Embarquez pour les Îles de Lérins à Cannes !

En Provence-Alpes-Côte-D’azur, chaque grande ville portuaire et touristique a ses îles. A Marseille, des navettes font plusieurs aller-retours par jour vers les Îles du Frioul. A Toulon, des bateaux partent toute l’année en direction de Porquerolles, Port-Cros ou les Embiez. Au départ de Nice, Cannes ou Mandelieu-la-Napoule, vous pourrez découvrir les Îles de Lérins. Situé dans la baie de Cannes, l’archipel est constitué de deux îles, Sainte-Marguerite et Saint-Honorat, séparées par un chenal baptisé à juste titre « Chenal du Milieu ». Sur ces deux îles où la nature est encore un peu sauvage, ce sont de charmantes criques rocheuses qui dessinent le littoral, et non des plages privatisées. On est loin de la Croisette ! Ça vous tente ? Ça tombe bien, nous vous embarquons tout de suite pour un tour d’horizon des Îles de Lérins !

L’Île sainte Marguerite : plongée dans l’Histoire en pleine nature

L’Île Sainte-Marguerite est la plus grande des deux îles. Elle s’étend sur une superficie de plus de 2 km2 et sur une longueur de 3,2 km. Avis aux marcheurs : il est tout à fait possible de faire le tour de l’île à pieds, mais prévoyez du temps ! Nous nous sommes donné la journée entière, ce qui nous a permis de faire plusieurs pauses : entre les arrêts baignade, le pique-nique et la visite du Fort, il y a de quoi faire.

Île Sainte-Marguerite
Photo : Alice Feuardant

Si vous êtes passionnés de nature, arrêtez-vous pour contempler l’étang du Batéguier. Un observatoire offre une vue dégagée sur l’ensemble du point d’eau et permet de regarder les oiseaux migrateurs qui y cohabitent. Un conseil : apportez vos jumelles ! Vous trouverez un second observatoire sur la Pointe du Dragon, monté sur pilotis et faisant face au Golfe de la Napoule. Vous pourrez apercevoir Mandelieu-la-Napoule et Théoule-sur-Mer à l’horizon.

Etang du Batéguier
L’Etang du Batéguier – Photo : Alice Feuardant

Lorsque l’on s’aventure à l’intérieur de l’île, on peut également parcourir de grandes allées bordées de végétation exotique. Nous avons adoré l’allée d’eucalyptus, qui nous a rappelé l’Australie ! Pour la petite histoire, ces eucalyptus sont les plus anciens recensés en Europe. Ils auraient été plantés par Maurice de Broglie, Evêque de Gand, qui fut détenu au Fort de l’île Sainte-Marguerite en 1812.

Allée des Eucalyptus
L’Allée des Eucalyptus – Photo : Alice Feuardant

Le Fort Royal est d’ailleurs un point d’intérêt majeur de l’Île Sainte-Marguerite. Vous pouvez très bien décider de venir passer une journée plage et farniente sur l’Île Sainte-Marguerite, mais ce serait vraiment dommage de repartir sans avoir visité le Fort !

Fort Royal de l'Île Sainte-Marguerite
Le Fort Royal – Photo : Alice Feuardant

Comme dans n’importe quel fort militaire du XVIIème siècle, on retrouve les fortifications, le casernement, l’armurerie, la poudrière et la place d’arme. Le fort renferme également une chapelle et un terrain de Basketball. En 1685, une prison d’Etat fut également construite à l’intérieur du Fort. C’est ici que l’on emprisonna pendant onze ans le célèbre Homme au masque de fer, dont l’identité reste inconnue encore aujourd’hui.

Fort Royal de l'Île Sainte-Marguerite
Photo : Alice Feuardant
Fort Royal de l'Île Sainte-Marguerite
Photo : Alice Feuardant
Fort-Royal de l'Île Sainte-Marguerite
Photo : Alice Feuardant
Fort Royal de l'Île Sainte-Marguerite
Photo : Alice Feuardant

