Balade dans le quartier de Cimiez à Nice

4blueeyes - Cimiez

Lorsque l’on vous parle de Nice, les images qui vous viennent à l’esprit sont probablement celles que l’on pourrait retrouver sur des cartes postales : les longues plages de galets de la promenade des anglais, les rues hautes en couleurs du Vieux Nice, le marché aux fleurs du Cours Saleya ou encore l’incontournable socca. En revanche, il est moins probable qu’en planifiant un week-end à Nice, vous projetiez de visiter le quartier de Cimiez. Si vous appréciez de vous reposer sur la plage en journée avant de sortir au restaurant puis en boîte dès la nuit tombée, passez votre chemin. Mais si vous n’êtes jamais contre un week-end culturel, au calme et à l’ombre des oliviers, c’est un endroit à ne pas manquer ! Voici un aperçu de tout ce que vous pourrez voir à Cimiez.

 

Un peu d’histoire…

Aujourd’hui, Cimiez est un quartier principalement résidentiel. Implanté sur la colline du même nom surplombant Nice, il est situé en retrait par rapport au centre-ville. Vous n’y trouverez pas de restaurants, bars ou boutiques de souvenirs, mais vous pourrez en revanche y admirer les ruines de l’ancienne cité romaine, Cemenelum.

Aujourd’hui, les touristes sont peu nombreux à visiter Cimiez en raison de son emplacement excentré, mais à l’époque gallo-romaine, c’est sur sa localisation stratégique que Cemenelum a bâti sa renommée. En effet, la cité romaine était établie au sommet d’une colline (on sait à quel point les Romains aimaient les collines !) mais surtout, elle se trouvait sur le passage de la fameuse via Julia Augusta, axe commerçant et militaire majeur qui reliait l’Italie à l’actuel Var.

Cemenelum commença à se développer dès le Ier siècle, mais c’est surtout au IIIème siècle qu’elle connut son apogée. A cette époque, elle avait déjà été nommée préfecture des Alpes-Maritimes. On y construisit des thermes et un amphithéâtre, dont on peut encore apercevoir les restes aujourd’hui.

4blueeyes - Cimiez
L’amphithéâtre romain – Photo : Alice Feuardant

Cimiez fut ensuite occupée par les Chrétiens. En 439, une basilique, un baptistère et une nécropole chrétienne furent bâtis à la place des thermes des femmes. A travers les siècles, Cimiez revêtit plusieurs rôles : elle fut tour à tour lieu de culture de la vigne et de l’olivier, puis une destination religieuse, lorsque des moines bénédictins vinrent y établir leur monastère.

C’est vers la fin du XIXème siècle que le quartier de Cimiez prit finalement l’identité qu’il a depuis conservée : celle d’un quartier résidentiel aisé. Durant la belle époque, Cimiez était très prisé des personnages importants et des familles fortunées. On y appréciait non seulement le calme et les nombreux parcs et jardins, mais également le charme que procurait la présence des restes archéologiques. La vue sur Nice, la baie des anges et la colline du château ajoutaient encore à ce charme particulier. Ainsi, de nombreux palaces virent le jour à cette époque, dont l’Hôtel Majestic, le Riviera Palace et le Régina, qui vit notamment passer la Reine Victoria. Pour l’anecdote, le peintre Henri Matisse avait installé son atelier dans l’une des chambres du Régina…

Aujourd’hui, ces trois anciens palaces sont des immeubles d’habitation. Nous vous laissons imaginer les prix des appartements…

Cependant, Cimiez n’est pas qu’un quartier résidentiel. Il est également un épicentre de la culture niçoise. On peut ainsi y trouver un musée archéologique, un musée consacré à l’œuvre de Matisse, un monastère abritant aussi un musée franciscain, et enfin, le musée National Marc Chagall. Et ce n’est pas tout ! C’est aussi à Cimiez que se situent le Conservatoire de Musique de Nice et le campus universitaire de Valrose.

 

Le parc des Arènes de Cimiez

Situé comme son nom l’indique, à proximité des anciennes Arènes Romaines, le parc des Arènes (ou jardin des Arènes) est un grand espace vert planté d’oliviers vieux de plus de cent ans. C’est un lieu privilégié des familles, très agréable pour venir pique-niquer, se promener ou simplement s’assoir et livre un livre.

4blueeyes - Cimiez
Le parc des Arènes de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

Pour les enfants, c’est un vrai bonheur ! Le parc s’étend sur plus de trois hectares, ce qui laisse beaucoup de place pour courir et se défouler. Les ruines de l’amphithéâtre sont elles aussi appréciées des plus petits, qui en font un terrain d’escalade et d’exploration inépuisable. Si vos enfants, petits frères et sœurs, cousins ou cousines préfèrent les sensations fortes, ils trouveront leur bonheur dans les manèges du parc.

