Balade dans le quartier de Cimiez à Nice

Lorsque l’on vous parle de Nice, les images qui vous viennent à l’esprit sont probablement celles que l’on pourrait retrouver sur des cartes postales : les longues plages de galets de la promenade des anglais, les rues hautes en couleurs du Vieux Nice, le marché aux fleurs du Cours Saleya ou encore l’incontournable socca. En revanche, il est moins probable qu’en planifiant un week-end à Nice, vous projetiez de visiter le quartier de Cimiez. Si vous appréciez de vous reposer sur la plage en journée avant de sortir au restaurant puis en boîte dès la nuit tombée, passez votre chemin. Mais si vous n’êtes jamais contre un week-end culturel, au calme et à l’ombre des oliviers, c’est un endroit à ne pas manquer ! Voici un aperçu de tout ce que vous pourrez voir à Cimiez.

 

Un peu d’histoire…

Aujourd’hui, Cimiez est un quartier principalement résidentiel. Implanté sur la colline du même nom surplombant Nice, il est situé en retrait par rapport au centre-ville. Vous n’y trouverez pas de restaurants, bars ou boutiques de souvenirs, mais vous pourrez en revanche y admirer les ruines de l’ancienne cité romaine, Cemenelum.

Aujourd’hui, les touristes sont peu nombreux à visiter Cimiez en raison de son emplacement excentré, mais à l’époque gallo-romaine, c’est sur sa localisation stratégique que Cemenelum a bâti sa renommée. En effet, la cité romaine était établie au sommet d’une colline (on sait à quel point les Romains aimaient les collines !) mais surtout, elle se trouvait sur le passage de la fameuse via Julia Augusta, axe commerçant et militaire majeur qui reliait l’Italie à l’actuel Var.

Cemenelum commença à se développer dès le Ier siècle, mais c’est surtout au IIIème siècle qu’elle connut son apogée. A cette époque, elle avait déjà été nommée préfecture des Alpes-Maritimes. On y construisit des thermes et un amphithéâtre, dont on peut encore apercevoir les restes aujourd’hui.

4blueeyes - Cimiez
L’amphithéâtre romain – Photo : Alice Feuardant

Cimiez fut ensuite occupée par les Chrétiens. En 439, une basilique, un baptistère et une nécropole chrétienne furent bâtis à la place des thermes des femmes. A travers les siècles, Cimiez revêtit plusieurs rôles : elle fut tour à tour lieu de culture de la vigne et de l’olivier, puis une destination religieuse, lorsque des moines bénédictins vinrent y établir leur monastère.

C’est vers la fin du XIXème siècle que le quartier de Cimiez prit finalement l’identité qu’il a depuis conservée : celle d’un quartier résidentiel aisé. Durant la belle époque, Cimiez était très prisé des personnages importants et des familles fortunées. On y appréciait non seulement le calme et les nombreux parcs et jardins, mais également le charme que procurait la présence des restes archéologiques. La vue sur Nice, la baie des anges et la colline du château ajoutaient encore à ce charme particulier. Ainsi, de nombreux palaces virent le jour à cette époque, dont l’Hôtel Majestic, le Riviera Palace et le Régina, qui vit notamment passer la Reine Victoria. Pour l’anecdote, le peintre Henri Matisse avait installé son atelier dans l’une des chambres du Régina…

Aujourd’hui, ces trois anciens palaces sont des immeubles d’habitation. Nous vous laissons imaginer les prix des appartements…

Cependant, Cimiez n’est pas qu’un quartier résidentiel. Il est également un épicentre de la culture niçoise. On peut ainsi y trouver un musée archéologique, un musée consacré à l’œuvre de Matisse, un monastère abritant aussi un musée franciscain, et enfin, le musée National Marc Chagall. Et ce n’est pas tout ! C’est aussi à Cimiez que se situent le Conservatoire de Musique de Nice et le campus universitaire de Valrose.

 

Le parc des Arènes de Cimiez

Situé comme son nom l’indique, à proximité des anciennes Arènes Romaines, le parc des Arènes (ou jardin des Arènes) est un grand espace vert planté d’oliviers vieux de plus de cent ans. C’est un lieu privilégié des familles, très agréable pour venir pique-niquer, se promener ou simplement s’assoir et livre un livre.

4blueeyes - Cimiez
Le parc des Arènes de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

Pour les enfants, c’est un vrai bonheur ! Le parc s’étend sur plus de trois hectares, ce qui laisse beaucoup de place pour courir et se défouler. Les ruines de l’amphithéâtre sont elles aussi appréciées des plus petits, qui en font un terrain d’escalade et d’exploration inépuisable. Si vos enfants, petits frères et sœurs, cousins ou cousines préfèrent les sensations fortes, ils trouveront leur bonheur dans les manèges du parc.

Tout au long de l’année, des événements et animations pour toute la famille sont organisées dans le parc. Ce sont les Arènes de Cimiez qui ont fait le succès du Nice Jazz Festival dans les années 1970 (il était alors désigné sous le nom de « Grande Parade du Jazz »). Les férus de jazz et de blues seront sans doute impressionnés d’apprendre que Dizzy Gillespie, Miles Davies, Fats Domino, Chuck Berry ou encore Carlos Santa s’y sont produits ! C’était la belle époque… Aujourd’hui, le Nice Jazz Festival a lieu au Théâtre de Verdure de Nice et sur la place Masséna, mais les Arènes de Cimiez accueillent toujours quelques concerts, dans le cadre du Nice Jazz Festival OFF.

 

Le musée d’archéologie

L’amphithéâtre est le seul vestige de Cemenelum qui reste accessible au public en visite libre. Pour voir les ruines des thermes romains, de la via Julia Augusta et du baptistère chrétien, il vous faudra d’abord payer l’entrée au musée d’archéologie.