Durant les journées du patrimoine, qui ont lieu tous les ans au mois de septembre, il est possible de pénétrer à l’intérieur des cachots lors de visites guidées. Le reste de l’année, les cachots sont fermés au public. Nous vous conseillons vivement d’aller sur l’Île Sainte-Marguerite lors de ces journées si vous le pouvez. D’abord, parce que le trajet en bateau sera moins cher (12,50€ au lieu de 15€ pour le billet adulte) et ensuite, parce que la visite vaut vraiment le coup ! Bien que relativement courte (elle dure quinze minutes environ), elle permet d’apprendre beaucoup de choses sur la construction des fortifications, l’Homme au masque de fer (qui avait été détenu dans les cachots en attendant que l’on construise sa cellule à l’intérieur de la prison d’Etat) ou encore les conditions de vie des prisonniers dans les cachots. Nous avons également pu visiter la boulangerie du Fort Royal accolée aux cachots. Celle-ci infligeait une torture quotidienne aux prisonniers, puisqu’ils pouvaient sentir l’odeur du pain chaud tous les matins, alors qu’eux-mêmes étaient affamés !

L’ancienne prison d’Etat abrite aujourd’hui le Musée de la Mer. Il se divise en plusieurs parties, l’une d’elle étant consacrée à l’histoire de la prison et le récit de certaines condamnations arbitraires. Il est possible de visiter la cellule de l’Homme au Masque de fer, ainsi que celle de MacDonagh, un officier irlandais qui écrivit ses mémoires en prison et les cacha dans un trou de mur. On retrouva les manuscrits 200 ans plus tard…

Prison d'Etat de l'Île Sainte-Marguerite
Une installation artistique dans le couloir menant aux cellules de l’ancienne prison d’Etat – Photo : Alice Feuardant

L’autre partie du Musée de la Mer expose les vestiges archéologiques retrouvés lors de fouilles terrestres et sous-marines sur l’Île Sainte-Marguerite (amphores, morceaux de verres et de céramique…).

Au dernier étage du musée, on retrouve les expositions temporaires. Jusqu’au 28 octobre 2018, un jardin artificiel et sous-marin de sculptures réalisées par l’artiste Jason deCaires Taylor est mis à l’honneur à travers des photographies. Que l’on aime ou que l’on n’aime pas, ces photographies ne laissent pas indifférent, notamment lorsqu’elles opposent la beauté du monde sous-marin à notre société de consommation.

Enfin, une terrasse également située au dernier étage nous invite à prendre l’air pour contempler la mer et la vue sur Cannes.

Terrasse du Musée de la mer
Photo : Alice Feuardant
Vue sur Cannes depuis le Musée de la mer
Photo : Alice Feuardant

Le Musée de la Mer est accessible toute l’année au public. Cependant, il faut savoir que la visite est gratuite lors des journées du patrimoine, tandis que le reste de l’année, un billet coûte 6,5€ pour un billet adulte et 3€ en tarif réduit.

L’île Sainte-Marguerite est aussi un lieu agréable où se rendre l’été si vous souhaitez profitez de la mer. Pour passer un peu de temps sur la serviette ou dans l’eau, vous trouverez de nombreuses petites criques où l’on peut s’installer à l’abri des regards (septembre étant la période la plus calme !). Mais attention, il faut parfois crapahuter pour y descendre, emmenez des chaussures adéquates ! Aussi, les plages sont plus recouvertes de galets que de sable : pensez à emmener des chaussures et/ou des lunettes de bain, si vous en avez !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour les sportifs, certains centres nautiques proposent des sorties en kayak sur l’Île Sainte-Marguerite. Renseignez-vous auprès de la marie de Cannes !

Enfin, si vous avez prévu de passer la journée sur l’Île Sainte-Marguerite, vous vous demanderez sans doute si vous devez ou non préparer un pique-nique. Si vous n’en avez pas l’envie ni le temps, vous pourrez trouver votre bonheur dans l’un des restaurants de l’île. Pour les petits budgets, il y a également une buvette où vous pourrez acheter un sandwich pour 6€ ou un burger-frites à 9€.

L’Île saint Honorat : oasis de sérénité face à la Croisette

L’Île Saint-Honorat est, logiquement, la plus petite des Îles de Lérins : elle s’étend sur 1500 mètres de long et 400 mètres de large. Labellisée Natura 2000, elle est une île privée appartenant aux moines cisterciens de l’Abbaye de Lérins. Ceux-ci sont aujourd’hui au nombre de 21 et vivent sur l’île.

L’Abbaye de Lérins est la maison mère de la Congrégation Cistercienne de l’Immaculée Conception, dont font partie de nombreux monastères à travers le monde. L’Abbaye de Sénanque (dans le Vaucluse) dont vous avez sans doute déjà entendu parler si vous vivez dans la région, fait également partie de cette congrégation. C’est aussi le cas de monastères au Viêt-Nam, en Italie ou encore au Canada.