Tout au long de l’année, des événements et animations pour toute la famille sont organisées dans le parc. Ce sont les Arènes de Cimiez qui ont fait le succès du Nice Jazz Festival dans les années 1970 (il était alors désigné sous le nom de « Grande Parade du Jazz »). Les férus de jazz et de blues seront sans doute impressionnés d’apprendre que Dizzy Gillespie, Miles Davies, Fats Domino, Chuck Berry ou encore Carlos Santa s’y sont produits ! C’était la belle époque… Aujourd’hui, le Nice Jazz Festival a lieu au Théâtre de Verdure de Nice et sur la place Masséna, mais les Arènes de Cimiez accueillent toujours quelques concerts, dans le cadre du Nice Jazz Festival OFF.

 

Le musée d’archéologie

L’amphithéâtre est le seul vestige de Cemenelum qui reste accessible au public en visite libre. Pour voir les ruines des thermes romains, de la via Julia Augusta et du baptistère chrétien, il vous faudra d’abord payer l’entrée au musée d’archéologie.

Cependant, si vous aimez l’histoire ou que vous êtes simplement curieux, vous ne le regretterez pas : malgré sa petite taille, le musée aussi s’avère très intéressant. L’exposition permanente met en valeur des objets et statues retrouvés durant les fouilles du site archéologique de Cemenelum. Vous pourrez ainsi observer des morceaux de briques et marbres découvert dans les anciens thermes, mais aussi des objets du quotidien tels que des pièces de monnaie, fragments de vases et de vaisselle. Vous pourrez également apercevoir certaines des bornes militaires qui se trouvaient autrefois sur la Via Julia Augusta, ainsi que des sarcophages et une très belle statue d’Antonia datant du Ier siècle. Au fond de l’allée, une maquette reproduit Cemenelum telle qu’elle l’était vraisemblablement à son apogée : un bon moyen d’imaginer comment vivaient les Romains à l’époque !

4blueeyes - Cimiez
Le musée d’archéologie – Photo : Alice Feuardant

Nous avons eu un véritable coup de cœur pour l’exposition temporaire Le fantôme de la prom’ (jusqu’au 4 novembre). Elle retrace l’histoire des deux Palais de la Jetée-Promenade, casinos emblématiques de la Belle Epoque qui ont tous les deux connu un destin tragique. L’exposition est très bien documentée, à l’aide de panneaux explicatifs regroupés par thèmes, de photos, un film et bien sûr, des vestiges archéologiques. On s’immerge totalement dans l’ambiance de l’époque ! Evidemment, nous sommes trop jeunes pour avoir connu cet édifice qui faisait partie du paysage niçois au même titre que la Tour Eiffel ou le Sacré-Cœur à Paris. Mais cela nous a justement permis d’apprécier davantage cette exposition, d’abord pour son côté vintage, ensuite pour l’aura de légende, un peu mystérieuse qui s’en dégage (le titre de l’exposition et l’ambiance de la salle y sont pour quelque chose !). Ici aussi, des objets de la vie quotidienne (service de table du restaurant, mobilier de la salle de jeux…) sont mis en valeur. Cependant il s’agit essentiellement de fouilles sous-marines.

Enfin, il est bon de savoir que les enfants sont les bienvenus au musée. Des activités ludiques ont été conçues pour leur permettre de ne pas s’ennuyer tout en apprenant ! On sait que les enfants regardent avec les doigts… et cela n’est pas toujours bien vu dans les musées. Mais le musée archéologique les invite à utiliser tous leurs sens, y compris le toucher. Ainsi, un bac de fouille est mis à la disposition des petits et grands pour s’amuser à retrouver des trésors enfouis. On peut également reconstruire une amphore à partir de fragments, tel un puzzle grandeur nature. Enfin, les enfants prendront plaisir à enfiler un casque romain le temps d’une photo…

Les vestiges de Cemenelum s’étendent à l’extérieur du musée. Il est possible de se promener librement entre les Thermes du Nord, les Thermes de l’Est et les Thermes de l’Ouest. Vous longerez également des « rues » où se trouvaient autrefois les maisons et boutiques (en regardant bien, on peut deviner l’emplacement des portes d’entrées !). Le musée organise aussi des visites guidées et autres activités : n’hésitez pas à vous renseigner avant de venir.

