozon © Claire Feuardant
Photo : Claire Feuardant

Le pont de Térénez

Le pont de Térénez est un incontournable pour les amateurs d’architecture. Ce pont enjambant l’Aulne a déjà reçu deux distinctions depuis son inauguration en 2011 : le World Infrastructure Award en 2013, le prix de la Fédération international du béton 2014 du plus bel ouvrage d’art. Et pour cause : il s’agit du premier pont courbe à haubans de France, avec 144 haubans. Il fait 90 mètres de haut.

Pont de Térénéz Presqu'île de Crozon
Pont de Térénéz Presqu’île de Crozon – Photo : Claire Feuardant

Pour la petite histoire, le pont de Térénez est le 3ème pont érigé dans cette zone sur l’Aulne. En 1913, des travaux ont débuté pour construire un pont à Térénez et remplacer les bacs qui transportaient les personnes qui souhaitaient traverser le fleuve. Le pont, achevé en 1925, fut détruit pendant la Seconde Guerre Mondiale par les allemands. Ce n’est qu’en 1952 que fut achevé le second pont destiné à le remplacer. Toutefois, ce pont n’était pas d’assez bonne qualité pour durer dans le temps. En 2011, un troisième pont était construit à côté pour le remplacer : c’est lui qui est désormais utilisé.

Pont de Térénéz Presqu'île de Crozon
Photo : Claire Feuardant

Et si vous partez en vacances à Crozon, n’oubliez pas de manger des crêpes ! Nous avons testé plusieurs crêperies lors de nos séjours en Bretagne, retrouvez notre avis dans cet article !

Publicités

Lisbonne et Porto en 4 jours

C’est la grande question pour ceux qui se rendent au Portugal pour la première fois : vaut-il mieux visiter Lisbonne ou Porto ? Nous ne sommes pas parvenues à nous décider, alors nous avons choisi de partager nos 4 jours de voyage (seulement !) entre Lisbonne et Porto. Si vous êtes dans ce cas, voici notre itinéraire de voyage à Lisbonne et Porto pour vous aider. Spoiler : mieux vaut prévoir 1 semaine pour faire les deux !

1ère étape : Lisbonne

Pour notre part, habitant à Barcelone, nous avons pris un vol Barcelone – Lisbonne avec Vueling, très tôt le matin. Même si la compagnie a plutôt mauvaise réputation, le vol s’est bien passé et le retard n’était pas si important ! Il faut savoir qu’il y a une heure de décalage horaire entre la France (et l’Espagne) et le Portugal, nous sommes donc arrivées vers 8h30 heure locale.

Nos conseils pour préparer votre voyage à Lisbonne

Nous vous conseillons vraiment de prendre la Lisboa Card. Cette carte vous permet d’utiliser les transports en illimité et vous donne accès gratuitement à un grand nombre d’attractions touristiques (dont certaines avec coupe-file !). Il faut l’acheter sur Internet et imprimer le voucher, puis l’échanger à l’un des guichets de l’office de tourisme listés sur le voucher (nous l’avons fait au guichet de l’aéroport). Il existe 3 types de cartes : 24 heures (21,50 €), 48 heures (35,50 €) et 72 heures (43,50 €). La carte s’active dès la première utilisation et non à l’échange au guichet.

A noter que les attractions gratuites avec la Lisboa Card changent souvent, il faut donc vous référer au livret qu’on vous donnera en même temps que la carte pour avoir la liste à jour. Parmi les attractions gratuites, on trouve notamment la Tour de Bélem, l’Ascenseur de Santa Justa, ou encore le Monastère des Hiéronymites.

Autre conseil si vous n’avez que 2 jours pour visiter Lisbonne : préparez bien votre circuit en amont ! Cela nous a sauvé la vie et nous avons pu tout voir.

Le Baixa

Nous avons commencé par la visite du quartier Baixa. Ne faites pas comme nous et allez directement à l’Ascenseur de Santa Justa pour éviter de faire la queue !