Cependant, si vous aimez l’histoire ou que vous êtes simplement curieux, vous ne le regretterez pas : malgré sa petite taille, le musée aussi s’avère très intéressant. L’exposition permanente met en valeur des objets et statues retrouvés durant les fouilles du site archéologique de Cemenelum. Vous pourrez ainsi observer des morceaux de briques et marbres découvert dans les anciens thermes, mais aussi des objets du quotidien tels que des pièces de monnaie, fragments de vases et de vaisselle. Vous pourrez également apercevoir certaines des bornes militaires qui se trouvaient autrefois sur la Via Julia Augusta, ainsi que des sarcophages et une très belle statue d’Antonia datant du Ier siècle. Au fond de l’allée, une maquette reproduit Cemenelum telle qu’elle l’était vraisemblablement à son apogée : un bon moyen d’imaginer comment vivaient les Romains à l’époque !

4blueeyes - Cimiez
Le musée d’archéologie – Photo : Alice Feuardant

Nous avons eu un véritable coup de cœur pour l’exposition temporaire Le fantôme de la prom’ (jusqu’au 4 novembre). Elle retrace l’histoire des deux Palais de la Jetée-Promenade, casinos emblématiques de la Belle Epoque qui ont tous les deux connu un destin tragique. L’exposition est très bien documentée, à l’aide de panneaux explicatifs regroupés par thèmes, de photos, un film et bien sûr, des vestiges archéologiques. On s’immerge totalement dans l’ambiance de l’époque ! Evidemment, nous sommes trop jeunes pour avoir connu cet édifice qui faisait partie du paysage niçois au même titre que la Tour Eiffel ou le Sacré-Cœur à Paris. Mais cela nous a justement permis d’apprécier davantage cette exposition, d’abord pour son côté vintage, ensuite pour l’aura de légende, un peu mystérieuse qui s’en dégage (le titre de l’exposition et l’ambiance de la salle y sont pour quelque chose !). Ici aussi, des objets de la vie quotidienne (service de table du restaurant, mobilier de la salle de jeux…) sont mis en valeur. Cependant il s’agit essentiellement de fouilles sous-marines.

Enfin, il est bon de savoir que les enfants sont les bienvenus au musée. Des activités ludiques ont été conçues pour leur permettre de ne pas s’ennuyer tout en apprenant ! On sait que les enfants regardent avec les doigts… et cela n’est pas toujours bien vu dans les musées. Mais le musée archéologique les invite à utiliser tous leurs sens, y compris le toucher. Ainsi, un bac de fouille est mis à la disposition des petits et grands pour s’amuser à retrouver des trésors enfouis. On peut également reconstruire une amphore à partir de fragments, tel un puzzle grandeur nature. Enfin, les enfants prendront plaisir à enfiler un casque romain le temps d’une photo…

Les vestiges de Cemenelum s’étendent à l’extérieur du musée. Il est possible de se promener librement entre les Thermes du Nord, les Thermes de l’Est et les Thermes de l’Ouest. Vous longerez également des « rues » où se trouvaient autrefois les maisons et boutiques (en regardant bien, on peut deviner l’emplacement des portes d’entrées !). Le musée organise aussi des visites guidées et autres activités : n’hésitez pas à vous renseigner avant de venir.

Les vestiges les mieux conservés sont les Thermes du Nord, qui furent par la suite surnommés « le Temple d’Apollon » par les Niçois. La salle dédiée aux bains froids, appelée frigidarium, culmine à une dizaine de mètres (on peut d’ailleurs déjà l’apercevoir depuis le parc des Arènes). Les Thermes renfermaient également une salle dédiée aux bains tièdes et une autre aux bains chauds (respectivement tepidarium et caldarium), ainsi qu’un sudatorium, l’équivalent de nos saunas actuels. On trouvait également à l’époque une palestre, salle où les Romains pouvaient se défouler avant le bain en pratiquant de l’exercice physique.

4blueeyes - Cimiez
Les Thermes du Nord – Photo : Alice Feuardant

Les Thermes de l’Ouest sont les vestiges les moins bien conservés : c’est à l’intérieur de ces ruines que les Chrétiens choisirent d’établir une Eglise et un Baptistère.

Quant aux Thermes de l’Est, ils sont similaires aux Thermes du Nord, mais il en reste aujourd’hui beaucoup moins de vestiges.

Enfin, pensez à baisser les yeux pour observer le decumanus, chemin pavé que l’on retrouvait à l’époque dans toutes les cités romaines pour joindre l’ouest et l’est.

Le musée d’archéologie fait partie du Pass Musées de Nice. Si êtes Niçois, vous pouvez donc profiter de ce forfait intéressant pour visiter aussi d’autres musées ! Retrouvez tous les tarifs sur le site de la ville de Nice.

 

Le musée Matisse

En pénétrant dans le parc des Arènes de Cimiez, la façade rouge aux volets verts du Musée Matisse saute aussitôt aux yeux. Est-ce une stratégie marketing assumée ? En tout cas, cette façade tape-à-l’œil nous a aussitôt donné envie d’aller voir ce musée de plus près.

4blueeyes - Cimiez
Photo : Alice Feuardant

Le Musée Matisse est, comme son nom l’indique, entièrement consacré à l’œuvre du peintre, qui fut l’un des chefs de file du fauvisme. Henri Matisse est décédé à Nice en 1954, après y avoir passé une grande partie de sa carrière. Les œuvres conservées au musée ont été données à la ville par Matisse ou ses héritiers.