Les vestiges les mieux conservés sont les Thermes du Nord, qui furent par la suite surnommés « le Temple d’Apollon » par les Niçois. La salle dédiée aux bains froids, appelée frigidarium, culmine à une dizaine de mètres (on peut d’ailleurs déjà l’apercevoir depuis le parc des Arènes). Les Thermes renfermaient également une salle dédiée aux bains tièdes et une autre aux bains chauds (respectivement tepidarium et caldarium), ainsi qu’un sudatorium, l’équivalent de nos saunas actuels. On trouvait également à l’époque une palestre, salle où les Romains pouvaient se défouler avant le bain en pratiquant de l’exercice physique.

4blueeyes - Cimiez
Les Thermes du Nord – Photo : Alice Feuardant

Les Thermes de l’Ouest sont les vestiges les moins bien conservés : c’est à l’intérieur de ces ruines que les Chrétiens choisirent d’établir une Eglise et un Baptistère.

Quant aux Thermes de l’Est, ils sont similaires aux Thermes du Nord, mais il en reste aujourd’hui beaucoup moins de vestiges.

Enfin, pensez à baisser les yeux pour observer le decumanus, chemin pavé que l’on retrouvait à l’époque dans toutes les cités romaines pour joindre l’ouest et l’est.

Le musée d’archéologie fait partie du Pass Musées de Nice. Si êtes Niçois, vous pouvez donc profiter de ce forfait intéressant pour visiter aussi d’autres musées ! Retrouvez tous les tarifs sur le site de la ville de Nice.

 

Le musée Matisse

En pénétrant dans le parc des Arènes de Cimiez, la façade rouge aux volets verts du Musée Matisse saute aussitôt aux yeux. Est-ce une stratégie marketing assumée ? En tout cas, cette façade tape-à-l’œil nous a aussitôt donné envie d’aller voir ce musée de plus près.

4blueeyes - Cimiez
Photo : Alice Feuardant

Le Musée Matisse est, comme son nom l’indique, entièrement consacré à l’œuvre du peintre, qui fut l’un des chefs de file du fauvisme. Henri Matisse est décédé à Nice en 1954, après y avoir passé une grande partie de sa carrière. Les œuvres conservées au musée ont été données à la ville par Matisse ou ses héritiers.

4blueeyes - Cimiez
Photo : Alice Feuardant

La collection permanente regroupe l’ensemble de ces œuvres, dont beaucoup vous parleront certainement même si vous ne connaissez pas très bien Matisse. L’une de nos pièces préférées est consacrée au lien très fort qu’entretenait Matisse avec la ville de Nice, qui a inspiré une grande partie de son Oeuvre. Après avoir découvert la ville en 1917, le peintre y séjourna plusieurs fois avant de s’installer définitivement au Cours Saleya en 1921. Une grande frise s’étale sur le mur de la pièce, illustrant les différentes étapes de sa découverte de Nice par des tableaux de chaque époque, directement inspirés par la métropole de la côte d’Azur.

4blueeyes - Cimiez
Henri Matisse à Nice – Photo : Alice Feuardant

Jusqu’au 29 septembre, une exposition temporaire traite de la relation d’amitié et de rivalité entre Matisse et Picasso, à travers le thème de la représentation du modèle par le peintre. On peut notamment comparer plusieurs photos des deux peintres dans leur atelier respectif. Nous n’avons pas été très emballées par cette exposition, mais c’est un avis très subjectif et le mieux est de vous faire votre propre opinion. Si vous aimez Picasso (ou la sculpture), foncez !

4blueeyes - Cimiez
L’exposition temporaire du Musée Matisse – Photo : Alice Feuardant

Enfin, si vous vous sentez l’âme d’un artiste, sachez que le Musée Matisse organise régulièrement des ateliers artistiques pour adultes et pour enfants. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

4blueeyes - Cimiez
Les ateliers artistiques du Musée Matisse – Photo : Alice Feuardant
4blueeyes - Cimiez
Exposition des dessins réalisés par des enfants au cours des ateliers du Musée Matisse – Photo : Alice Feuardant

Le Musée Matisse fait lui aussi partie du Pass Musées de Nice.

 

Le monastère de Cimiez

Le monastère de Cimiez date du IXème siècle et fut fondé par les moines bénédictins de l’abbaye de Saint-Pons à Nice. Il fut ensuite occupé par les moines franciscains, qui s’y établirent dès le milieu du XVIème siècle.

4blueeyes - Cimiez
Le jardin du monastère de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

Le monastère est devenu propriété de la ville de Nice au début du XXème siècle. Aujourd’hui, c’est un musée consacré à la vie franciscaine à Nice, depuis le XIIIème siècle jusqu’à aujourd’hui. Faites attention aux horaires d’ouverture ! Si vous avez prévu de pique-niquer en famille dans le parc des Arènes avant de venir visiter le musée, sachez qu’il est fermé entre 12h et 15h du lundi au samedi, et toute la journée le dimanche. L’entrée est gratuite.