Lisbonne Elevador Santa Justa
Elevador de Santa Justa – Photo : Claire Feuardant

Inauguré en 1902, l’Elevador de Santa Justa est magnifique avec sa structure qui rappelle un peu la Tour Eiffel ! Il a d’ailleurs été construit par l’élève de Gustave Eiffel, Raoul Mesnier de Ponsard. Il est ouvert à partir de 7h. L’Ascenseur peut prendre 20 personnes à la fois (d’où la queue !) et permet de monter jusqu’à 45 mètres de haut, où vous attend un belvédère avec vue sur le quartier Baixa.

Lisbonne vue Elevador Santa Justa
Vue depuis l’Elevador de Santa Justa – Photo : Claire Feuardant

Ensuite, redescendez par la Rua do Carmo pour rejoindre la Praça Dom Pedro IV ou Rossio. Cette place a été dessinée par le marquis de Pombal (qui a reconstruit le Baixa après que cette partie de la ville ait été détruite par le grand tremblement de terre de 1755) et c’est l’une des plus importantes de la ville. Un peu plus au nord, on trouve la Praça dos Restauradores et l’Estação do Rossio, célèbre pour sa façade néomanuéline et ses grandes portes en forme de fer à cheval. A l’est de la Praça Dom Pedro IV, on trouve aussi la Praça de Figueira.

Lisbonne Praça Dom Pedro IV - Photo : Claire Feuardant
La Praça Dom Pedro IV – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Estação do Rossio
Estação do Rossio – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne-vue-Rossio©4blueeyes-Claire-Feuardant
Le quartier de Baixa – Photo : Claire Feuardant

De là, vous pouvez emprunter la Rua Augusta, une rue commerçante, pour rejoindre la Praça do Comercio. Au bout de la rue, on trouve l’Arco da Rua Augusta, un arc de triomphe en haut duquel on peut monter pour observer la vue sur cette partie de la ville. Quant à la Praça do Comercio, c’est une immense esplanade débouchant sur le Tage, et entourée de galeries à arcades. Pas loin, on trouve aussi la Casa dos Bicos (Maison aux Pointes), à la façade ornée de pierres taillées en diamant.

Lisbonne Rua Augusta - Photo : Claire Feuardant
Rua Augusta – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Praça do Comercio - Photo : Claire Feuardant
Praça do Comercio – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Tage - Photo : Claire Feuardant
Le Tage – Photo : Claire Feuardant

L’Alfama

Ce quartier est le plus ancien de la ville puisque contrairement au Baixa, il a été épargné par le tremblement de terre de 1755. Vous pouvez commencer par monter jusqu’au Castelo de São Jorge en prenant le fameux Tram n°28. Nous n’avons pas pu visiter le château car il était fermé pour cause de grève (!), mais on vous le conseille car son ancienne place d’armes offre une vue imprenable sur Lisbonne, de même que les tours et le chemin de ronde.

Ensuite, redescendez jusqu’au Miradouro de Santa Luzia, l’Igreja Santa Luzia (aux murs en azulejos) et le Largo das Portas do Sol, une place agréable et animée avec une belle vue sur la ville. De là, le mieux est de redescendre au gré de vos envies. Vous pourrez voir quelques églises, des rues pittoresques et de nombreuses façades en azulejos. Terminez votre visite du quartier par la Sé Patriarcal, la cathédrale romane de Lisbonne qui date du 12ème siècle.

Lisbonne Sé Patriarcal
La Sé Patriarcal – Photo : Claire Feuardant

Après la visite du quartier de l’Alfama, nous sommes allées au Museu Nacional do Azulejo. Il est assez excentré et il faut s’y rendre en bus, mais attention car il ferme à 18h ! Le musée est installé dans un ancien couvent et présente de belles expositions, notamment la vue panoramique de Lisbonne avant le tremblement de terre.