4blueeyes - Cimiez
Photo : Alice Feuardant

La collection permanente regroupe l’ensemble de ces œuvres, dont beaucoup vous parleront certainement même si vous ne connaissez pas très bien Matisse. L’une de nos pièces préférées est consacrée au lien très fort qu’entretenait Matisse avec la ville de Nice, qui a inspiré une grande partie de son Oeuvre. Après avoir découvert la ville en 1917, le peintre y séjourna plusieurs fois avant de s’installer définitivement au Cours Saleya en 1921. Une grande frise s’étale sur le mur de la pièce, illustrant les différentes étapes de sa découverte de Nice par des tableaux de chaque époque, directement inspirés par la métropole de la côte d’Azur.

4blueeyes - Cimiez
Henri Matisse à Nice – Photo : Alice Feuardant

Jusqu’au 29 septembre, une exposition temporaire traite de la relation d’amitié et de rivalité entre Matisse et Picasso, à travers le thème de la représentation du modèle par le peintre. On peut notamment comparer plusieurs photos des deux peintres dans leur atelier respectif. Nous n’avons pas été très emballées par cette exposition, mais c’est un avis très subjectif et le mieux est de vous faire votre propre opinion. Si vous aimez Picasso (ou la sculpture), foncez !

4blueeyes - Cimiez
L’exposition temporaire du Musée Matisse – Photo : Alice Feuardant

Enfin, si vous vous sentez l’âme d’un artiste, sachez que le Musée Matisse organise régulièrement des ateliers artistiques pour adultes et pour enfants. Pour en savoir plus, rendez-vous ici.

4blueeyes - Cimiez
Les ateliers artistiques du Musée Matisse – Photo : Alice Feuardant
4blueeyes - Cimiez
Exposition des dessins réalisés par des enfants au cours des ateliers du Musée Matisse – Photo : Alice Feuardant

Le Musée Matisse fait lui aussi partie du Pass Musées de Nice.

 

Le monastère de Cimiez

Le monastère de Cimiez date du IXème siècle et fut fondé par les moines bénédictins de l’abbaye de Saint-Pons à Nice. Il fut ensuite occupé par les moines franciscains, qui s’y établirent dès le milieu du XVIème siècle.

4blueeyes - Cimiez
Le jardin du monastère de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

Le monastère est devenu propriété de la ville de Nice au début du XXème siècle. Aujourd’hui, c’est un musée consacré à la vie franciscaine à Nice, depuis le XIIIème siècle jusqu’à aujourd’hui. Faites attention aux horaires d’ouverture ! Si vous avez prévu de pique-niquer en famille dans le parc des Arènes avant de venir visiter le musée, sachez qu’il est fermé entre 12h et 15h du lundi au samedi, et toute la journée le dimanche. L’entrée est gratuite.

4blueeyes - Cimiez
Le jardin du monastère de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

A gauche du musée se trouve l’Eglise Notre-Dame de l’Assomption, et à droite, le jardin du monastère. Avis aux aspirants mannequins et amateurs de selfies, ce jardin est le décor idéal pour une séance photo ! En effet, les fleurs ne manquent pas. On peut en trouver de nombreuses espèces et de toutes les couleurs. Selon nous, les deux parties du jardin qui méritent le plus que l’on s’y attarde sont la roseraie et la vue magnifique sur Nice. Profitez-en aussi pour faire une pause sur l’un des bancs surplombant les restanques plantées d’oliviers (voir la photo à la une). Lieu de culte religieux oblige, l’ensemble du jardin est très calme.

4blueeyes - Cimiez
Vue sur Nice et la colline du château – Photo : Alice Feuardant
4blueeyes - Cimiez
Vue sur Nice et la colline du château – Photo : Alice Feuardant

 

Le cimetière de Cimiez

Vous pouvez également visiter le cimetière qui s’étend juste à côté de l’Eglise Notre-Dame de l’Assomption. L’écrivain Roger Martin du Gard ainsi que les peintres Henri Matisse et Raoul Dufy y sont enterrés. A voir également : de très belles stèles et sculptures datant de différentes époques !

4blueeyes - Cimiez
Le cimetière de Cimiez – Photo : Alice Feuardant

 

Le Musée National Marc Chagall

Bien qu’il soit situé un peu en retrait par rapport aux autres centres d’intérêt que nous venons d’évoquer, le Musée National Marc Chagall est lui aussi implanté sur la colline de Cimiez. Inauguré en 1973, ce musée est exclusivement dédié à l’œuvre de Marc Chagall. Il avait été créé pour accueillir le cycle de peintures Message Biblique, qui regroupe au total dix-sept tableaux peints entre 1956 et 1966.

4blueeyes - Cimiez
Le Musée National Marc Chagall – Photo : Alice Feuardant

L’exposition temporaire actuellement mise à l’honneur au musée revient justement sur la genèse du Message Biblique. L’artiste avait initialement prévu d’installer son œuvre monumentale à l’intérieur de la Chapelle majeure du Calvaire de Vence, mais il décida finalement de ne pas conserver l’orientation religieuse de ses tableaux et abandonna le projet de l’installation. Cependant, il termina quand même les dix-sept peintures, qu’il offrit à l’Etat Français. Pour honorer ce don généreux, un musée fut spécialement construit sur les hauteurs de Nice pour abriter le Message Biblique. L’une des particularités de ce musée est qu’il fut monté en collaboration avec l’artiste lui-même : ainsi, c’est Chagall qui a choisi l’agencement de ses tableaux, par exemple.

Les dix-sept tableaux du Message Biblique représentent des scènes tirées de l’Ancien Testament, que Chagall a choisies pour le lien hommes/Dieu qu’elles mettent en avant. L’exposition est très intéressante : on peut notamment suivre l’avancée de certaines peintures à travers des croquis de l’artiste, réalisés à différents stades de sa réflexion. Nous vous conseillons fortement d’aller la voir, d’autant plus que le sujet est directement lié à l’histoire du musée ! Elle dure jusqu’au 15 octobre.