4blueeyes - Cimiez
Le jardin du monastère de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

A gauche du musée se trouve l’Eglise Notre-Dame de l’Assomption, et à droite, le jardin du monastère. Avis aux aspirants mannequins et amateurs de selfies, ce jardin est le décor idéal pour une séance photo ! En effet, les fleurs ne manquent pas. On peut en trouver de nombreuses espèces et de toutes les couleurs. Selon nous, les deux parties du jardin qui méritent le plus que l’on s’y attarde sont la roseraie et la vue magnifique sur Nice. Profitez-en aussi pour faire une pause sur l’un des bancs surplombant les restanques plantées d’oliviers (voir la photo à la une). Lieu de culte religieux oblige, l’ensemble du jardin est très calme.

4blueeyes - Cimiez
Vue sur Nice et la colline du château – Photo : Alice Feuardant
4blueeyes - Cimiez
Vue sur Nice et la colline du château – Photo : Alice Feuardant

 

Le cimetière de Cimiez

Vous pouvez également visiter le cimetière qui s’étend juste à côté de l’Eglise Notre-Dame de l’Assomption. L’écrivain Roger Martin du Gard ainsi que les peintres Henri Matisse et Raoul Dufy y sont enterrés. A voir également : de très belles stèles et sculptures datant de différentes époques !

4blueeyes - Cimiez
Le cimetière de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

 

Le Musée National Marc Chagall

Bien qu’il soit situé un peu en retrait par rapport aux autres centres d’intérêt que nous venons d’évoquer, le Musée National Marc Chagall est lui aussi implanté sur la colline de Cimiez. Inauguré en 1973, ce musée est exclusivement dédié à l’œuvre de Marc Chagall. Il avait été créé pour accueillir le cycle de peintures Message Biblique, qui regroupe au total dix-sept tableaux peints entre 1956 et 1966.

4blueeyes - Cimiez
Le Musée National Marc Chagall – Photo : Alice Feuardant

L’exposition temporaire actuellement mise à l’honneur au musée revient justement sur la genèse du Message Biblique. L’artiste avait initialement prévu d’installer son œuvre monumentale à l’intérieur de la Chapelle majeure du Calvaire de Vence, mais il décida finalement de ne pas conserver l’orientation religieuse de ses tableaux et abandonna le projet de l’installation. Cependant, il termina quand même les dix-sept peintures, qu’il offrit à l’Etat Français. Pour honorer ce don généreux, un musée fut spécialement construit sur les hauteurs de Nice pour abriter le Message Biblique. L’une des particularités de ce musée est qu’il fut monté en collaboration avec l’artiste lui-même : ainsi, c’est Chagall qui a choisi l’agencement de ses tableaux, par exemple.

Les dix-sept tableaux du Message Biblique représentent des scènes tirées de l’Ancien Testament, que Chagall a choisies pour le lien hommes/Dieu qu’elles mettent en avant. L’exposition est très intéressante : on peut notamment suivre l’avancée de certaines peintures à travers des croquis de l’artiste, réalisés à différents stades de sa réflexion. Nous vous conseillons fortement d’aller la voir, d’autant plus que le sujet est directement lié à l’histoire du musée ! Elle dure jusqu’au 15 octobre.

4blueeyes - Cimiez
La création de l’Homme, Marc Chagall, à différents stades du processus de création – Photo : Alice Feuardant
4blueeyes - Cimiez
Photo : Alice Feuardant

L’entrée coûte 10€ à plein tarif et 8€ au tarif réduit. Elle est gratuite sous certaines conditions (à retrouver sur le site du musée) et chaque premier dimanche du mois.

 

Comment se rendre à Cimiez ?

Plusieurs lignes de bus s’arrêtent à Cimiez, notamment la ligne 15 qui part de la place Masséna (arrêt « Masséna/Guitry »), et s’arrête devant le musée Chagall (« Musée Chagall ») ou devant les Arènes (« Arènes/Musée Matisse »).

Si vous venez en voiture, sachez qu’il est beaucoup plus facile de se garer (et surtout de se garer gratuitement !) qu’au centre de Nice. Les places ne manquent pas sur les bords du Boulevard de Cimiez. Et si vous ne trouvez pas votre bonheur, il y a également un parking devant le monastère et quelques places de stationnement à quelques mètres du parc, devant le Régina.

Quant au Musée Chagall, il bénéficie d’un petit parking visiteurs. Mais attention, les places ne sont pas nombreuses ! Si vous arrivez trop tard, vous pourrez toujours vous garer sur les bords des routes alentours, à condition de ne pas gêner la circulation des autres véhicules 😉

Une réflexion sur « Balade dans le quartier de Cimiez à Nice »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s