Belém

Le deuxième jour, nous avons commencé par le quartier de Bélem. Après un petit tour à l’Antigua Confeitaria de Belém pour goûter les fameuses pâtisseries portugaises, nous avons longé le Tage jusqu’à la Torre de Belém, en passant par le Padrão dos Descobrimientos (Monument des Découvertes) et le Farol de Belém (phare de Belém). On peut d’ailleurs louer gratuitement des trottinettes électriques pour faire le trajet ! Nous sommes arrivées un peu avant 10h à la Tour de Belém et heureusement car il commençait tout juste à y avoir une queue. Quand nous sommes sorties, la queue était bien plus longue !

Lisbonne Tour de Belém
La Torre de Belém – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Tour de Belém
La tour de Belém – Photo : Claire Feuardant

On vous conseille vraiment de monter dans la Tour de Belém. Non seulement elle offre une belle vue sur le Tage et ses rives, mais en plus, il est intéressant de découvrir les vestiges de ses fonctions successives : forteresse, arsenal, prison… L’architecte de la tour, Francisco de Arruda, s’est nourri de multiples influences : romane, gothique, marocaine, vénitienne… Cela donne un ensemble architectural original mais cohérent.

Les escaliers en colimaçon très étroits qui emmènent en haut de la tour sont vite bloqués : on vous conseille donc de commencer par monter avant qu’il n’y ait trop de monde. Vous ferez vos photos depuis l’esplanade après !

Après la Tour de Bélem, nous avons rejoint le Mosteiro Dos Jerónimos. Pas de chance, il y avait ce jour-là une cérémonie de gendarmerie, nous n’avons donc pas pu faire beaucoup de photos de l’extérieur. Ce monastère est, comme la Tour de Belém, classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, et en effet son cloître manuélin est impressionnant tant il y a de détails et d’ornements ! Vous trouverez également le tombeau de Fernando Pessoa, poète portugais majeur. Ne manquez pas non plus, juste à côté, l’Igreja de Santa Maria, qui abrite notamment le tombeau de Vasco de Gama.

Lisbonne Mosteiro dos Jerónimos - Photo : Claire Feuardant
Mosteiro dos Jerónimos – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Mosteiro dos Jerónimos
Mosteiro dos Jerónimos – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Monastère des Hiéronymites
Le cloître du Monastère des Hiéronymites – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Igreja de Santa Maria
Igreja de Santa Maria – Photo : Claire Feuardant
Lisbonne Igreja de Santa Maria Tombeau de Vasco de Gama
Tombeau de Vasco de Gama – Photo : Claire Feuardant

Nous avons terminé notre visite du quartier de Belém avec une le MAAT (Musée d’Art, Architecture et Technologie) et du MAAT Central, deux bâtiments originaux qui accueillent des expositions en rapport avec les arts visuels et les nouveaux médias.

Sur les bords du Tage

Entre le quartier de Belém et le Baixa, on trouve plusieurs attractions. Nous avons essayé l’Experience Pilar 7, qui permet d’abord d’être immergé dans la construction du Pont du 25 avril via une expérience de réalité virtuelle, puis de monter tout en haut du pont grâce à un ascenseur. On vous le conseille si vous n’avez pas le vertige !

Lisbonne Pont du 25 avril
Pont du 25 avril – Photo : Claire Feuardant

Ensuite, nous avons flâné dans le quartier underground de Lisbonne, où l’on trouve notamment le Village Underground, un espace de coworking branché, et LX Factory, un petit village un peu hipster installé dans d’anciens entrepôts, où l’on trouve des boutiques de créateurs et des coffee shop.

Le Chiado et le Barrio Alto

En fin d’après-midi, nous avons rejoint le Chiado et le Barrio Alto (les deux quartiers voisins du Baixa). Ce sont des endroits assez agréables à ce moment de la journée, et on y trouve de nombreux bars et restaurants. A voir notamment dans ces quartiers : la Rua Garrett, où l’on trouve plusieurs magasins anciens et notamment le Café A Brasileira fréquenté par Fernando Pessoa et où a été installé une statue en son honneur ; le Funiculaire de Bica pour faire de belles photos ; la Praça Luís de Camões ; la Rua da Misericórdia et l’Elevador Da Gloria avec sa galerie de street art à ciel ouvert.