4blueeyes - Cimiez
La création de l’Homme, Marc Chagall, à différents stades du processus de création – Photo : Alice Feuardant
4blueeyes - Cimiez
Photo : Alice Feuardant

L’entrée coûte 10€ à plein tarif et 8€ au tarif réduit. Elle est gratuite sous certaines conditions (à retrouver sur le site du musée) et chaque premier dimanche du mois.

 

Comment se rendre à Cimiez ?

Plusieurs lignes de bus s’arrêtent à Cimiez, notamment la ligne 15 qui part de la place Masséna (arrêt « Masséna/Guitry »), et s’arrête devant le musée Chagall (« Musée Chagall ») ou devant les Arènes (« Arènes/Musée Matisse »).

Si vous venez en voiture, sachez qu’il est beaucoup plus facile de se garer (et surtout de se garer gratuitement !) qu’au centre de Nice. Les places ne manquent pas sur les bords du Boulevard de Cimiez. Et si vous ne trouvez pas votre bonheur, il y a également un parking devant le monastère et quelques places de stationnement à quelques mètres du parc, devant le Régina.

Quant au Musée Chagall, il bénéficie d’un petit parking visiteurs. Mais attention, les places ne sont pas nombreuses ! Si vous arrivez trop tard, vous pourrez toujours vous garer sur les bords des routes alentours, à condition de ne pas gêner la circulation des autres véhicules 😉

Nos coups de cœur food à San Diego

Nous vous parlions la semaine dernière de nos endroits préférés de San Diego. Bien sûr, cette liste ne serait pas complète sans quelques adresses food ! Nous vous avons préparé une petite sélection des meilleures adresses pour vous immerger dans la culture américaine durant votre séjour.

Les meilleurs tacos de San Diego

Si vous voulez manger des bons tacos à San Diego, ne vous jetez pas sur le premier Taco Bell que vous trouvez ! Vous risquez d’être déçus : les tacos américains sont très loin des traditionnels tacos comme on peut manger au Mexique, pourtant à moins de 30 km de San Diego. Les américains ont en effet une façon bien à eux de cuisiner les mets mexicains, que l’on appelle la cuisine tex-mex.

Pour goûter des tacos authentiques, il faudra aller jusqu’à Chula Vista, où s’est établi le fameux Tacos El Gordo. Ne vous inquiétez pas, Chula Vista fait partie de l’agglomération de San Diego et vous y accéderez rapidement, en un quart d’heure de route (ou 1h de trolley, les joies des réseaux de transport américains !).

Pour de bons tacos de fruits de mer (et pas trop chers), on vous conseille Oscars Mexican Seafood à Pacific Beach : vous pourrez notamment y tester les fameux tacos « Surf & Turf » (moitié viande, moitié poisson), ou encore des tacos de poulpe.

Les meilleurs fast food de San Diego

Côté fast food, si vous ne devez en faire qu’un, choisissez In-N-Out ! Ce fast food est une véritable institution en Californie, et pour les locaux, c’est celui qui incarne le plus l’esprit du road trip, avec son intérieur rouge et blanc et son menu épuré. Un conseil : demandez vos burgers et frites « animal style », une sauce spéciale qui fait partie du « secret menu » (ou « not-so-secret » comme le souligne leur site Internet !).

4blueeyes - San Diego Food
Burger & frites « animal style » à In-N-Out – Photo : Claire Feuardant

Pour vos faims de nourriture tex-mex, les meilleurs fast food sont Taco Bell et Chipotle Mexican Grill (qui se présente plus comme un restaurant).

Les meilleurs donuts de San Diego

Pour manger d’excellents donuts, on vous conseille Donut Bar à Downtown San Diego. Attention, la boutique ferme dès qu’ils sont sold out, ce qui arrive plutôt vite dans la journée… Heureusement, si vous n’êtes pas un lève-tôt, vous pouvez passer vos commandes au préalable, ou venir après 17h le vendredi ou le samedi pour l’« Encore Opening ». Côté menu, ce bar à donuts possède une immense variété de donuts de toutes les tailles (il y en a des colossaux !), classiques ou vegan, fourrés ou non… Les plus populaires sont le donut « Creme Brulee », le Nutella Overload, ou l’énorme Big Poppa Tart Donut (que nous avons testé, évidemment).

4blueeyes - San Diego Food
Donut spécial pour Halloween au Donut Bar – Photo : Claire Feuardant
4blueeyes - San Diego Food
Le fameux « Big Poppa-Tart » de Donut Bar – Photo : Claire Feuardant
4blueeyes - San Diego Food
Intérieur du Big Poppa-Tart – Photo : Claire Feuardant

Pour manger des bons donuts, nous avions repéré d’autres adresses que nous n’avons pas eu le temps de tester mais qui sont tout aussi alléchantes : Nomad Donut à North Park et Devil’s Dozen Donut Shop dans le quartier de Little Italy. Attention, eux aussi sont rapidement sold out ! Si vous voulez rester dans le classique, vous avez également Dunkin Donuts et Krispy Kreme.