Historiquement, le monastère Notre Dame de l’Abbaye de Lérins, implanté sur l’Île Saint-Honorat, date de l’an 410.

Comme l’Île Sainte-Marguerite, Saint-Honorat est un véritable écrin de nature. Outre les pins d’Alep et les pins parasols, typiques du sud de la France, on y trouve un vignoble qui s’étend sur près de huit hectares. Des vendanges à la mise en bouteille des vins, tout est fait sur l’Île par les moines eux-mêmes ! Au total, sept cépages de vins blancs et rouges sont cultivés sur Saint-Honorat. Cela vous met l’eau à la bouche ? Sachez que vous pouvez goûter ces vins dans les restaurants de l’île ! Ou si vous souhaitez vivre l’expérience à 100%, vous pouvez participer à l’une des Journées Vignes et vins, organisées chaque premier vendredi du mois. Pour 18€, l’événement comprend l’aller-retour en bateau sur l’île, une visite guidée du vignoble et une dégustation de vin commentée par un sommelier.

Vignes Île Saint-Honorat
Photo : Alice Feuardant

L’Île Saint-Honorat est un site classé depuis 1941. La Tour Monastère (aussi appelée Monastère fortifié), la Chapelle Saint-Sauveur, la Chapelle de la Trinité ainsi que deux fours à boulets datant de l’époque Napoléonienne sont aujourd’hui classés monuments historiques. Il est possible de les visiter gratuitement. L’Île comporte au total sept chapelles !

Chapelle Saint-Sauveur
La chapelle Saint-Sauveur – Photo : Alice Feuardant
Chapelle Saint-Pierre
La Chapelle Saint-Pierre – Photo : Alice Feuardant

La construction de la Tour Monastère s’étendit sur plus de trois siècles et se termina au XVème siècle. Elle devint ensuite le lieu de vie principal des moines. Au XVIIème siècle, les derniers étages furent réquisitionnés par l’armée, afin d’y installer une salle de garnison, des chambres et un chemin de ronde pour assurer la défense de l’Île. La Tour Monastère comporte plusieurs cloîtres et plusieurs chapelles.

Tour Monastère de l'Île Saint-Honorat
La Tour Monastère – Photo : Alice Feuardant
Tour Monastère de l'Île Saint-Honorat
Vue depuis le chemin de ronde – Photo : Alice Feuardant
Tour Monastère de l'Île Saint-Honorat
Photo : Alice Feuardant

L’Eglise est elle aussi ouverte au public, la visite étant gratuite. Pour vivre la visite en totale immersion, vous pouvez également assister à une messe. Pour connaître les horaires, rendez-vous sur le site de l’Abbaye de Lérins.

Comme sur l’Île Sainte-Marguerite, le tour de l’île se fait facilement à pieds. Evidemment, la différence de superficie entre les deux îles implique que vous trouverez plus d’endroits où vous poser au bord de la mer sur Sainte-Marguerite que sur Saint-Honorat. Cependant, il y a tout de même quelques criques accessibles qui invitent à faire une pause pour se baigner, ou simplement profiter de la mer, de la nature et du soleil. Lieu de culte oblige (et privé de surcroît !), Saint-Honorat est un endroit très calme et idéal pour se ressourcer.

Si vous ne voulez pas apporter de pique-nique, vous trouverez là aussi  de quoi manger sur place !

La traversée en bateau coûte 16,50€ pour le billet adulte. Cependant, si vous l’achetez sur Internet, le tarif est de 14,50€ !

Bien que les deux îles de l’archipel de Lérins soient très proches géographiquement, elles sont complètement différentes ! C’est pourquoi nous vous conseillons vivement de visiter les deux, si vous le pouvez. Mais si vous deviez vraiment choisir une seule destination, nous pouvons difficilement vous en conseiller une plutôt que l’autre : cela dépendra de vos goûts et de ce que vous avez envie de voir et faire. Nous avons une petite préférence pour l’Île Saint-Honorat, un peu moins touristique, où l’on a vraiment l’impression de se trouver à des milliers de kilomètres de Cannes. Mais cet avis reste très subjectif ! Si vous êtes passionné de randonnées, que les monastères ne sont pas votre tasse de thé et que vous êtes fascinés par les constructions militaires, l’Île Sainte-Marguerite est faite pour vous. Il ne vous reste plus qu’à réserver vos billets…