Lisbonne Funiculaire de Bica - Photo : Claire Feuardant
Le Funiculaire de Bica – Photo : Claire Feuardant

Nos adresses food à Lisbonne

LE lieu pour manger les meilleurs pastéis de nata est l’Antiga Confeitaria de Belém, où les pâtisseries sont encore confectionnées dans des fours anciens. Ils sont plus chers qu’ailleurs (1,15 € le pastéis de nata) mais cela vaut le coup car ils sont vraiment bons ! On vous conseille également la Manteigaria, où ils sont tout aussi excellents (on a trouvé qu’ils avaient davantage goût de cannelle).

Bon à savoir : Les pastéis de nata sont meilleurs chauds ! On vous donnera en général un sachet de cannelle à saupoudrer dessus si vous aimez la cannelle.

Lisbonne Pasteis de nata - Photo : Claire Feuardant
Pasteis de nata – Photo : Claire Feuardant

Pour manger pas cher à Lisbonne, on vous conseille le Time Out Market, installé dans le Mercado da Ribeira. On y trouve de tout, pour tous les budgets : sangria, morue sous toutes ses formes, hot-dog de poulpe, croquetas, et même asiatique et italien !

2ème étape : Porto

Pour rejoindre Porto, nous avons pris le bus depuis la Estação do Oriente (au passage, une très belle station conçue par l’architecte Santiago Calatrava, aussi à l’origine de la Cité des Arts et des Sciences à Valence et de la Gare de Saint-Exupéry à Lyon). Avec la compagnie Rede Nacional de Expressos, nous avons pu rejoindre Porto en 3h30. Nous sommes arrivées vers 13h30 mais on vous conseille de prendre un bus plus tôt dans la matinée, si possible, pour avoir plus de temps à Porto.

Le centre-ville de Porto

Nous avons commencé notre visite par le centre-ville de Porto. Au départ de la Praça da Liberdade et Praça do Général Humberto Delgado, on peut rejoindre la Rua Santa Catarina (rue commerçante), la Rua Formosa (où l’on trouve de nombreuses pâtisseries-confiseries typiques) et le marché municipal de Bolhão (qui était en rénovation quand nous y sommes allés). Dans le coin, l’Estação de São Bento est également un passage obligé : vous pourrez admirer les mosaïques en azulejos sur les murs de la salle d’entrée, appelée la salle des Pas perdus.

Eglise Porto
Une Eglise à Porto – Photo : Claire Feuardant
Estação de São Bento Porto
L’intérieur de l’Estação de São Bento – Photo : Claire Feuardant

A l’ouest des deux places, vous pourrez remonter la Rua dos Clérigos vers l’ouest pour atteindre l’Igreja e Torre dos Clérigos. Ensuite, prenez la Rua das Carmelitas et entrez dans la Librairie Lello & Irmão où se trouve un escalier impressionnant à double orientation.

Igreja e Torre dos Clérigos Porto
Igreja e Torre dos Clérigos – Photo : Claire Feuardant

Si vous avez du temps, vous pouvez ensuite aller faire une pause au Jardim do Palacio de Cristal (une grande partie du jardin était fermée pour rénovation quand nous y étions). Ce jardin comprend notamment le Museu Romântico. Si vous êtes amateur de photographie, vous apprécierez également le Centro Português de Fotografia, où l’on trouve notamment une grande collection d’appareils photos anciens.