Les meilleures pâtisseries américaines de San Diego

Pour ceux d’entre vous qui ont une « sweet tooth » comme nous, vous trouverez votre bonheur à San Diego ! Tout d’abord, on vous conseille très fortement de goûter les cheesecakes de la Cheesecake Factory. La Cheesecake Factory et nous, c’est une longue histoire (adresse découverte par nos parents à Chicago et que nous nous sommes empressées de tester lors de notre road trip dans le sud des Etats-Unis !). La Cheesecake Factory est aussi un restaurant plutôt haut de gamme, alors les prix sont élevés (8$ la part), mais à notre avis cela vaut vraiment le coup, d’autant plus que les parts sont ultra-copieuses ! Vous pouvez manger sur place ou à emporter. Le plus dur sera de faire votre choix, croyez-nous…

4blueeyes - San Diego Food
Pumpkin Pecan cheesecake de The Cheesecake Factory – Photo : Claire Feuardant

Un séjour aux Etats-Unis inclut bien évidemment des cookies ! Nous avons testé The Cravory, qui possède de nombreuses sortes de cookies tous plus originaux les uns que les autres (Pancakes & Bacon, Taro, Unicorn, Mint Limeade, S’mores…). Nous avons testé le Red Velvet et le Peanut Butter Overload, qui étaient délicieux et bien moelleux comme se doit de l’être un cookie made in U.S. ! Pour goûter des ice cream sandwiches, rendez-vous au Baked Bear, sur Pacific Beach : vous pouvez choisir vos cookies (il est possible d’opter pour deux différents, ou de choisir brownie à la place de cookie), votre parfum de glace à mettre au milieu, et déguster !

4blueeyes - San Diego Food
Red Velvet Cookie de The Cravory Cookie – Photo : Claire Feuardant
4blueeyes - San Diego Food
Ice cream sandwich – The Baked Bear – Photo : Claire Feuardant

Enfin, les gourmands se doivent de tester la fameuse « pizookie » de la chaîne de restaurants BJ’s Restaurants & Brewhouse. Il s’agit d’un « skillet cookie », autrement dit un cookie géant servi bien chaud dans une petite poêle en fonte, et surmonté d’une boule de glace. Les prix vont de 6,5$ à 7,25$, mais on va vous donner notre secret : le mardi, toutes les pizookies du menu sont à 3$ ! Il y en a pour tous les goûts (Cookies n cream, Salted caramel, chocolat blanc macadamia… et même des dérivés comme les pizzokies monkey bread ou S’mores). Si vous avez du mal à faire votre choix, vous pouvez commander une pizzokie moitié moitié. Nous vous conseillons la Salted caramel ou la pizookie S’mores !

4blueeyes - San Diego Food ©Claire Feuardant
Pizookie de BJ’s Restaurants & Brewhouse – Photo : Claire Feuardant
4blueeyes - San Diego Food
Pizzokie S’mores de BJ’s Restaurants & Brewhouse – Photo : Claire Feuardant

Les meilleurs brunchs de San Diego

Un séjour à San Diego se doit de comporter au moins un brunch à l’américaine ! Pour une expérience authentique, allez chez Ihop, qui comme In-N-Out incarne l’esprit du road trip américain. Dans un cadre typique des diners américains, vous pourrez déguster pancakes, waffles, french toast, eggs & bacon, hashbrowns, et surtout, du café à volonté ! La carte comprend plusieurs combos avec un excellent rapport quantité-prix, et pas moins d’une dizaine de sortes de pancakes différentes (qui, pour compliquer les choses, changent régulièrement au gré des limited editions !). Le meilleur compromis est selon nous le « Pancakes Combo » à 8,79$, où vous pourrez goûter deux pancakes de votre choix parmi la longue liste disponible, assortis de deux œufs (brouillés ou au plat « sunny side up »), du bacon (ou saucisses), et des hashbrowns. Dernier petit conseil qui peut s’avérer utile : si vous vous inscrivez au e-club Ihop, vous aurez droit à une assiette de pancakes gratuite !

4blueeyes - San Diego Food
Le « Pancakes Combo » de Ihop – Photo : Claire Feuardant
4blueeyes - San Diego Food
L’assiette de pancakes offerte si vous vous inscrivez dans l’e-club Ihop ! – Photo : Claire Feuardant

Pour des brunchs plus locaux, nous vous conseillons Kono’s Cafe, situé sur Pacific Beach et à l’ambiance 100 % surf (vous pouvez déguster votre brunch face à la mer), ou The Olive Cafe, entre Mission Bay et Pacific Beach, où les pancakes sont immenses et fluffy à souhait !

4blueeyes - San Diego Food
Les pancakes de The Olive Café – Photo : Claire Feuardant

Les meilleurs endroits pour manger américain à San Diego

Voici ensuite quelques adresses pour un repas typiquement américain (et non, ce ne sont pas des diners !).

Si comme nous, vous aimez beaucoup les pies à l’américaine, ajoutez Pop Pie Co à votre To Do list ! Vous pourrez y déguster une délicieuse pie salée (nos deux préférées sont la classique Chicken Pot Pie et la Steak & Ale), accompagnées d’authentiques mashed potatoes & gravy. Un régal ! Pour les plus gourmands, ils font aussi des pies sucrées. Pour manger des pies dans un cadre authentique, vous pouvez aussi tester Chicken Pie Shop et son « World Famous Chicken Pie Dinner », un menu combo qui vous donne droit à une pie au poulet avec gravy, des mashed potatoes, des légumes, du coleslaw, du pain brioché et une pie sucrée au choix… pour seulement 9,99$ ! Nous avons préféré les pies de Pop Pie Co mais adoré le cadre rétro de Chicken Pie Shop.

4blueeyes - San Diego Food
Pop Pie Co. – Photo : Claire Feuardant

Dans notre article sur San Francisco, nous vous parlions de Boudin Bakery et de sa fameuse clam chowder dans un bread bowl. Sachez que Boudin Bakery est aussi présent à San Diego ! Et si vous aimez manger dans un bread bowl, on vous conseille également le Mac n cheese Lobster bowl de Wicked Maine Lobster (qui fait aussi d’excellents Lobster rolls, au passage !).

Holy matcha : le coffee shop le plus instagrammable de San Diego

Si vous aussi vous êtes fan de matcha, alors vous aimerez le concept d’Holy Matcha ! Dans une ambiance rose et verte, ce coffee shop propose de nombreuses boissons et gourmandises à base de matcha. Un tour sur leur compte Instagram vous fera comprendre pourquoi il est connu comme le café le plus photogénique de la ville…

Si vous êtes déjà allés à San Diego, n’hésitez pas à nous donner vos bonnes adresses à vous aussi en commentaire ! Et si vous testez l’une de ces adresses, nous serions ravies de savoir ce que vous en avez pensé 🙂

Notre top 10 des choses à faire à San Diego

Si vous projetez un voyage en Californie, ne manquez surtout pas San Diego ! Seconde ville la plus peuplée de Californie après Los Angeles, San Diego est une ville où il fait bon vivre, et que les américains surnomment d’ailleurs « America’s Finest City ». Elle est avant tout connue pour son climat ensoleillé toute l’année et ses immenses plages sur la côte Pacifique qui font le bonheur des surfeurs, mais aussi pour sa proximité avec la frontière mexicaine, dont l’influence se retrouve jusque dans la culture de la ville. Mais pas seulement… Comme beaucoup de villes des Etats-Unis, San Diego est une ville immense qui regorge de choses à faire et à découvrir. Voici notre top 10 des meilleures choses à faire lors d’un voyage à San Diego.

1-    Surfer à Pacific Beach

San Diego regorge de plages toutes plus paradisiaques les unes que les autres. Si Ocean Beach est particulièrement appréciée des locaux, les jeunes préfèrent Pacific Beach, où l’on peut flâner toute l’après-midi avant d’aller faire la fête dans l’un des nombreux bars qui bordent la plage. Attention cependant : aux Etats-Unis, vous ne pouvez pas boire de l’alcool sur les plages !

Pacific Beach San Diego
Pacific Beach – Photo : Claire Feuardant

Pacific Beach est aussi l’endroit idéal pour apprendre le surf. Nous sommes allées à Mission Bay Aquatic Center, une école de sports nautiques gérée par l’association étudiante de San Diego State University et ouverte au public. Cette école est située sur Mission Bay : il n’y a qu’à traverser la route pour profiter des vagues du Pacifique. Mais vous pourrez voir qu’à Pacific Beach, il y a une école ou une boutique de surf à tous les coins de rue : vous n’aurez que l’embarras du choix !

San Diego Pacific Beach
Les boutiques de Pacific Beach – Photo : Claire Feuardant

Profitez-en également pour vous promener le long de la mer, à pieds, à vélo ou à rollers, et pour aller jeter un coup d’œil à Mission Bay, où l’ambiance résidentielle calme donne envie d’y habiter !

Mission Bay San Diego
Mission Bay – Photo : Claire Feuardant
Maison à Pacific Beach, San Diego
Une maison typique de Pacific Beach – Photo : Claire Feuardant

Côté nourriture, il y a de quoi faire à Pacific Beach ! Pour un brunch, nous vous conseillons The Olive Cafe et ses délicieuses pancakes bien dodues ; et pour manger et boire le soir, nous vous conseillons le Duck Dive, un bar qui propose des plats et cocktails de qualité à prix abordables.

Palmiers à Pacific Beach, San Diego
Les palmiers de Pacific Beach – Photo : Claire Feuardant

2-    Remonter le temps à Old Town

Old Town San Diego State Historic Park
Old Town San Diego State Historic Park – Photo : Claire Feuardant
Old Town San Diego State Historic Park
Bienvenue au Parc historique d’Old Town – Photo : Claire Feuardant

Tout séjour à San Diego se doit d’intégrer une visite du parc historique d’Old Town (Old Town San Diego State Historic Park) ! Old Town est considérée comme le lieu de naissance de la Californie car elle marque l’emplacement de l’historique mission de San Diego, la première à voir le jour en 1769 en Californie. Le parc historique propose une reconstitution de la ville telle qu’elle était au XIXème siècle, avec les maisons coloniales, les échoppes des forgerons et des menuisiers, les écuries… A la manière d’un écomusée, de nombreux panneaux d’informations sont là pour vous permettre d’en apprendre plus sur la formation de San Diego.

Old Town San Diego State Historic Park
Retour dans le passé à Old Town – Photo : Claire Feuardant
Old Town San Diego State Historic Park
Cactus – Photo : Claire Feuardant
SanDiego-OldTownMarket-4blueeyes
Old Town Market – Photo : Claire Feuardant

La zone du parc « Fiesta de Reyes » est dédiée à la culture mexicaine, avec de nombreux restaurants mexicains et des événements tout au long de l’année et surtout aux dates importantes du calendrier hispanique comme le Jour des Morts (Día de los Muertos). On trouve également, dans le parc et autour, dans la ville, de nombreuses petites boutiques d’inspiration mexicaine.

Fiesta de Reyes, Old Town San Diego
Fiesta de Reyes – Photo : Claire Feuardant
Fiesta de Reyes, Old Town San Diego
Fiesta de Reyes – Photo : Claire Feuardant
Dia de los muertos Old Town San Diego
Dia de los muertos – Photo : Claire Feuardant

3-    Visiter l’USS Midway

San Diego est aussi connue pour abriter l’une des plus grandes bases navales de l’US Navy. Le port militaire de San Diego est en effet le port d’attache de la Flotte du Pacifique et accueille plus de 50 bâtiments répartis sur 13 quais ! On peut notamment y visiter l’USS Midway Museum, établi dans le porte-avion de guerre USS Midway qui fut mis en service entre 1945 et 1992, participant ainsi à la Guerre du Vietnam et la Guerre du Golfe.

SanDiego-USSMidwayMuseum-4blueeyes
USS Midway – Photo : Claire Feuardant

Nous vous conseillons de prendre le temps de faire la visite avec audioguide : c’est très intéressant, et on y apprend plein de choses, à la fois sur la Marine américaine, sur les bateaux, avions et hélicoptères de guerre américains, et sur la vie sur un porte-avion. La visite nous amène à travers tout le bâtiment, du hangar au pont d’envol, en passant par le quartier des officiers, les salles de contrôles, le mess, la salle des communications radio… Ne manquez pas la visite de l’Island Tour menée par des volontaires, sur le pont, le centre de commande où se tenait le capitaine du bâtiment. Attention, il se peut qu’il y ait beaucoup d’attente puisque le nombre de personnes est limité du fait des espaces restreints.

USS Midway Museum, San Diego
Les cabines de l’USS Midway – Photo : Claire Feuardant
USS Midway Museum, San Diego
Le pont de l’USS Midway, qui donne sur Downtown San Diego – Photo : Claire Feuardant

Les prix pour une visite guidée vont de 8$ pour les vétérans, les militaires retraités et les enfants, à 21$ pour le tarif plein (adultes). Si vous achetez vos tickets sur place, vous pourrez payer 2$ de moins par entrée.

4-    Faire les boutiques à Seaport Village

Entre l’imposant USS Midway et le centre-ville de San Diego Downtown avec ses buildings à l’américaine, Seaport Village a des airs de charmant petit village de bord de mer – d’où son nom. Cette zone piétonne comprend près de 50 boutiques où l’on trouve de tout (jouets, souvenirs, snacks et gourmandises, galeries d’art…), ainsi que de nombreux restaurants avec une vue imprenable sur la marina de San Diego. C’est surtout le week-end que le petit village aux maisons colorées s’anime, lorsque le kiosque d’East Plaza se remplit de musiciens de jazz ou de rock. Prenez le temps de flâner dans les rues et admirer la vue sur Coronado Island et son fameux pont long de plus de 3 km, le San Diego-Coronado Bridge. Dépaysement garanti !

Seaport Village, San Diego
Seaport Village – Photo : Claire Feuardant
Seaport Village, San Diego
Seaport Village – Photo : Claire Feuardant

5-    Jouer au touriste à Coronado Island

Coronado Island est un petit bijou au large de San Diego. C’est sur cette presqu’île que se trouve la base aéronavale de San Diego (Naval Air Station North Island), mais aussi l’Hôtel del Coronado, ce qui crée une ambiance particulière. Ses plages, au pied de l’imposant hôtel, sont très prisées des touristes : pour pousser l’expérience jusqu’au bout, allez faire du lèche-vitrine dans les boutiques de luxe de l’Hôtel del Coronado, sirotez un cocktail en terrasse et installez-vous dans un de ses nombreux transats sur la plage.

Coronado Hotel, San Diego
Hotel du Coronado – Photo : Claire Feuardant

On accède à l’île de Coronado en voiture, par le San Diego-Coronado Bridge ; en bus (attention, le réseau de bus de San Diego n’est pas celui d’une ville européenne !) ; ou en ferry. Nous vous conseillons de prendre au moins une fois la voie maritime : durant le trajet de 15 minutes, vous aurez tout le loisir d’observer la Baie de San Diego, ses bateaux, son immense pont et sa marina.

Ferry Coronado Island, San Diego
La vue sur Downtown San Diego depuis l’embarcadère du ferry de Coronado Island – Photo : Claire Feuardant

6-    Se perdre dans Balboa Park

Véritable poumon vert de San Diego, Balboa Park est un immense parc public créé en 1868 et nommé ainsi en l’honneur de Vasco Nuñez de Balboa, premier européen à avoir navigué sur l’Océan Pacifique au départ du Nouveau Monde. Il s’étend sur près de 4,9 km², et abrite de nombreux musées, théâtres, magasins, restaurants, et espaces verts ; mais aussi le fameux Zoo de San Diego. Le parc en lui-même est magnifique, avec son architecture hétéroclite mêlant baroque, rococo, gothique, architecture hispanique et coloniale…

Balboa Park San Diego
Balboa Park et son architecture particulière – Photo : Claire Feuardant
SanDiego-BalboaPark-sky-4blueeyes
Balboa Park – Photo : Claire Feuardant

L’entrée est gratuite (et le parking aussi !). On vous prévient tout de suite : il sera difficile de tout voir en une seule journée… Le mardi et le dimanche de 11h à 12h, vous pouvez découvrir le parc à travers une visite guidée. Sinon, le mieux est de se renseigner à l’avance sur ce que vous voulez visiter (ou non). Certains musées sont gratuits, comme le Botanical Building (qui abrite plus de 2 100 espèces de plantes) et le Timken Art Museum (pour les amateurs de peinture). Pour le reste, à vous de choisir en fonction de vos goûts ! Vous trouverez des musées sur (presque) tout : anthropologie, photographie, arts, sciences, et même les trains miniatures !

SanDiego-BalboaPark-arches-4blueeyes
Balboa Park – Photo : Claire Feuardant

Outre les musées, Balboa Park comprend de nombreux jardins, comme le jardin japonais ou le jardin australien. Ne manquez pas non plus le Spanish Village Art Center, petit village coloré à l’intérieur du parc d’inspiration hispanique, où l’on trouve des galeries d’art et d’artisanat.

SanDiego-BalboaPark-SpanishVillage-4blueeyes
Spanish Village Art Center – Photo : Claire Feuardant

Enfin, le parc est constamment animé, par des spectacles d’orgue, des danses, des projections en plein air… Nous avons par exemple pu assister aux Balboa Park December Nights, festivités organisées début décembre et où l’on peut s’imprégner complétement de la magie de Noël à l’américaine.

SanDiego-BalboaPark-squirrel-4blueeyes
Écureuil à Balboa Park – Photo : Claire Feuardant

7-    Admirer le coucher de soleil à La Jolla

La Jolla est l’un de nos quartiers préférés de San Diego : mis à part le centre, qui accueille de nombreuses boutiques et restaurants luxueux, c’est un quartier plutôt résidentiel. Les maisons de la Jolla sont impressionnantes, avec leur style colonial ou moderne et leur vue sur l’Océan Pacifique. Les plages de La Jolla sont plus sauvages que celles de Pacific Beach ou d’Ocean Beach : ici, vous verrez plutôt des falaises dorées, refuges des lions de mer qui sont l’attraction du coin, La Jolla Shores Beach étant la seule longue plage du secteur. Nous avons particulièrement aimé l’aspect sauvage de Windansea Beach (également très appréciée des surfeurs), ainsi que les Tide Pools, à voir à marée basse.

SanDiego-LaJolla-4blueeyes
La Jolla – Photo : Claire Feuardant
La Jolla Shores Beach San Diego
La Jolla Shores Beach – Photo : Claire Feuardant
Scripps Pier La Jolla Shores Beach San Diego
Le Scripps Pier de La Jolla Shores Beach – Photo : Claire Feuardant
Surf La Jolla Shores Beach San Diego
Surfin’ USA – Photo : Claire Feuardant
Tidepools La Jolla San Diego
Les tidepools de La Jolla – Photo : Claire Feuardant
SanDiego-LaJolla-Tidepools-2-4blueeyes
Encore les tidepools – Photo : Claire Feuardant
Tidepools La Jolla San Diego
Un oiseau dans les tidepools – Photo : Claire Feuardant
SanDiego-LaJolla-WindandseaBeach-4blueeyes
Windandsea Beach – Photo : Claire Feuardant
Lions de mer La Jolla San Diego
Deux lions de mer en train de se battre – Photo : Claire Feuardant
SanDiego-LaJolla-phoque-Sealion-4blueeyes
Un autre lion de mer, plus tranquille – Photo : Claire Feuardant

Le meilleur moment pour apprécier la beauté de La Jolla est le coucher de soleil, lorsque les falaises s’embrasent et que le soleil descend lentement sur l’Océan. La Jolla Cove est l’un des meilleurs spots pour admirer le coucher de soleil, vous verrez d’ailleurs que dès que la lumière diminue, les locaux comme les touristes y affluent en masse.

La Jolla San Diego
La Jolla au coucher de soleil – Photo : Claire Feuardant
SanDiego-LaJolla-sunset-2-4blueeyes
Les magnifiques couleurs de La Jolla au coucher de soleil – Photo : Claire Feuardant

Autre spot mythique pour observer le coucher de soleil : les Sunset Cliffs, dans le prolongement d’Ocean Beach, qui s’enflamment lorsque le soleil descend sur l’horizon.

Sunset Cliffs San Diego
Les Sunset Cliffs au coucher de soleil – Photo : Claire Feuardant
Sunset Cliffs San Diego
Sunset Cliffs – Photo : Claire Feuardant

8-    Participer au Taco Tuesday

Du fait de la proximité de San Diego avec la frontière mexicaine, on trouve énormément de restaurants de nourriture tex-mex (c’est-à-dire très librement inspirée de la cuisine mexicaine !). Le Taco Tuesday, sorte d’happy hour sur les tacos tous les mardis soirs, est une véritable institution à San Diego. Vous pouvez profiter du Taco Tuesday n’importe où, et déguster des tacos à la viande, aux fruits de mer (notamment les fameux Lobster tacos !), ou encore végétariens. Voici notre petite sélection (non exhaustive !) des endroits où fêter le Taco Tuesday : Oscar’s Mexican Seafood à Pacific Beach (pour les tacos au poisson et aux fruits de mer) ; City Tacos à North Park ; La Vecinidad Neighborhood Tacos à Hillcrest ; Del Sur à South Park (où vous trouverez de nombreuses options vegan et végétariennes) ; Tacos El Cabrón dans le Gaslamp Quarter à Downtown San Diego ; ou encore le fameux Cafe Coyote de Old Town.

En dehors du Taco Tuesday, vous pouvez déguster d’excellents tacos à bas prix, il suffit de savoir où ! La meilleure adresse selon les locaux eux-mêmes est Tacos El Gordo, à Chula Vista, où l’on se rapproche un peu plus des authentiques tacos mexicains.

Coucher de soleil Pacific Beach San Diego
Coucher de soleil sur Pacific Beach – Photo : Claire Feuardant
Coucher de soleil Pacific Beach San Diego
Palmiers californiens sous le coucher de soleil – Photo : Claire Feuardant

La liste des choses à faire et à découvrir est encore longue : à vous de composer votre programme selon vos envies ! Pour des vacances en famille par exemple, le parc d’attraction SeaWorld est un incontournable ; tandis que les passionnés d’histoire américaine pourront aller visiter le Cabrillo National Monument et son phare à Point Loma, construits en hommage au premier explorateur à avoir débarqué dans la Baie de San Diego. Quant aux fêtards, ils ne manqueront évidemment pas de faire un tour à Tijuana, ville frontalière mexicaine située à moins d’une heure de voiture de San Diego.

Pour préparer votre voyage en Californie, jetez un coup d’œil à nos articles sur  Los Angeles et San Francisco !