Le Sentier des ocres de Roussillon : nos conseils pour profiter au maximum de votre sortie

Nous sommes en septembre : les touristes ont déjà pris la route du retour, les enfants ont regagné les bancs de l’école, et il fait encore beau (et chaud !). C’est le moment idéal pour (re)découvrir les sites catalogués touristiques… sans les touristes ! Si vous vivez en Provence ou êtes toujours en vacances dans la région, pourquoi ne pas en profiter pour passer une journée dans le Lubéron et aller voir le fameux Sentier des ocres de Roussillon ? On vous dit tout ce qu’il faut savoir sur ce site exceptionnel…

Le village de Roussillon

Le départ du Sentier des ocres se situe en plein cœur du village de Roussillon. Nous vous conseillons vivement de vous y arrêter pour en faire une étape à part entière de votre excursion ! Le village n’est pas grand, mais il est charmant : comme son nom l’indique, ses maisons et bâtiments (l’Eglise et la mairie, notamment) sont tous de teinte rouge, orangée ou ocre. Si vous avez l’habitude de vous balader en Provence, vous retrouverez à Roussillon les mêmes petites rues que dans la plupart des petits villages de la région, souvent bordées de galeries d’artistes et artisans d’art. Vous pouvez aussi vous arrêter boire un verre sur l’une des quelques placettes du village.

IMG_1639
Photo : Claire Feuardant

Le Sentier des ocres

On ne peut pas rater l’entrée du site : elle se situe au sommet du village et offre une vue à couper le souffle sur le massif des ocres. Pour la petite histoire, le sentier a été aménagé dans d’anciennes carrières au cœur du gisement d’ocre le plus important au monde. Et le résultat est impressionnant : du jaune clair au rouge, ces falaises aux formes insolites arborent toutes les teintes de l’ocre.
Cette couleur particulière est due à la présence d’oxyde de fer, pigment naturel qui s’est déposé à la surface du massif suite à un phénomène géologique complexe (vous en trouverez une explication très claire sur le site de l’office du tourisme de Roussillon).
Une légende en donne une interprétation plus imagée (et légèrement plus glauque…) : Dame Sermande se serait jetée du haut de la falaise après avoir appris que son époux, Raymond d’Avignon, venait de lui faire manger le cœur de son amant Guillaume de Cabestan. Depuis ce jour, les terres de Roussillon seraient colorées par son sang…

IMG_1601
Photo : Claire Feuardant

Le Sentier permet aux visiteurs de circuler parmi les carrières, où la végétation verdoyante contraste magnifiquement avec les couleurs du massif.
L’entrée coûte 2,50€ par adulte, ou bien 7,50€ si vous voulez aussi visiter l’usine d’ocres Mathieu. Le visiteur a le choix entre deux itinéraires : le plus court dure 30 minutes tandis que le plus long dure 1 heure. Nous vous conseillons de prendre le chemin le plus long : c’est exactement le même itinéraire que le court, mais avec une boucle en plus. Pour le même prix, autant en profiter…

IMG_1607
Photo : Claire Feuardant

Nos conseils :

  • Si vous en avez le courage et l’occasion (ce qui n’a malheureusement pas été notre cas…) allez-y très tôt pour pouvoir admirer le lever de soleil sur les ocres. A cette heure de la journée, les couleurs sont, paraît-il, encore plus sublimes ! Vous pourrez admirer l’ensemble du site depuis le point de vue situé à proximité de l’entrée du sentier.
  • Prévoyez des baskets ou de vieilles tennis que vous n’aurez pas peur de salir : vos chaussures seront bien vite recouvertes de pigments ocres. Si la couleur part au lavage ou en frottant, elle n’en reste pas moins très voyante.

Où se garer ?

IMG_1631
Photo : Claire Feuardant

Question cruciale que vous vous posez certainement ! Plusieurs parkings payants sont à la disposition des touristes venus visiter le Sentier des ocres. Vous pouvez choisir de vous garer en bas du village (un bon prétexte pour visiter Roussillon !) mais attention : il faudra grimper pour vous rendre jusqu’au site 😉 Pour les plus paresseux, un autre parking est situé juste devant l’entrée du sentier touristique. Evitez toutefois les jours et heures d’affluence, où il est évidemment beaucoup plus difficile de trouver une place (d’où l’intérêt d’y aller en septembre…).

Vous l’aurez compris, le Sentier des ocres de Roussillon vaut le détour, et c’est maintenant que vous en profiterez le mieux !

Si vous êtes en Provence, pourquoi ne pas profiter d’une balade dans la nature pour aiguiser votre sens artistique ? Lisez notre article « Quand art et nature ne font qu’un en Provence… » pour en savoir plus.

Quand art et nature ne font qu’un en Provence…

On ne le dit jamais assez : la Provence regorge de coins magnifiques où passer une agréable journée sous le soleil et en pleine nature. Parmi ces havres de paix privilégiés, le Château La Coste, la Commanderie de Peyrassol et le Château Sainte-Roseline font à coup sûr l’unanimité chez les vinophiles, les amateurs d’art, les amoureux de la nature et les passionnés de gastronomie française.

Le parcours d’architecture du Château La Coste

Le Château La Coste est un véritable plaisir pour les yeux. A une quinzaine de kilomètres d’Aix-en-Provence, la propriété est située en plein cœur d’un paysage naturel typiquement provençal : entre les vignes qui s’étendent à perte de vue se dressent des oliviers, des cyprès et des pins. Le Château La Coste produit évidemment ses propres vins : des rouges, des blancs et, bien sûr, des rosés, puisque l’on est en Provence ! Les amateurs de vin pourront les goûter dans les différents restaurants du domaine, ou bien les acheter en boutique.

Si vous n’y connaissez rien au vin, ne passez pas votre chemin pour autant ! Le Château La Coste est aussi un véritable paradis pour les passionnés d’art et d’architecture. Le « centre d’art », qui est en fait le bâtiment où se trouvent l’accueil, la boutique, la librairie, le restaurant et un café porte bien son nom : conçu par l’architecte japonais Tadao Ando, il est une véritable pièce d’art. Ses murs parcourus de grandes vitres sont prolongés par une étendue d’eau dans laquelle se reflètent le ciel, les arbres… et l’une des célèbres araignées en bronze de Louise Bourgeois, que ceux qui sont déjà allés à la Tate Modern de Londres ou au Musée Guggenheim de Bilbao reconnaîtront.

IMG_6174.JPG
« Crouching spider » de Louise Bourgeois. Photo : Alice Feuardant

A l’aide d’un plan du domaine donné à l’accueil, le visiteur est amené à découvrir les différentes œuvres d’art en suivant un chemin à travers les vignes et les pins. Le parcours dure environ deux heures (pensez à mettre de bonnes chaussures !) et offre à certains endroits une vue à couper le souffle. Il est également assez ludique : la plupart des œuvres sont 100% interactives et jouent avec nos sens, que ce soit le toucher (« Multiplied resistance screened » de Liam Gillick), l’ouïe (« Meditation bell » de Paul Matisse), ou la vue (« Oak room » d’Andy Goldsworthy et « Self-portrait : Cat inside a barrel » de Tracey Emin).

IMG_6273.JPG
Photo : Alice Feuardant

De grands architectes lauréats du Prix Pritzker (le « nobel » d’architecture) ont participé à la création de ce lieu hors du commun. Le pavillon d’exposition a été réalisé par Renzo Piano (Centre Pompidou à Paris, Fondation Beyeler à Riehen/Bâle, Centre culturel Tjibaou à Nouméa…) ; le pavillon de musique par Frank Gehry (Fondation Louis Vuitton à Paris, Musée Guggenheim à Bilbao, Walt Disney Concert Hall à Los Angeles…) ; et enfin les chais de vinification ont été conçus par Jean Nouvel (Philharmonie de Paris, Torre Agbar à Barcelone, One Central Park à Sydney).

IMG_6319.JPG
Le pavillon de musique de Frank Gehry. Photo : Alice Feuardant

L’entrée coûte 15€ (12€ pour les étudiants). Pour plus d’informations, rendez-vous ici.

Le parc de sculptures de Peyrassol

Située à Flassans-sur-Issole sur le Massif des Maures, la Commanderie de Peyrassol a été fondée au XIIIème siècle par l’Ordre des Templiers, dont les symboles sont présents tout au long de la visite. Ici aussi, les vins produits sont blancs, rouges et rosés : il est possible de les goûter à la boutique avant d’acheter. Si les vins vous intéressent, n’hésitez pas à vous rendre sur le site web du domaine, où vous trouverez tous les détails concernant les différentes gammes.

IMG_6431.JPG
Photo : Alice Feuardant

Comme le Château La Coste, la Commanderie de Peyrassol se trouve en plein cœur d’un paysage naturel idyllique, où les vignes côtoient les oliviers et les chênes. Son parcours d’art, beaucoup moins étendu que celui du Château La Coste, n’en reste pas moins intéressant. Le parc de la Commanderie constitue l’une des plus belles collections d’art contemporain à ciel ouvert, la grande majorité des œuvres étant des sculptures. On retrouve là aussi des noms connus : Daniel Buren (« Les Deux Plateaux » au Palais Royal de Paris), Jean Dubuffet, Antoni Tapies, Cesar, Ben, Victor Vasarely, Franco Adami… La plupart des œuvres s’intègrent parfaitement dans le paysage, si bien que nous vous conseillons vivement de suivre le plan donné à l’entrée afin d’être sûr de ne pas en manquer !

IMG_6558
« Floating Red Form » de Keiji Uematsu. Photo : Alice Feuardant

L’entrée coûte 8€. Pour plus d’informations, rendez-vous ici.

L’exposition de sculptures du Château Sainte-Roseline

A seulement cinq minutes du village des Arcs (Var), le Château Sainte-Roseline est un véritable havre de paix. Située au beau milieu des vignes sur un terrain de plus de 100 hectares, la propriété est l’un des plus beaux domaines de Provence et a été désignée Site Classé et Cru Classé des Côtes de Provence.
Le domaine a été bâti autour de l’abbaye Sainte-Roseline, un magnifique édifice construit entre le XIème et le XIIIème siècle et qui comprend une chapelle et un cloître. L’abbaye doit son nom à la fille du marquis de Villeneuve, Roseline, qui en fut la prieure entre 1300 et 1329. Ses reliques reposent aujourd’hui à l’intérieur de la chapelle.

Photo : Claire Feuardant

Il est possible de visiter la chapelle tous les après-midis à partir de 14h00, sauf le lundi. L’entrée est libre et se fait sans réservation. La visite se fait au gré des différentes œuvres d’art placées à l’intérieur. Ainsi, vous pourrez y apercevoir une mosaïque peinte par Marc Chagall, un bas-relief et un lutrin sculptés par Diego Giacometti, ou encore de magnifiques vitraux réalisés par Raoul Ubac et Jean Bazaine.

L’art est également présent à l’extérieur. Vous pourrez admirer quelques sculptures devant l’entrée de la boutique, mais aussi le long d’une charmante allée bordée de platanes bicentenaires qui vous mènera jusqu’à la chapelle. Parmi les œuvres exposées, nous avons adoré la Sphère de Vladimir Skoda ou encore l’œuvre sans titre, elle aussi sphérique, de Vincent Mauger.
Attention : ces œuvres, ainsi que celles de Davis Nash et Benjamin Sabatier, sont exposées jusqu’en septembre 2018, grâce à un partenariat avec la galerie Catherine Issert située à Saint-Paul de Vence. Si vous avez envie de découvrir ces artistes, allez-y vite avant la fin de l’été !

Sphère, Vladimir Skoda – Photo : Claire Feuardant
Sans Titre, Vincent Maugier – Photo : Claire Feuardant

Si vous aimez le vin, profitez-en pour faire un tour du côté du caveau. Du lundi au vendredi, des visites commentées gratuites ont lieu à 14h30 pour emmener le visiteur à la découverte des vins Côte de Provence Crus Classés produits dans le domaine de Sainte-Roseline. La visite est suivie d’une dégustation.

Pour en savoir plus sur les vins du Château Sainte-Roseline et les événements à venir, c’est par ici.