Vue depuis les Jardins do Palácio de Cristal Porto Portugal
Vue depuis les Jardins do Palácio de Cristal – Photo : Claire Feuardant

Les quais du Douro

En fin d’après-midi, nous vous conseillons de traverser le Pont Dom-Luís (sur sa partie haute) pour profiter de la magnifique vue sur les deux rives du Douro et sur Porto avec la lumière de fin de journée. De l’autre côté du pont, à Vila Nova de Gaia, vous pourrez faire un crochet à l’Antigo Convento de Nossa Senhora da Serra do Pilar, dont le belvédère constitue l’une des plus belles vues de Porto (et pour ceux qui pensent que la vue depuis le couvent n’apporte rien de plus que la vue depuis le pont, vous aurez l’avantage de voir Porto ET le pont !).

Pont Dom-Luís Porto Portugal
Vue du Douro depuis le Pont Dom-Luís – Photo : Claire Feuardant
Pont Dom-Luís Porto Portugal
Vue depuis le Pont Dom en fin de journée – Photo : Claire Feuardant
Le Pont Dom-Luís Porto Portugal
Le Pont Dom-Luís – Photo : Claire Feuardant

Ensuite, descendez jusqu’à la rive gauche du Douro où l’on trouve les caves de Porto (les chais) : si vous êtes amateur de Porto, vous pourrez les visiter et faire des dégustations. Sinon, profitez de la douceur de la fin de journée et flânez sur les quais du Douro qui offrent une magnifique vue sur Porto en face.

Vila Nova de Gaia quais du Douro Porto Portugal
Les quais du Douro à Vila Nova de Gaia – Photo : Claire Feuardant
Vila Nova de Gaia Porto Portugal
Vue sur les quais de la Ribeira depuis Vila Nova de Gaia – Photo : Claire Feuardant

Vous pourrez ensuite retraverser le pont sur sa partie basse et rejoindre les Quais de la Ribeira (rive droite du Douro). Vous pouvez y passer la soirée : il y a de nombreux restaurants qui proposent des spécialités de Porto.

Quais Ribeira Porto Portugal
Quais de la Ribeira – Photo : Claire Feuardant
Quais Ribeira Porto Portugal
Quais de la Ribeira – Photo : Claire Feuardant

Le Vieux Porto

Le lendemain, nous avons visité le Vieux Porto. Outre les quelques principales attractions comme la Sé do Porto (la Cathédrale de Porto) et la Rua dos Flores, très pittoresque et animée, on vous conseille de vous promener au hasard des rues et vous aurez de belles surprises ! Porto n’est pas très grand, et en une matinée, nous avions vu le principal du Vieux Porto. Nous avons ensuite du rejoindre l’aéroport pour rentrer à Barcelone !

Sé do Porto Portugal
Sé do Porto – Photo : Claire Feuardant

Nos adresses food à Porto

Pour manger à Porto, nous vous conseillons les endroits suivants :

  • La Casa Portuguesa de Pastel de Bacalhau, qui propose des beignets de morue au fromage de la Serra da Estrela accompagnés d’un verre de Porto.
  • La Petisqueira Voltaria, un restaurant qui propose des plats traditionnels pas très chers (et copieux) et un peu modernisés. Nous avons testé la morue « à la broa » (en croûte de pain de maïs avec pommes de terre et salade) mais ils font aussi des pastels de nata de bacalhau ou encore de la Francesinha, une sorte de croque-monsieur revisité à la mode portugaise.
Casa Portuguesa do Pastel de Bacalhau Lisbonne
La Casa Portuguesa do Pastel de Bacalhau à Lisbonne – Photo : Claire Feuardant
Pastel de Bacalhau Lisbonne
Pastel de Bacalhau – Photo : Claire Feuardant

En 4 jours, nous avons pu faire un bon tour de Lisbonne et Porto. On vous conseille cependant de consacrer au moins une semaine pour la visite des deux villes car il y a vraiment beaucoup de choses à voir ! A Lisbonne, vous pourrez par exemple faire une excursion à Sintra, et à Porto, vous pourrez aller vous balader sur la promenade côtière ou aller voir les plages. En tout cas, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer !